Catégories
Seine Saint-Denis
En direct de Lima

Riner et Douillet ne vendent pas la peau de l’ours...

EN DIRECT DE LIMA. Arrivés lundi soir à Lima, nos emblématiques judokas restent prudents, encore traumatisés par la dernière élection avortée pour Paris, lors de la session de Singapour en 2005…

"Le 6 juillet 2005, je ne suis pas près de l’oublier", se rappelle très clairement notre judoka national Teddy Riner (28 ans). Avec tant d’autres athlètes, j’étais devant la télévision à l’INSEP. Waouh, ce fut une déception im-mmmmmmmen-se ! Dans les heures qui ont suivi, même les jours qui ont suivi, l’INSEP était un village fantôme. Alors aujourd’hui, nous sommes prêts pour cette victoire. Mais, tant que la ligne d’arrivée n’est pas franchie, comme tout bon sportif que je reste, comme toute la délégation composée de beaucoup d’athlètes ou ex-athlètes, personne ne va crier victoire avant l’heure. Une chose est sûre, ces Jeux 2024, portés par un sportif, Tony Estanguet, épaulé par toute une équipe mêlant handicapés et valides, seront vraiment ceux des athlètes…".

A ses côtés, son aîné David Douillet (48 ans), avec aussi trois participations olympiques au compteur, ressent le même souvenir douloureux : "Avant Lima, nous avons échoué, re-échoué, re-re-échoué à Singapour, battus par Londres. Alors aujourd’hui, même si les jeux sont faits, je n’arrive pas encore à y croire... Vraiment pas ! Toutes les frustrations des anciennes candidatures avortées sont au fond de moi. Enfermées, mal cicatrisées, elles m’interdisent encore d’y croire. Là, enfin, on va sortir de cette attente interminable de cent ans, infernale dont on ne voyait pas le bout : que ce fut douloureux !".

En attendant les médailles françaises entre le 2 et le 18 août 2024, l’ancien judoka ministre député croit "à cette lumière olympique qui illuminera encore plus Paris, et, la Seine-Saint-Denis, terre de richesses, notamment sportives, souvent mal connue ou reconnue…"

à lire aussi
Handball Villepinte Aubervilliers

Zaadi-Niakaté, argent content

Si elles n’ont pas réussi à défendre leur titre de championnes d’Europe, battues dimanche 20 décembre par la Norvège en finale, les Bleues sont revenues du Danemark avec une belle médaille d’argent autour du cou. Parmi elles, Grâce Zaadi et Kalidiatou Niakaté, formées respectivement à Villepinte et Aubervilliers, ajoutent une ligne à leur palmarès et donnent déjà rendez-vous pour les Jeux de Tokyo 2021.

Jeux olympiques et paralympiques Portrait

Agent·e·s du Département le matin, athlètes olympiques l’après-midi

Tous trois athlètes de haut niveau, Anita Blaze (escrime), Bopha Kong (para-taekwondo) et Mamadassa Sylla (lutte gréco-romaine) sont également, depuis octobre dernier, agent·e·s du Département. Ils ont en effet signé avec la collectivité une convention d’insertion professionnelle d’un an qui leur permet de mener de front, et en toute sérénité, préparation en vue des Jeux olympiques et paralympiques Tokyo 2021 et reconversion. Un combo forcément gagnant. Portraits.

Saint-Ouen Football

Basile de Bure, les yeux dans les Verts

Dans « Deux pieds sur terre », le journaliste indépendant Basile de Bure suit toute la saison 2018-2019 des moins de 15 ans du Red Star. Mais au-delà de l’épopée sportive, ce récit enlevé et empathique dessine surtout le portrait d’une jeunesse française, celle des quartiers populaires. Interview avec l’auteur, couronné en novembre du prix Sport Scriptum pour ce premier ouvrage très réussi.