Catégories
Seine Saint-Denis
Judo En direct de Rio

A Rio, la Marocaine Rizlen Zouak n’oublie pas… Montreuil !

Même sous le coup de son élimination au premier tour (-63 kg), la judokate sociétaire du Red Star Club de Montreuil Judo n’en a pas perdu le moral ni le geste appuyé de remercier sa ville de cœur...

Comme au premier tour de sa première participation olympique aux Jeux de Londres en 2012, la Montreuilloise (30 ans) a perdu son combat. Mais, comme après chaque défaite, elle garde la tête haute, bouillonne toujours d’une passion forte pour son sport et cultive l’envie de partager.

« Derrière un(e) athlète allant aux Jeux Olympiques, il y a toujours toute une équipe, une équipe dans l’ombre sans laquelle notre sélection ne serait pas possible. Personnellement, je voudrais remercier mes entraîneurs de club, Rachid Berki et Nasser Dahli : ils ont tout fait pour moi, ils m’ont tout donné. Je voudrais remercier Anne-Marie Heugas de la Mairie, ma première fidèle supportrice surtout pendant ma récente hernie discale. Ah oui, aussi, ma diététicienne italienne Ceci Giornelli, basée aussi à Montreuil. Quelque part, avec moi, ils étaient à Rio ! ».

Au village, entourée des basketteuses du Sénégal, Rizlen Zouak s’attable à son bilan.

« Contrairement à Londres, je ne m’étais pas mise de pression, pas de stress. Mais, en même temps, pendant mon combat (mardi 9 août), j’ai fait la grosse erreur de changer ma garde. Ne me demandez pas pourquoi, je ne sais pas ??! Les Jeux fabriquent une alchimie mystérieuse faisant tomber les têtes de séries, créant des surprises, nous faisant réagir, finalement, de manière aussi inattendue qu’inexpliquée…et, malheureusement, souvent, pas de manière judicieuse. Dans mon unique combat, même si j’ai fait tout ce que je ne devais pas faire, je positive sur le privilège d’avoir pu vivre deux rêves, deux fois les Jeux Olympiques. Maintenant, je vais aller encourager les autres athlètes marocains… ».

En conclusion, Rizlen Zouak annonce juste sa joie « de déménager, sous peu, pour venir vivre à Montreuil. Et de commencer, aussi, un nouveau sport, le M.M.A. (Mixted Martial Arts) sans pour autant délaisser les tatamis du Red Star… ».

De notre correspondance spéciale à Rio, Sophie Greuil

Légende photo  : Au village olympique, Rizlen Zouak au milieu de joueuses de l’équipe sénégalaise de basket-ball.

à lire aussi
Aubervilliers

Baptiste Bleier, drôle de bizutage

A 25 ans, ce coureur prometteur de St Michel-Auber 93, issu de l’équipe réserve, aura vu sa première année chez les pros interrompue brutalement par le confinement. Heureusement, la reprise de la saison au 1er août l’a remis en selle.

Montfermeil Football

Sébé Coulibaly, le foot au féminin

Passée par de nombreux clubs de Seine-Saint-Denis, cette jeune femme lance le 11 juillet « Ladies Squad », une application mobile pour encourager la pratique féminine du football. Cette internationale malienne, qui a grandi aux Bosquets à Montfermeil, voit aussi dans le foot un outil pour faire progresser la cause des femmes. Rencontre.

Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.