Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
En direct de Lima

Nantenin Keita portera la voix de la France !

Dans quelques heures, l’athlète mal-voyante (32 ans) prendra la parole devant le Comité International Olympique. D’heure en heure, l’ex-Montreuilloise voit son trac monter…

« Il y a trois semaines, le comité de candidature m’a contactée pour me proposer d’être l’une des huit membres de la délégation française à intervenir, pour cette journée historique, devant le C.I.O., commence à raconter Nantenin Keita (32 ans), championne paralympique sur 400 m à Rio, il y a un an.
D’abord, j’ai été contente qu’ils pensent à moi. Puis, je me suis demandée, pourquoi ? Pour finir, j’ai trouvé que c’était très très chaud comme mission ! Et le jour de la première répétition dans les locaux du comité de candidature, j’ai réalisé que ce n’était pas une blague ! ».

Hier après-midi, encore, la fille du musicien Salif Keita, qui a passé une partie de sa jeunesse à Montreuil où vit encore sa famille, a peaufiné pendant quarante-cinq minutes, avec deux répétiteurs, son texte de deux minutes : « Contrairement aux autres intervenants, je ne peux pas le lire. Donc, j’ai dû l’apprendre par cœur. Sa partie du milieu, suite d’énumération de sports, n’a pas arrêté de me poser des problèmes parce que ce ne sont pas les mots que j’emploie d’habitude, ni des enchaînements que je fais… ».

D’entrée, la Parisienne, multiple médaillée paralympique de 2008 à 2016, du 100 au 400 m, prévient « ne pas passer l’oral du bac mais, plutôt d’un Masters 2 ! D’ores et déjà, comme je suis insomniaque, je sais que je ne dormirai pas la nuit précédente ! En même temps, depuis que je suis arrivée, je suis sur un nuage… ».

Sur un nuage aussi, la lutteuse Koumba Larroque (19 ans), toute fraîche médaillée de bronze aux championnats du monde. Licenciée à Bagnolet lutte 93, cette interne à l’INSEP attend « cette annonce avec impatience parce qu’elle va permettre de voir tout le monde heureux… »

"Au milieu des habitants de Seine-Saint-Denis..."

JPEG - 28.6 ko

Correspondant de « France Bleu » en Seine-Saint-Denis, le Pantinois Rémi Brancato (30 ans) est aussi content « d’avoir traversé pour la première fois l’Atlantique pour venir couvrir cette attribution historique. La salle où la délégation française va être reçue, est grandiose, à la mesure du faste que sait mettre le C.I.O. ».

Début juillet, il a appris sa sélection « pour le grand raoût à Lima ». Aujourd’hui, ses directs se rapprochent de plus en plus des fatidiques 13 heures de ce mercredi 13 septembre historique, « comme un moment tout aussi attendu que redouté. La montée d’adrénaline va être à son comble… ».

Tout haut, ce journaliste n’ayant pas encore pu vivre des Jeux, rêve de suivre, dans sept ans, la cérémonie d’ouverture « en étant, dans une tribune du Stade de France, au milieu des habitants de Seine-Saint-Denis. J’espère qu’ils pourront alors disposer de nombreuses places..? »

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.