Catégories
Seine Saint-Denis
Portrait Neuilly-Plaisance

Samir Aït-Saïd veut rebondir jusqu’à Paris… 2024 !

Un an après sa terrible blessure aux Jeux de Rio, le gymnaste de 27 ans a repris ses anneaux en main. Son objectif : l’or olympique à Tokyo en 2020, avant son baroud d’honneur en 2024, à Paris.

Dans la ferveur de Rio, son cri avait crevé les écrans de télévision, glacé les spectateurs du gymnase. A la réception d’un saut de cheval, une double fracture ouverte du tibia-péroné gauche venait de lui barrer sa finale aux anneaux. Mais, à peine allongé sur le brancard, Samir Aït-Saïd avait déjà rebondi : « Quand j’ai vu la tête des secouristes face à ma jambe à 90°, je me suis dit qu’il fallait les rassurer… ». Puis, à peine sorti du bloc opératoire, le gymnaste refusa de rentrer chez lui à Neuilly-Plaisance : « Une fois ma jambe droite remise, plutôt que pleurer sur mon sort, j’ai préféré rester pour accompagner mes frères d’armes de l’équipe de France. »

Lors de ces premiers pas difficiles, en fauteuil roulant ou sur béquilles, le champion d’Europe aux anneaux de 2013 est porté par une incroyable vague de soutiens : « preuve que les gens sont humains, bien plus qu’on ne le dit ». Et aussi, encouragé par une phrase-clé : « Mon père m’a résumé la situation ainsi : « Voilà, ce n’était pas le moment, c’est tout ! ». Il avait raison. Je dois être patient. Ça tombe bien, cette blessure me l’a bine apprise, la patience ! »

JPEG - 175.4 ko

Rosny regrettée ! Tokyo visée !

Un an après Rio, le champion d’Europe aux anneaux de 2013 ne cesse encore et toujours de rebondir : « En février, j’ai refait mon premier salto. En avril, j’ai repris les anneaux. Mais, avant de vraiment reprendre, j’ai préféré m’investir dans mon diplôme de kinésithérapeute (à la faveur d’un long stage au CHU de Montfermeil). Le 3 juillet, dès que j’ai su que je l’avais, j’ai pris ma voiture pour venir m’installer à Antibes, lieu du Pôle France et de mon club ».

Sous les palmiers, il s’est aussi rapproché de ses parents « tout en regrettant laisser la plupart de [sa] famille aux Marnaudes et au Pré-Gentil à Rosny, dans un ‘9.3.’ qu’[il] aime beaucoup. »

Aujourd’hui, Samir Aït-Saïd veut être « kiné à mi-temps pour gagner [sa] vie » et cogite « à un gros programme aux anneaux pour Tokyo en 2020 » : « Je veux y être champion olympique, unique raison pour laquelle je suis retourné au charbon, suer, crier et pleurer. Blessé, l’entraînement ou les anneaux m’ont moins manqué que la puissante montée d’adrénaline juste avant de se lancer dans la compétition. Celle de Rio m’a porté, me portera jusqu’en 2024…à Paris et dans le ‘9.3’, j’espère ?! »

à lire aussi
Handisport Bondy

Joue-la comme Bondy pour le cécifoot

Mercredi 16 septembre, le Bondy Cécifoot Club a fait les présentations officielles : ce tout premier club de foot pour non et mal-voyants en Seine-Saint-Denis, qui va connaître ses premiers championnats cette année, vient combler un manque manifeste dans le département en matière de handisport. A quatre ans de Jeux paralympiques qui se dérouleront en partie en Seine-Saint-Denis, l’offre sportive s’enrichit.

Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.

Rugby Bobigny

Les Louves commencent par un couac

Le retour à la compétition de l’équipe première féminine de l’AC Bobigny Rugby, après l’interruption due au coronavirus, a été quelque peu gâché par la lourde défaite 3-16, subie dimanche à domicile face à Romagnat. Sans être franchement inquiètes, les Louves devront se ressaisir rapidement dans une formule qui laisse peu de place à l’erreur.