Catégories
Seine Saint-Denis
Aménagement urbain Biodiversité

Des arbres pour respirer

Avec son plan Canopée, le Département investit 60 millions d’euros pour planter des arbres et en prendre soin. Premiers résultats dans les collèges et au bord des routes départementales.

Les arbres, nous en avons de plus en plus besoin. La population des villes augmente, le défi climatique se fait de plus en plus pressant. De plus en plus d’agglomérations désirent augmenter ce que l’on appelle désormais l’indice canopée, le pourcentage d’arbres, véritables bienfaits pour la santé de la population et pour le climat. Il suffit pour s’en rendre compte de passer à proximité de leur frondaison pour s’en rendre compte. En période de forte chaleur, les zones protégées par les arbres offrent en effet 4 à 7 °C de moins. C’est l’évapotranspiration. En deux mots : lorsque le soleil tape sur les feuilles et fait évaporer leur eau, l’arbre va reprendre de l’eau dans le sol avec ses racines, absorber de la chaleur et rejeter de la vapeur d’eau plus fraîche. Ce phénomène chimique très complexe donne aux arbres, en temps de canicule, le pouvoir d’un climatiseur.

Avec le Plan Canopée, le Département de Seine-Saint-Denis veut d’ici à 2030 augmenter de 16 à 20 % la surface arborée de la Seine-Saint-Denis, planter 30 000 arbres d’ici à 2030 et protéger son patrimoine d’arbres remarquables.
Premières plantations dans les collèges, où les arbres sont précieux pour faire baisser la température de cours de récréation souvent imperméables et réfléchissant la chaleur. Depuis la rentrée 2020, des plantations de jeunes arbres ont été effectuées dans 20 collèges, de de 4 à 57 arbres par collège, pour un total pour l’instant de 226 arbres. Cela donne lieu à des actions de sensibilisation à l’écologie, comme au collège République de Bobigny. 72 éco-délégués du collège, de la 6ème à la 3ème, ont participé à la plantation des arbres.

Pour des routes arborées

JPEG - 79.4 ko

Pour réaliser son plan Canopée, le Département veut boiser ou reboiser l’ensemble des espaces dont il a la gestion, dont les routes départementales. En 2020, trois chantiers de reboisement ont été menés, dont celui de la rue Hippolyte Pina de Neuilly-sur-Marne (RD 301). Cette rue était déjà pourvue d’arbres, mais ceux-ci dépérissaient, souffraient de blessures sur le tronc, les racines, de maladies… Quarante-trois ont donc été abattus et 88 plantés, de 5 essences différentes. Un travail délicat, car il fallait prendre en compte le passage des réseaux d’eau, d’électricité, d’assainissement, ainsi que l’éclairage public et la piste cyclable ! Mais tout ce travail a permis de désimperméabiliser le trottoir, végétaliser les pied d’arbres et créer une palette végétale qui participe à l’abaissement des températures, ravit la faune locale et le regard des passants tout au long de l’année.

Pour en savoir plus, retrouvez le dossier de Seine-Saint-Denis magazine consacré au plan Canopée.

Réouverture du parc départemental de la Fosse Maussoin, Clichy-sous-Bois

Après deux ans de travaux d’aménagement, vous pouvez depuis le 16 décembre profiter de près de 7 hectares d’espaces verts supplémentaires et adaptés à tous les publics. Accessibles depuis deux nouvelles entrées situées sur le Boulevard du Temple et l’Allée de la Chapelle, cette nouvelle partie du parc de la Fosse-Maussoin s’ouvre sur la ville afin que les habitants bénéficient d’un meilleur accès.
Coût global des travaux : 11,4 millions d’euros
Financeurs : Département de la Seine-Saint-Denis Région Ile-de-France, Fonds de solidarité interdépartementale par l’investissement

à lire aussi
Héritage J.O.P. 2024

Après les JOP, un village en héritage

A Saint-Denis, Saint-Ouen-sur-Seine et sur L’Île-Saint-Denis, le chantier du village olympique des Jeux 2024 a commencé. Un long travail en concertation avec les riverain·e·s pour limiter les nuisances et assurer aux habitant·e·s de Seine-Saint-Denis un héritage... olympique !

Transports Saint-Ouen

La ligne 14 : enfin à Saint-Ouen !

Depuis le 14 décembre 2020, la ligne 14 du métro, prolongée vers le nord de 4 stations, dessert enfin Saint-Ouen et permettra de rallier Châtelet en 15 minutes. Si les habitant·e·s de Seine-Saint-Denis accueillaient lundi cette nouvelle avec enthousiasme, son président Stéphane Troussel rappelait toutefois le retard important pris par ce prolongement et les difficultés de l’État à tenir ses engagements sur le reste des projets de transport dans le département.