COVID-19 - Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a pris des mesures préventives pour protéger la population tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Retrouvez toutes nos informations disponibles en suivant ce lien
Catégories
Seine Saint-Denis
Compte à rebours pour Rio

Les visages de la Seine-Saint-Denis à Rio (N°17)

Ils sont une vingtaine de sportifs à représenter la Seine-Saint-Denis aux prochains Jeux olympiques de Rio, depuis le 5 août. Français ou étrangers, ils ont en commun de s’entraîner dans des clubs du département. Aujourd’hui, le sauteur de trampoline de la Dionysienne Allan Morante.

Alors que la Seine-Saint-Denis se sent plus que jamais d’humeur olympique à l’heure de la candidature Paris 2024, nous vous présentons ces athlètes au jour le jour.

Aujourd’hui : le sauteur de trampoline Allan Morante

On peut être champion de France en titre en trampoline individuel et en synchronisé, remporter une médaille d’argent en individuel et le bronze en synchronisé en Coupe du Monde et être seulement remplaçant pour les Jeux de Rio… Certainement qu’à 21 ans, Allan Morante a été jugé trop jeune pour être titulaire.

Originaire de Stains, Allan est depuis ses 8 ans à La Dionysienne Saint-Denis. Il voulait commencer la gymnastique, mais c’est le trampoline et ses sauts et rebonds qui l’on emporté : « C’est ça que j’veux faire ! » A l’âge de 14 ans, il intègre les compétitions nationales et à 16 ans il débute sur le plan international avec le collectif France Junior. Depuis 2008 il a intégré le pôle de Bois-Colombes (l’équivalent d’un centre de formation) en parallèle de ses études en Staps (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) à Nanterre.

Allan a véritablement progressé cette année, au point de détrôner le triple champion de France Sébastien Martiny. Mais il est patient et a l’avenir devant lui. « A Rio, je prendrai de l’expérience, qui me servira pour les Jeux suivants. En 2024 j’aurai trente ans, alors j’aurai peut-être la chance de participer aux Jeux Olympiques, à Paris j’espère ! »

à lire aussi
Coronavirus

Yvan Wouandji : « Une forte remise en cause du fonctionnement de notre monde »

Le vice-champion paralympique 2012 de cécifoot - du football pour non-voyants - qui vit son confinement à Sevran, évoque les sentiments ambivalents qu’il a connus lors de l’annonce du report des Jeux paralympiques de Tokyo, pour lesquels les Bleus avaient déjà obtenu leur qualification. Confiant, il donne toutefois rendez-vous dans un an, et nous explique comment il prend son mal en patience.

Génération jeux Boxe

"Après le confinement, la reprise va piquer !"

La boxeuse du Noble Art Rosny Fatia Benmessahel est l’une des espoirs de la Génération Jeux soutenue par le Département de la Seine-Saint-Denis. Entre ses études d’ingénieure en alternance, un maintien de l’activité physique et les soins d’une tendinite, elle raconte son quotidien confiné, avec toujours Paris 2024 en point de mire.

Jeux olympiques et paralympiques

Rebondir encore

Allan Morante a été l’un des premiers sportifs de Seine-Saint-Denis à décrocher sa qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo. Au moment où on apprend leur report à 2021, le multiple champion de France de La Dionysienne Trampoline répond à nos questions, de chez lui, comme la plupart d’entre nous.

Hockey sur glace Neuilly-sur-Marne

Frank Spinozzi dit « so long » aux Bisons

Après 10 ans passés sur le banc du club de hockey sur glace de Neuilly-sur-Marne, l’emblématique coach a fait ses adieux pour se consacrer à sa famille. Au cours de cette décennie, le Franco-Canadien aura signé des statistiques remarquables et aussi contribué à structurer un club aux moyens limités par rapport à ses concurrents.

Services, aides
& démarches

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.