Catégories
Seine Saint-Denis
Portrait Neuilly-Plaisance

Samir Aït-Saïd veut rebondir jusqu’à Paris… 2024 !

Un an après sa terrible blessure aux Jeux de Rio, le gymnaste de 27 ans a repris ses anneaux en main. Son objectif : l’or olympique à Tokyo en 2020, avant son baroud d’honneur en 2024, à Paris.

Dans la ferveur de Rio, son cri avait crevé les écrans de télévision, glacé les spectateurs du gymnase. A la réception d’un saut de cheval, une double fracture ouverte du tibia-péroné gauche venait de lui barrer sa finale aux anneaux. Mais, à peine allongé sur le brancard, Samir Aït-Saïd avait déjà rebondi : « Quand j’ai vu la tête des secouristes face à ma jambe à 90°, je me suis dit qu’il fallait les rassurer… ». Puis, à peine sorti du bloc opératoire, le gymnaste refusa de rentrer chez lui à Neuilly-Plaisance : « Une fois ma jambe droite remise, plutôt que pleurer sur mon sort, j’ai préféré rester pour accompagner mes frères d’armes de l’équipe de France. »

Lors de ces premiers pas difficiles, en fauteuil roulant ou sur béquilles, le champion d’Europe aux anneaux de 2013 est porté par une incroyable vague de soutiens : « preuve que les gens sont humains, bien plus qu’on ne le dit ». Et aussi, encouragé par une phrase-clé : « Mon père m’a résumé la situation ainsi : « Voilà, ce n’était pas le moment, c’est tout ! ». Il avait raison. Je dois être patient. Ça tombe bien, cette blessure me l’a bine apprise, la patience ! »

JPEG - 175.4 ko

Rosny regrettée ! Tokyo visée !

Un an après Rio, le champion d’Europe aux anneaux de 2013 ne cesse encore et toujours de rebondir : « En février, j’ai refait mon premier salto. En avril, j’ai repris les anneaux. Mais, avant de vraiment reprendre, j’ai préféré m’investir dans mon diplôme de kinésithérapeute (à la faveur d’un long stage au CHU de Montfermeil). Le 3 juillet, dès que j’ai su que je l’avais, j’ai pris ma voiture pour venir m’installer à Antibes, lieu du Pôle France et de mon club ».

Sous les palmiers, il s’est aussi rapproché de ses parents « tout en regrettant laisser la plupart de [sa] famille aux Marnaudes et au Pré-Gentil à Rosny, dans un ‘9.3.’ qu’[il] aime beaucoup. »

Aujourd’hui, Samir Aït-Saïd veut être « kiné à mi-temps pour gagner [sa] vie » et cogite « à un gros programme aux anneaux pour Tokyo en 2020 » : « Je veux y être champion olympique, unique raison pour laquelle je suis retourné au charbon, suer, crier et pleurer. Blessé, l’entraînement ou les anneaux m’ont moins manqué que la puissante montée d’adrénaline juste avant de se lancer dans la compétition. Celle de Rio m’a porté, me portera jusqu’en 2024…à Paris et dans le ‘9.3’, j’espère ?! »

à lire aussi
Seine-Saint-Denis JOP 2024

24 sites pour 2024 : le sport est en bas de chez vous !

L’accueil des Jeux olympiques et paralympiques en 2024 doit être aussi l’occasion de mettre le sport à portée de tous∙te∙s dans l’espace public. C’est l’objectif de « 24 sites pour 2024 », un dispositif qui propose au grand public des activités sportives gratuites jusqu’à la mi-juillet dans une vingtaine de villes de la Seine-Saint-Denis. Découvrez le programme !

Saint-Denis Tennis de table

Championnes de France !

Samedi 5 juin, l’équipe féminine du Saint-Denis US 93 tennis de table a remporté la finale du Championnat de France par équipe, en ne laissant aucune chance à Metz (3-0). Après leur victoire en Coupe d’Europe des clubs ETTU, les Dionysiennes ont réalisé une saison exceptionnelle.

Athlétisme Montreuil

A Montreuil, Zango égale Tamgho

Pour le retour du meeting international d’athlétisme de Montreuil, certes à huis clos mais pas sans chaleur, le Burkinabé Hugues-Fabrice Zango a fait le show au triple saut, égalant le record de l’épreuve détenu par un certain Teddy Tamgho. Côté français, Melvin Raffin, dans ce même concours de triple, et Rénelle Lamote, sur 800m, ont tous deux réalisé les minimas pour les Jeux de Tokyo.

Génération jeux Jeux olympiques et paralympiques Athlétisme

Charles-Antoine Kouakou, Né un 14 juillet

Fin août, ce sprinter de 22 ans représentera la France sur 400m aux Jeux paralympiques de Tokyo. Membre de l’association « Sport Toi Bien 93 », à destination de personnes ayant des déficiences mentales ou psychiques, cet athlète fait déjà la fierté de son ESAT du Bourget-Drancy, où il travaille à mi-temps comme jardinier. En attendant davantage, lui qui est un assoiffé de médailles.