Catégories
Seine Saint-Denis
Bibliothèques Festival

Maylis de Kerangal, Haute fidélité

Le festival Hors Limites fête ses 10 ans cette année, du 29 mars au 13 avril. L’auteure Maylis de Kerangal, prix Médicis, y donnera une lecture à la médiathèque de Rosny-sous-Bois le 29 mars.

Pourquoi êtes-vous fidèle au festival Hors Limites ?

J’y suis venue au moins trois fois. J’ai fait partie de la première édition pour Corniche Kennedy. Je suis revenue pour Réparer les vivants puis avec les étudiants du master de création littéraire de Paris 8 avec lesquels j’ai travaillé pendant deux ans. Certains étudiants avaient fait de la médiation d’autres avaient écrit des textes pour le festival.

Qu’appréciez-vous dans ce festival ?

Hors Limites, c’est le festival des bibliothèques et des médiathèques de Seine-Saint-Denis. J’ai un attachement à ces lieux qui travaillent sur le long terme et mènent un travail de fond auprès des lecteurs. Ce qui est beau dans Hors Limites, c’est qu’il maille tout un territoire. J’ai trouvé d’emblée que ce festival était assez passionnant. Il est extrêmement exigeant sur le plan littéraire. Il s’intéresse à des textes qui ne sont pas forcément ceux des stars du marché littéraire et propose des écritures plus singulières, plus fragiles.

A quoi sert un festival littéraire ?

A créer du désir. Que ce désir puisse éclore pendant ce festival et durer ensuite. Un festival est un coup de projecteur, une intensification. Il s’agit de faire signe à des lecteurs qui ne se dirigent pas facilement vers ces lieux en souhaitant qu’ils y reviennent ensuite.

Et ça marche ?

J’ai le sentiment en tout cas que tout est bon à prendre. Il faut miser sur le fait que ça marche. Je trouve que c’est un des festivals les plus intéressants qui soit. Le but est aussi de créer quelque chose d’assez festif, d’injecter de l’énergie. C’est pour ça qu’il y a des performances, des lectures, des concerts. Hors Limites fait coexister, cohabiter, coïncider deux impulsions presque contraires : les lieux qui travaillent sur le long terme et un événement festif.

Qu’est-ce que la culture pour vous ?

Cela désigne pour moi ce qui ne change pas à chaque génération mais au contraire sédimente et relie les générations entre elles. Ce qui est singulier pour chacun sans être le même pour tous. La culture est à la fois à protéger et à répandre. C’est aussi l’idée qu’autre chose est possible. Qu’on peut penser autrement, que les choses pourraient être autres, vécues autrement. On part parfois dans la vie avec l’idée que les dés sont jetés, mais tout est beaucoup plus plastique, souple, ouvert, émouvant, vivant. Je ne pense pas qu’il faille lier la culture uniquement à l’idée d’outil, d’instrument d’intégration, de lien social, de vivre-ensemble, de démocratie... Pour moi, c’est beaucoup plus grand que cela.

Vous êtes souvent venue en Seine-Saint-Denis, que pensez-vous de ce qui y est fait pour le livre ? pour la lecture ?

Le nombre de dispositifs d’aide à l’écriture, les résidences d’écrivain, les festivals littéraires... un travail énorme est réalisé. Tout le monde en a conscience. Le nombre d’auteurs qui travaillent ou ont travaillé en Seine-Saint-Denis, est incroyable !

Propos recueillis par Isabelle Lopez

SOIRÉE D’INAUGURATION
Vend. 29 mars à 19h30, à la Médiathèque Louis-Aragon de Rosny-sous-Bois
— 
Un monde à portée de main - Lecture par Maylis de Kerangal

Retrouvez le programme complet sur le site du festival : https://www.hors-limites.fr/

à lire aussi
Salon du livre jeunesse en Seine-Saint-Denis Livres

Un Salon du livre 2020 exceptionnel !

Le Département est le principal partenaire du Salon du livre et de la presse jeunesse (SLPJ) en Seine-Saint-Denis. Ce grand rendez-vous culturel et populaire revient pour sa 36ème année à Montreuil du 2 au 7 décembre. Mais pas seulement… En 2020, année si particulière, c’est partout en France qu’il se déploie et 25000 livres sont offerts aux élèves de nos collèges et aux enfants de l’Aide Sociale à l’Enfance. Explications et reportage vidéo.

Saint-Denis In Seine-Saint-Denis Littérature jeunesse

Le "road-movie" confiné de trois Séquano-Dionysiennes

Avec « La nuit tombe, Maman rêve », Cécile Dumoutier, Luna Granada et Eve Gentilhomme signent un album jeunesse plein de rêve et de poésie, qui aborde avec légèreté des thèmes peu traités dans les livres pour enfants comme la monoparentalité. Cet ouvrage 100 % made in Seine-Saint-Denis, puisque l’éditrice et l’auteure sont dionysiennes, est aussi présenté lors de l’édition virtuelle du Salon du Livre 2020.

Journalisme Bondy

Le Bondy Blog : 15 ans de reportages dans les quartiers

Né des suites des émeutes de 2005, le Bondy Blog fête cette année ses quinze ans d’existence. Premier média réalisé par des banlieusard·e·s, il aborde les sujets qui préoccupent les habitant·e·s des quartiers et a fait émerger une nouvelle génération de journalistes. Interview avec sa directrice, Latifa Oulkhouir.

Coronavirus Cinéma

« Soutenir toutes les salles de cinéma sans exception ! »

Le monde du cinéma est en émoi. De nombreuses salles en gestion publique risquent de se voir exclues des aides de l’Etat (50 millions d’euros) pour compenser les pertes d’exploitation en ces temps difficiles de Covid. En Seine-Saint-Denis, cela concernerait 19 salles, sur les 25 que compte le réseau Cinémas 93. Interview avec son directeur Vincent Merlin.