Catégories
Seine Saint-Denis
Mobilisation

Report de la privatisation d’ADP : une victoire de la mobilisation citoyenne

Le gouvernement a annoncé mercredi 11 mars qu’il renonçait à la privatisation totale d’Aéroports de Paris. Si le coronavirus et l’effondrement des bourses ont porté au projet un coup fatal, il s’agit avant tout de la victoire de la mobilisation populaire : la pétition pour l’organisation d’un référendum avait réuni 1,2 million de signatures.

« L’instabilité actuelle des marchés (financiers) montre que les conditions ne sont pas du tout favorables à une quelconque opération de privatisation et en particulier en ce qui concerne ADP », annonçait Sibeth N’Diaye, porte-parole du gouvernement, le 11 mars dernier à la sortie du conseil des ministres. S’agit-il d’un simple report, ou du dernier épisode d’un dossier bien mal emmanché ? Toujours est-il que la mise en vente d’un peu plus de 50% des actions d’Aéroports de Paris est reportée sine die.

Le coronavirus et l’effondrement des cours de la bourse ont porté le coup de grâce à ce projet controversé. Mais pour Stéphane Troussel, le président du Conseil Départemental, « sous couvert d’une situation boursière qui ne s’y prête pas, le renoncement à la privatisation d’ADP est d’abord et avant tout la victoire de la mobilisation citoyenne des Français.e.s ».
A la clôture de la pétition lancée en juin dernier, 1,2 million de signatures ont été récoltées, malgré la faible communication autour de son existence et la complexité du site internet qui permettait de la signer. En Seine-Saint-Denis aussi, on s’était mobilisé pour sauver ce bien public, à l’appel du Département notamment. Au final, les 4,7 millions de signatures requises pour organiser un référendum restaient hors de portée. Mais à l’issue du Grand Débat, Emmanuel Macron s’était engagé à abaisser ce seuil à 1 million. Pour l’instant, il n’a pas tenu sa promesse.

Absurdité et dangerosité

Un tel niveau de mobilisation populaire s’explique par l’absurdité et la dangerosité de cette vente. D’abord, ADP est un groupe dont la croissance n’a cessé depuis 1945, réalisant 4,47 milliards de chiffre d’affaires l’année dernière, et rapportant par là-même 173 millions d’euros à l’Etat. Quand bien même les bourses n’auraient pas dévissé, vendre ADP signifiait céder au privé la poule aux œufs d’or. Mais cela signifiait surtout que l’entreprise allait être totalement soumise à la rentabilité. Cela aurait induit une réduction de la masse salariale qui aurait fortement impacté le Département de la Seine-Saint-Denis : 14% des salariés d’ADP y résident, ce qui s’explique notamment par la proximité de Roissy Charles de Gaulle.
Cela signifiait l’abandon de la souveraineté des investisseurs institutionnels, pour l’instant actionnaires majoritaires, sur des milliers d’hectares de terrain et sur leur aménagement. Sans compter les nuisances environnementales causées par l’augmentation de la fréquence du nombre de vols liés à la recherche du profit à tout prix. En définitive, cela aurait pu déstabiliser une entreprise bien portante comme ADP, soit par la revente à la découpe de ses actifs, soit par un pillage en règle par des propriétaires comme ceux de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, dont la privatisation a finalement été annulée par la justice.

A l’heure où se révèle l’impérieuse nécessité d’un service public fort et en état de fonctionner, le gouvernement ne tire pas, pour l’instant, réellement un trait sur la privatisation d’ADP. « Nous espérons maintenant qu’il ne s’agit pas que d’un report. Ne pas organiser de référendum, ce serait, de la part du gouvernement, bafouer la parole de plus d’1,2 million de personnes », conclut Stéphane Troussel.

à lire aussi
Aide aux réfugiés Saint-Denis Montreuil

En Seine-Saint-Denis, deux incubateurs permettent à des réfugié·e·s de devenir entrepreneur·euse·s

Depuis deux ans, les villes de Montreuil et de Saint-Denis accueillent sur leur territoire un incubateur qui accompagne dans leur projet de création d’entreprise des personnes ayant le statut de réfugié. Un dispositif en plein essor piloté par The Human Safety Net, la fondation du groupe Generali, en collaboration avec le réseau d’accompagnement La Ruche.

Salon Aubervilliers

L’audiovisuel tient salon en Seine-Saint-Denis

Premier salon francophone dédié à la création et aux innovations technologiques dans les médias, le divertissement et la communication audiovisuelle, le Satis se tiendra les 9 et 10 novembre aux Docks de Paris, à Aubervilliers. L’occasion de faire le point avec son directeur, Stephan Faudeux, sur ce secteur très présent dans le département.

Environnement Economie sociale et solidaire Portrait

Louis Lefèvre, l’upcycleur de montgolfières

« Avec une seule toile de montgolfière, on peut faire entre 400 et 600 poufs ! ». C’est l’histoire d’un jeune entrepreneur qui, après avoir travaillé dans la grande distribution, a été fortement sensibilisé à la problématique des déchets. Il crée alors son entreprise, La Tête Dans Les Nuages, à L’Île-Saint-Denis. Ici, on upcycle – réemploie - des montgolfières, des bâches publicitaires et du polystyrène pour en faire... des poufs ! Portrait vidéo.

Insertion

« Impact 2024 » soutient 30 actions d’inclusion par le sport

Pour sa deuxième édition, ce dispositif initié par Paris 2024 et le Département de la Seine-Saint-Denis a sélectionné 30 projets s’appuyant sur le sport pour générer des retombées sociales telles que le retour vers l’emploi, l’inclusion des personnes handicapées ou de publics en grande précarité. Gros plan sur trois d’entre eux.