Catégories
Seine Saint-Denis
Portrait Noisy-le-Grand

Sébastien Foucras, un grand parmi les étoiles !

Alors que les Jeux olympiques de PyeongChang en Corée du Sud commencent ce vendredi 9 février, on a retrouvé Sébastien Foucras. Vingt ans après sa médaille d’argent olympique en saut acrobatique à Nagano, ce natif de Montreuil (47 ans) reste attaché aux étoiles et à la Seine-Saint-Denis. PORTRAIT

« Je m’en rappelle très bien, c’était le 18 février 1998 : le jour de ma médaille aux Jeux de Nagano, j’ai arrêté ma carrière », se souvient cet acrobate né au club de gymnastique de Noisy-le-Grand.
A l’heure où cet argent saute aussi au cou de la Seine-Saint-Denis où il est né, Sébastien Foucras tire donc sa révérence : « Je ne me voyais pas m’investir encore 24h24 pendant 365 jours sur quatre ans, à me catapulter à 15 mètres du sol à 65 km/h, pour relever un nouveau défi olympique. En tête, j’avais déjà le projet des Etoiles… ».

Le timide se fait violence

A peine atterri de sa carrière aux 26 podiums en coupe du monde dont 7 victoires, ce natif de Montreuil enfante « Les Etoiles du sport », un rassemblement annuel de champions français parrainant des espoirs. En décembre dernier à La Plagne (Savoie), Sébastien Foucras et son complice de toujours Benoît Eycken ont soufflé leur seizième édition, vu passer près de 3000 champions, tous sports confondus : « L’idée était de mettre toute mon expérience sportive acquise sur vingt ans au service des jeunes. Finalement, ce projet était bien moins difficile à monter que de se mettre, plusieurs fois par jour, en haut d’un tremplin, de prendre sur soi et de prendre des risques pour sauter dans le vide. Moi le timide qui déteste les micros et préfère l’ombre, j’ai juste dû me faire violence pour aller contre-nature, pour aller convaincre des partenaires, des sportifs et des médias. »

JPEG - 14.8 ko

Aujourd’hui, ses « Etoiles » sont devenues un rendez-vous incontournable, planète recherchée par toutes les sphères du sport. Aujourd’hui, Sébastien Foucras rayonne à des années-lumière du gamin hyper-timide et renfermé de Neuilly-sur-Marne : « Petit, j’étais plus petit que les autres, complexé par ce retard physique. Avec le sport, j’ai trouvé une scène pour m’exprimer, me décomplexer puis m’affirmer. J’ai aussi découvert les vertus du travail, de la pugnacité, de la prise de risques et l’amour du défi. Aujourd’hui, partager mon expérience et mes valeurs n’est même plus une évidence mais une passion ».

"Les Jeux de 2024, un enjeu sociétal"

Devenu le compagnon très discret de Marie-José Pérec (triple championne olympique en athlétisme), « Seb » reste attaché à Noisy-le-Grand où vit toujours sa maman Nicole, ex-institutrice aux Coteaux : « Dans son immeuble, j’y ai toujours un appartement ». Avec Paris 2024, il espère « un alignement des planètes entre toutes les forces du sport français pour réussir un enjeu sociétal hors du commun. Nous les sportifs, anciens, actuels ou futurs, nous avons tous un rôle monstrueux à jouer. Avec les ‘Etoiles’, nous allons nous relever les manches, impulser, coordonner pour apporter une pierre à l’édifice de ce qui sera un événement-monument... ».

A PyeongChang (Corée du Sud), Sophie Greuil
Crédit photo : @Philippe Millereau/KMSP

à lire aussi

Chercheuse d’or

Trois médailles d’or et une de bronze aux championnats d’Europe cadet pour Prithika Pavade, l’espoir du Saint-Denis US tennis de table 93. Un résultat exceptionnel, mais logique au regard du talent et du sérieux au travail de Prithika qui a 15 ans compte déjà un palmarès impressionnant.

Olympiade culturelle Actions pour les Jeux

La Seine-Saint-Denis dans les starting-blocks pour l’Olympiade culturelle

Fin 2020, un grand programme culturel liant art et sport doit démarrer sur fond de Jeux olympiques et paralympiques 2024. La Seine-Saint-Denis, qui abritera les équipements olympiques majeurs en 2024, ne souhaite en aucun cas manquer ce rendez-vous : les acteurs du spectacle vivant, réunis au festival d’Avignon, ont donc tenu une première réunion jeudi 11 juillet avec le directeur de la Culture au Comité d’organisation des Jeux.

Rugby Pantin

La sélection franco-brésilienne des Leoas pose sa griffe

Le 6 juillet s’est tenue la clôture du festival « Au bout du monde des Courtillières », au stade Raoul Montbrand de Pantin. Clou de cet événement, dont l’objectif était de lutter contre les stéréotypes de genre qui entourent la pratique du rugby féminin : le tournoi à 7 auquel a pris part une équipe composée de Pantinoises et de Brésiliennes qui venaient de passer plusieurs jours ensemble et de vivre une expérience inoubliable.

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.