Catégories
Seine Saint-Denis
Transition écologique

Plan Canopée : l’arbre qui ne cache pas la forêt

Le 11 juin, le Département de la Seine-Saint-Denis a voté le Plan Canopée, un dispositif ambitieux sur les dix prochaines années qui vise à mettre l’arbre au cœur du paysage urbain. Au travers de cette stratégie, le Conseil départemental entend renforcer son action en faveur de la transition écologique au bénéfice de tous ses habitants.

« Nous allons travailler avec l’ensemble des partenaires du territoire pour faire de la lutte pour la transition écologique le premier des combats, une véritable marque de fabrique de la Seine-Saint- Denis, à l’instar de tous les arbres qui la symboliseront à l’avenir. » Pour Bélaïde Bedreddine, vice-président du département de la Seine-Saint-Denis chargé de l’écologie urbaine, le Plan Canopée, qui a été adopté à l’unanimité jeudi 11 juin lors de la séance du Conseil départemental, jette les bases d’une nouvelle politique en faveur de l’arbre en ville.

Pour ce faire, le département est parti d’un malheureux constat : dans un territoire au développement urbain très dynamique, tel que celui de la Seine-Saint-Denis, l’arbre subit malheureusement de nombreux assauts, entre les abattages liés à des projets publics ou privés pensés il y a quelques années, les difficultés de plantation dues aux contraintes du milieu urbain dense, les dégradations diverses en raison de la cohabitation avec de nombreux autres usages sur l’espace public, etc. Or, de par leurs fonctions sociales, paysagères, pédagogiques, urbanistiques, biologiques, les arbres sont indispensables à l’équilibre de la vie en ville. De plus, leur présence améliore et embellit le cadre de vie, participe à l’épuration de l’air, contribue à rafraîchir l’espace urbain, ou encore réduit la réverbération des bruits de la circulation automobile sur les façades. Ils constituent également des éléments clés du paysage urbain, et bien souvent de l’identité des quartiers, par les points de vue, les perspectives, les ambiances propres et les repères qu’ils créent.

JPEG - 136.5 ko

Les « forêts urbaines », nouveaux poumons verts

Le Plan Canopée se veut donc un dispositif ambitieux qui va redonner ses lettres de noblesse à l’arbre. A preuve : pour passer à un taux de couverture arborée de la Seine-Saint-Denis de 16 % à 20 % d’ici 2030, le Département s’engage, au travers d’un investissement de 60 millions d’euros, à planter 30 000 nouveaux arbres en 10 ans. Un bilan sera rendu public chaque année pour faire état des plantations réalisées. Cet effort exceptionnel contribuera à limiter les îlots de chaleur, la pollution atmosphérique et améliorera le bien-être des habitants et l’accueil de la biodiversité. Le Plan vise également à innover et développer de nouvelles formes de poumons verts. Ainsi des « forêts urbaines » qui permettent de réconcilier le milieu urbain avec la nature et de recréer des niches écologiques au cœur des villes. Saisissant des opportunités foncières diverses sur le territoire, la forêt urbaine investira les parcelles nues, les espaces publics délaissés ou encore les placettes trop minérales. L’objectif sera de développer deux forêts de ce type chaque année.

Opération « une naissance, un arbre »

Pour le Département, le développement d’une politique volontariste en matière d’arbres ne saurait être mise en place sans l’implication et la participation active de ses habitants. Aussi a-t-il été décidé de lancer l’opération « une naissance, un arbre », qui propose aux parents de planter un arbre pour la naissance de leur enfant afin d’accompagner cet événement d’un acte symbolique et écologique. Une démarche qui a aussi pour but de favoriser l’émergence de nouveaux projets en accompagnant et en encourageant les initiatives locales et citoyennes qui ont trait aux arbres, au végétal ou à la biodiversité. Un concours des projets de plantation d’arbres les plus ambitieux en Seine-Saint-Denis sera ainsi lancé chaque année, permettant au Département de soutenir financièrement les projets les plus intéressants. Enfin, parce que les projets d’aménagements départementaux (collèges, transports en commun, etc.) peuvent avoir un impact négatif sur les arbres existants, le conseil départemental s’engage à travers le Plan Canopée à replanter trois arbres pour chaque arbre abattu et à rendre compte chaque année par un bilan des abattages et replantations liés aux projets départementaux.

« L’arbre n’est pas le premier symbole qui vient en tête pour définir la Seine-Saint-Denis, territoire essentiellement urbain et marqué par de grands projets d’aménagement. Et pourtant, l’attachement des habitants pour leur préservation n’est plus à démontrer et l’engagement du Département en faveur de la biodiversité, de la création de trames vertes et d’îlots de fraicheur est aussi ancien que résolu, estime Stéphane Troussel, président du Département de la Seine-Saint-Denis. Le Plan Canopée participe à la création d’une véritable politique départementale de l’arbre en Seine-Saint-Denis qui répond aux enjeux environnementaux et améliore la vie des habitants. D’ici peu, nos arbres seront un élément majeur de l’identité de notre territoire. »

à lire aussi
Semaine de la mobilité

Le Département fête le vélo

Du 15 au 20 septembre, c’est la semaine de la mobilité. Cette année, elle intervient dans le cade de la semaine du développement durable (reportée du 18 septembre au 8 octobre du fait de la crise sanitaire). Pour l’occasion, le Département de la Seine-Saint-Denis organise, avec la ville de Bobigny et la préfecture, un village de la mobilité. Il propose également, via les partenaires associatifs, des ateliers de réparation et des balades sur le territoire.

Parcs départementaux

Parcs départementaux : attention aux tiques !

Jusqu’à l’automne, les tiques peuvent se cacher dans les espaces boisés, les prairies, jardins, buissons humides... Leur piqûre peut transmettre la maladie de Lyme, une maladie grave qui peut causer des troubles neurologiques, dermatologiques, articulaires et, plus rarement, cardiaques ou ophtalmiques.