Catégories
Seine Saint-Denis
Bénévolat

Petits frères des Pauvres : des bénévoles contre les problèmes de logement

Que diriez-vous de vous engager aux côtés des Petits frères des Pauvres ? L’association monte en Seine-Saint-Denis une nouvelle équipe pour accompagner des personnes âgées connaissant des difficultés de logement, et recherche des BÉNÉVOLES !

On pourrait croire que, avec le temps, les personnes âgées ont eu le temps de se constituer un capital immobilier les mettant à l’abri de difficultés de logement. C’est loin d’être toujours le cas. Comme le notait dès 2006 le Comité national des retraités et des personnes âgées, elles sont même au contraire touchées « de plein fouet par la hausse considérable des prix de l’immobilier, des loyers et des charges locatives, le manque de logements sociaux adaptés à leurs besoins spécifiques ». Depuis, la situation n’a fait que s’aggraver.

« Parmi les personnes âgées, confirme Charlotte Stoliarski, de l’association les petits frères des Pauvres – qui accompagne les personnes de plus de 50 ans souffrant de solitude, de pauvreté, d’exclusion ou de maladies – il y a de très grands précaires : des personnes à la rue ou vivant dans des squats ou des lieux de fortune, mais aussi des propriétaires qui n’arrivent plus à faire face, des personnes surendettées, etc. ».

JPEG - 266.6 ko

Ces difficultés peuvent être anciennes ou survenir avec l’âge, en raison de la perte de pouvoir d’achat qu’implique la retraite ou à la suite du décès d’un conjoint ou des parents. Elles s’accompagnent par ailleurs souvent de problèmes de santé, mais aussi d’un grand isolement. C’est pourquoi les petits frères des Pauvres ont décidé de créer une équipe dédiée à cette problématique, et notamment à Saint-Denis et Livry-Gargan, où les besoins sont particulièrement remontés du terrain.

Cette équipe de bénévoles aura pour mission de « recréer ce lien social distendu, avec une perspective d’entrée dans un logement ». « Il s’agit d’un accompagnement social global, détaille Charlotte Stoliarski, car, quand on accompagne vers le logement, il faut aussi s’assurer que la personne soit assez autonome pour l’entretenir, payer les factures, se faire à manger, que ses droits à la retraite soient bien validés, qu’elle soit prête psychologiquement. »

Pour participer à cette aventure collective, une disponibilité d’au moins une demi-journée par semaine, durant les jours ouvrés, est demandée, ainsi que, bien sûr, une régularité. « Ce sont des personnes qui ont connu déjà beaucoup de ruptures, souligne Charlotte Stoliarski. Nous cherchons donc des personnes qui s’engagent réellement. »

Pour s’informer ou rejoindre l’ équipe de bénévoles : 06 79 73 83 58 ou banlieue.avl@petitsfreresdespauvres.fr

Vous cherchez un autre type de bénévolat ? Consultez le site de France bénévolat. De nombreuses associations y postent leurs besoins.

à lire aussi
Lutte contre les inégalités Associations

Pas de trêve pour le Secours populaire

Alors que le plus fort de la crise sanitaire paraît s’éloigner, il n’en est pas de même de la crise sociale. C’est ce que souligne l’étude nationale menée par le Secours populaire français, qui révèle notamment que près d’un Français sur trois ne peut pas se permettre 3 repas par jour. Une réalité encore plus frappante en Seine-Saint-Denis où 69 000 personnes ont été aidées par le Secours populaire en 2020, un chiffre qui devrait à peine diminuer cette année

Mineurs non accompagnés

La Seine-Saint-Denis au procès Éric Zemmour

Mercredi 8 septembre, Stéphane Troussel, président du Département de la Seine-Saint-Denis, était présent en tant que victime au procès de M. Éric Zemmour jugé pour « provocation à la haine raciale » et « injure raciale ».

Droit aux vacances Bobigny

Les jolies « colonies apprenantes »...

Le Département participe pour la deuxième année au dispositif national « colos apprenantes » dans le cadre du Bel été solidaire et olympique 2021. Du 10 juillet au 22 août, près de 6600 enfants et adolescent∙e∙s de la Seine-Saint-Denis ont déjà ou vont bénéficier d’un séjour de loisirs éducatifs de sept à dix jours, dont près de 1000 avec le soutien financier du Conseil départemental.