Catégories
Seine Saint-Denis
Seine-Saint-Denis 2024 Villepinte

Fabien Tran, à la recherche de l’équilibre

A 15 ans, ce karatéka du KCVO 93 de Villepinte est l’un des espoirs de la discipline, fier d’être un des membres de la Génération 2024 de la Seine-Saint-Denis. Portrait.

Quand il part de la cité Pasteur pour se rendre au collège Françoise-Dolto, rien ne distingue Fabien Tran des autres collégiens de Villepinte. Les mêmes rires, les mêmes préoccupations… Tout change lorsqu’il revêt son kimono.
« Quand je monte sur le tatami pour présenter mon kata, je rentre dans une bulle. Je fais le vide, je n’entends plus ce qui se passe autour de moi. Je me concentre sur mes gestes, ma respiration, mon équilibre. J’imagine un adversaire en face de moi, je visualise les cibles à atteindre, ça m’aide dans la précision de mes gestes. Lorsque j’ai fini et que je sors du tatami, ce n’est pas la peine de me parler tout de suite, je n’entendrai pas ! »

JPEG - 209.5 ko

Fabien Tran a commencé le karaté « parce qu’avec mon père, on regardait beaucoup de films d’arts martiaux, de Bruce Lee, Jackie Chan. » Fabien pousse alors la porte du dojo le plus proche de son domicile, le KCVO 93 de Villepinte. Dirigé par Philippe Leprince, ce club fait partie des meilleurs d’Ile-de-France et reçoit le soutien du Département. Il brille particulièrement dans la discipline des katas. Le KCVO 93 compte dans ses rangs Geoffroy Monnin et Lucas Jeannot, vice-champions du monde en kata synchronisé. Philippe Leprince explique : « Le karatéka doit présenter un ensemble de mouvements strictement codifiés. Présenter un kata, c’est un travail sur soi-même. Sa réussite, son harmonie dépendent de la personnalité et de l’état d’esprit du karatéka au moment où il l’exécute. »

Une discipline qui séduit tout de suite Fabien qui s’est illustré au niveau national depuis qu’il est pupille, jusqu’à devenir double champion de France minime. Pour cela, Fabien reçoit le soutien de sa famille et du club qui met à sa disposition un coach mental et un préparateur physique de qualité. « Tout cela n’aurait pas été possible sans le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis et la subvention de 3000 euros qu’il accorde aux clubs pour aider les sportifs de la Génération 2024. » précise Philippe Leprince. Fabien confie qu’il est particulièrement fier d’avoir le soutien de son département. « Ça prouve qu’on a confiance en moi, que je ne suis pas n’importe qui. Ça me donne de l’ambition, même si les Jeux olympiques de 2024, c’est encore loin. Pour l’instant, ce n’est qu’un rêve. En kata, il faut procéder par étapes, à chaque entraînement améliorer un détail, pour réussir dans les échéances qu’on s’est fixées. » Prochain objectif, remporter le titre national cadet le 7 avril !

Photos : Sylvain Hitau

à lire aussi
Aubervilliers

Baptiste Bleier, drôle de bizutage

A 25 ans, ce coureur prometteur de St Michel-Auber 93, issu de l’équipe réserve, aura vu sa première année chez les pros interrompue brutalement par le confinement. Heureusement, la reprise de la saison au 1er août l’a remis en selle.

Montfermeil Football

Sébé Coulibaly, le foot au féminin

Passée par de nombreux clubs de Seine-Saint-Denis, cette jeune femme lance le 11 juillet « Ladies Squad », une application mobile pour encourager la pratique féminine du football. Cette internationale malienne, qui a grandi aux Bosquets à Montfermeil, voit aussi dans le foot un outil pour faire progresser la cause des femmes. Rencontre.

Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.