Catégories
Seine Saint-Denis
Opéra Les Pavillons-sous-Bois

OpéRassemble : l’opéra en circuit court

Les fameux airs de la Traviata s’élèveront de l’Espace des Arts de Pavillons sous bois les 5, 7, 8 et 10 mars prochains. Sur scène, neuf solistes, 45 choristes de Villemomble et du Pré-Saint-Gervais. Le décor, les costumes, l’accueil et la sécurité, le coiffage et le maquillage sont l’œuvre des lycéens des villes alentour.

« Taataataa tata tatitataaa »... Dans le combiné, la voix de Fanny Crouet entonne la mélodie du « Libiamo », l’air le plus connu de l’opéra le plus joué du monde, La Traviata. « J’ai découvert l’opéra à 20 ans. Avant, pour moi, c’était un truc de grosse dame qui criait. Ca a changé ma vie », confesse la chanteuse lyrique. Depuis, elle s’efforce, avec sa compagnie « L’Opéra buissonnier », d’emmener sa passion là où on ne s’y attend pas. Alors quand Frédéric Loisel, directeur du conservatoire de Pavillon-sous-bois, lui a proposé d’être metteuse en scène de « l’OpéRassemble », elle n’a pas tergiversé.

Opéra participatif

« L’idée, c’est de permettre à des élèves de lycées professionnels d’être partie prenante dans la création d’un opéra, de leur donner accès à un monde pas forcément proche d’eux », explique le musicien. Inspiré par les expériences de La Fabrique Opéra à Orléans ou Grenoble, il s’est mis en tête de monter un opéra participatif à Pavillon-sous-bois. Si les neufs solistes sont de jeunes professionnels, la cinquantaine de choristes sont les élèves amateurs du chef de chœur Alain Le Tailleur, qui donne de la baguette à Villemomble et au Pré-Saint-Gervais. Seize musiciens accompagneront les voix.

JPEG - 55.5 ko

Tout le reste est l’œuvre des lycéens de Seine-Saint-Denis. Le jeu de cartes géant, la verrière et l’appartement haussmanien, qui apparaissent sur scène, ont été fabriqués par les élèves du lycée Nicolas Ledoux de Pavillon-sous-bois. Les lycéennes de Théodore-Monod, à Noisy-le-Sec, ont confectionné le costume de Violetta. Les élèves d’André-Sabatier, à Bobigny, se chargeront, au dernier moment, de coiffer et de maquiller les chanteurs, tandis que les lycéens de Jeanne de Lorraine, à Pavillons-sous-Bois, s’occuperont de l’accueil et de la sécurité du lieu. Vous pourrez savourer le résultat de cette partition à multiples portées les 5, 7, 8 et 10 mars à l’Espace des Arts, à Pavillons.

Métamorphose

« La première étape était de mener les auditions de solistes, auxquelles ont assisté certaines lycéennes (chargées de confectionner le costume). Mais lorsque j’essayais de leur expliquer le projet, elles ne m’écoutaient pas, ça ne les intéressait pas, les rapports étaient compliqués. Quand le premier candidat a ouvert la bouche, ça les a métamorphosées. Ensuite, alors que c’était en italien, et qu’elles n’avaient aucune notion de chant lyrique, elles ont fait des remarques très judicieuses pour la sélection des chanteurs », narre Fanny Crouet. L’idylle ne s’arrête pas là : « La dernière fois que je leur ai rendu visite, elles m’ont présenté le costume qu’elles avaient réalisé, elles m’ont demandé de chanter... et surtout de les faire chanter ! », s’émerveille la metteuse en scène.

JPEG - 45.1 ko

Mais parce que c’est « l’art de tous les arts », l’opéra coûte cher, très cher. L’équipe a eu la désagréable surprise de voir s’envoler un sponsor privé qui apportait 30 000 euros à leur projet. « Si l’on veut avoir une chance de mener l’aventure à nouveau l’année prochaine, il faut qu’on soit à l’équilibre financier. Et cela demande de vendre l’intégralité des 2400 places des quatre soirées », se tourmente le directeur du conservatoire. Le prix d’une place allant de 20 à 25 euros – ce qui reste beaucoup moins cher que pour un opéra classique- c’est un défi. Pour sécuriser le projet, l’association qui le porte a donc mis en ligne une cagnotte.
En attendant, profitez déjà de cette Traviata. La preuve qu’avec de l’engagement et le souci de la transmission, on peut faire sonner Verdi tout aussi bien de l’autre côté du périph’.

- La Traviata : les 5, 7, 8 et 10 mars à l’Espace des Arts des Pavillons-sous-Bois, à 20h sauf le dimanche 8 mars à 17h. Places à 20 ou 25 euros.

Photos : ©Benjamin Poussard

à lire aussi
Coronavirus Cinéma

« Soutenir toutes les salles de cinéma sans exception ! »

Le monde du cinéma est en émoi. De nombreuses salles en gestion publique risquent de se voir exclues des aides de l’Etat (50 millions d’euros) pour compenser les pertes d’exploitation en ces temps difficiles de Covid. En Seine-Saint-Denis, cela concernerait 19 salles, sur les 25 que compte le réseau Cinémas 93. Interview avec son directeur Vincent Merlin.

Livres

Décryptage de la violence

Dans son livre "Laisse pas traîner ton fils", l’écrivain dionysien Rachid Santaki part d’un fait divers sanglant et dresse le portrait d’une jeunesse en proie à la violence, dans la rue, la famille et les réseaux sociaux.

Stains Théâtre

Sonja Mazouz, Studio number one

Cette ancienne danseuse-comédienne est entrée dans la profession grâce au Studio Théâtre de Stains. Désormais coach de gym pilates après une carrière bien remplie, elle revient toutefois à ses premières amours et répète actuellement la nouvelle pièce du STS, « Rousseau et Jean-Jacques » qui sera jouée quand les théâtres pourront rouvrir. Portrait.

Saint-Denis In Seine-Saint-Denis Littérature jeunesse

Le "road-movie" confiné de trois Séquano-Dionysiennes

Avec « La nuit tombe, Maman rêve », Cécile Dumoutier, Luna Granada et Eve Gentilhomme signent un album jeunesse plein de rêve et de poésie, qui aborde avec légèreté des thèmes peu traités dans les livres pour enfants comme la monoparentalité. Cet ouvrage 100 % made in Seine-Saint-Denis, puisque l’éditrice et l’auteure sont dionysiennes, sera aussi présenté lors de l’édition virtuelle du Salon du Livre de Montreuil.