COVID-19 - Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a pris des mesures préventives pour protéger la population tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Retrouvez toutes nos informations disponibles en suivant ce lien
Catégories
Seine Saint-Denis
Solidarité Santé & Prévention

Un « bucco-bus » pour prendre soin des dents des plus fragiles

Un tout nouveau bus dentaire départemental s’est arrêté lundi 9 mars devant l’école Paul-Doumer à la Courneuve pour dépister puis offrir les premiers soins aux élèves de CE1. Il sillonnera plus de 20 villes de Seine-Saint-Denis et rencontrera également les seniors et les personnes précaires ou en situation de handicap.

« Ouvre bien grand la bouche comme une lionne » conseille le dentiste François-Xavier Chaunier à la jeune Célia, 7 ans, avant de lui passer une sonde. L’écolière, dont les dents sont en bon état, bénéficiera d’une démonstration de brossage et repartira comme ses copains avec un dentifrice et une brosse à dents.

Aller au contact des publics fragiles

Le tout nouveau bus de santé bucco-dentaire, dont la première halte était donc l’école Paul-Doumer à La Courneuve, a pour vocation de dépister et effectuer les premiers soins auprès de 2500 bénéficiaires par an, qui n’ont pas l’habitude de consulter régulièrement des dentistes. Parmi eux·elles, 2000 élèves de 4-5 ans et de 7-8 ans seront auscultés et sensibilisés aux gestes de prévention.
Lancé par le Département en partenariat avec l’ARS d’Île-de-France, la CPAM, l’Éducation nationale et l’ordre des chirurgiens-dentistes, il vise à réduire les inégalités d’accès aux soins dans un département qui ne compte que 3 dentistes libéraux pour 10 000 habitant·e·s, contre 5 en moyenne au niveau national.
Bonne nouvelle, la santé bucco-dentaire des élèves de l’école Paul-Doumer est plutôt bonne selon le dentiste François-Xavier Chaunier, qui n’a pas détecté de grosses caries ou des dents dévitalisées.

JPEG - 266.8 ko

« Le problème, c’est que les enfants prennent très jeunes de mauvaises habitudes », tempère-t-il. « Ils se brossent mal les dents et consomment trop de boissons sucrées et de nourritures industrielles. Et beaucoup n’ont pas vu de praticiens depuis plus d’un an ». La jeune Célia a pu quant à elle bénéficier l’an dernier d’un examen dentaire intégralement remboursé par l’Assurance maladie, dans le cadre du programme M’T Dents.

Des équipements ultra-modernes et modulables

Le « cabinet dentaire roulant » est composé d’une salle d’attente et d’un espace de soins doté de matériel flambant neuf : fauteuil, lumières, turbines, détartreurs à ultra-sons, crachoir, outils de stérilisation, radiographie…
Les professionnel∙le∙s proposent tout d’abord un dépistage et lors d’un second passage du bus, prodiguent sans frais à engager, les premiers soins (détartrage, soins des caries, extractions précoces…) si le patient·e ne dispose pas d’un suivi dentaire. En cas de problème bucco-dentaire plus lourd, les jeunes bénéficiaires sont orienté∙e∙s vers les chirurgiens-dentistes de proximité.
Le bucco-bus quittera la Courneuve le 13 mars pour s’arrêter devant deux écoles élémentaires de Tremblay-en-France puis poursuivra sa route auprès des écolier∙ère∙s de Romainville, Pierrefitte-sur-Seine, Aubervilliers, Montreuil, Stains…
Il fera également une halte devant le centre social de Romainville du 6 au 10 avril et stationnera pendant les vacances scolaires à proximité des établissements médico-sociaux de type EHPAD, résidences autonomie, Instituts médico-éducatifs…. Des valises de soins et des fauteuils dentaires portables seront alors employés pour aller au devant des personnes non autonomes.
« Le cabinet dentaire mobile va nous permettre d’aller vers des publics que l’on ne pouvait pas toucher auparavant » se réjouit le Président du Conseil départemental Stéphane Troussel à l’initiative du dispositif. « Il sera utile aussi pour faire remonter des données sur la santé bucco-dentaire des Séquano-Dionysiens ».
Le Département a acheté le bus pour un montant de 500 000 euros et consacrera 400 000 euros tous les ans à son déploiement. Il a également bénéficié d’une contribution financière de l’État de 250 000 euros, de l’ARS pour 100 000 euros et du remboursement des soins par la Sécurité sociale.
Symbole de la volonté départementale de promouvoir la santé bucco-dentaire, le "centre de santé roulant" a vocation à rouler de manière pérenne en Seine-Saint-Denis et à diversifier ses publics. Les trois praticiens et l’assistante qui accueillent les patient∙e∙s devraient d’ailleurs bénéficier de renforts avec un recrutement en cours de plusieurs autres dentistes.

Ce bus s’intègre dans le programme de prévention bucco-dentaire engagé depuis une trentaine d’années par le Département, en partenariat avec les Villes. Parmi les actions menées, des formations de personnes relais et des interventions sont également organisées dans les PMI, les crèches départementales, les EHPAD et les structures pour personnes en situation de handicap. De quoi donner un grand sourire aux Séquano-Dionysien∙ne∙s !

Crédit-photo : Nicolas Moulard

à lire aussi
Aide alimentaire

Le Département met la main à la pâte pour l’aide alimentaire

Depuis le mercredi 1er avril, le Département a remis en service sa cuisine centrale de Clichy-sous-Bois. Grâce à onze agent·e·s volontaires, cette cuisine qui alimente d’habitude les collèges de Seine-Saint-Denis, va produire 2 000 repas par jour pour une dizaine d’associations de solidarité du département.

Coronavirus Enfance & Famille

Dr Pommepuy : les « troubles psychiques risquent fort de s’aggraver »

La pandémie et le confinement ne sont pas sans conséquences psychologiques pour les enfants et adolescents, notamment s’ils s’accompagnent d’une surexposition aux informations ou d’une désorganisation du quotidien. Chef de pôle de psychiatrie infanto-juvénile à Ville-Evrard, le Dr Noël Pommepuy alerte sur ces risques et conseille aux parents, pour les réduire, de garder des rythmes, de limiter les écrans, de privilégier les activités et de ne pas rester isolés.

Lutte contre l’isolement

Les Petits Frères des Pauvres redoublent de vigilance

Dans cette période de confinement, cette association nationale qui lutte contre l’isolement des personnes âgées et vulnérables, a activé ses réseaux. En Seine-Saint-Denis, ce sont environ 300 bénévoles qui maintiennent le lien social par téléphone, et, pour les plus jeunes d’entre eux, qui accomplissent des actions de solidarité. Si vous voulez les rejoindre, vous êtes les bienvenu·e·s !

Services, aides
& démarches

Guide des seniors

Vos interlocuteurs, vos droits, vos moyens de transport, votre vie à domicile, vos loisirs, votre santé, toutes les adresses utiles... Tout est dans ce guide !

Améthyste

Simplifiez-vous la vie ! Consultez votre dossier Améthyste en ligne.