COVID-19 - Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a pris des mesures préventives pour protéger la population tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Retrouvez toutes nos informations disponibles en suivant ce lien
Catégories
Seine Saint-Denis
Compte à rebours pour Rio

Les visages de la Seine-Saint-Denis à Rio (N°14)

Ils sont une vingtaine de sportifs à représenter la Seine-Saint-Denis aux prochains Jeux olympiques de Rio depuis le 5 août. Français ou étrangers, ils ont en commun de s’entraîner dans des clubs du département. Aujourd’hui : l’heptahlète du CA Montreuil Antoinette Nana Djimou.

Aujourd’hui : Antoinette Nana Djimou

Elle a quelque chose du phénix. Quand on la croit usée, fatiguée, au 36e dessous, Antoinette Nana Djimou renaît toujours de ses cendres. Les commentateurs donnaient l’heptathlète perdante lors des Championnats d’Europe 2014 de Zurich ? La sociétaire du CA Montreuil claque un superbe 800 m final, leur fait un pied de nez et revalide son titre de championne d’Europe. Cette année, rebelote : on la croyait déjà hors course après une saison passée à revenir d’une opération compliquée. Que nenni : aux Championnats d’Europe d’Amsterdam, cette sacrée Nana nous refait le coup. L’heptathlète au sourire toujours éclatant perd finalement son titre continental, se classant 2e, mais elle se qualifie haut la main pour les Jeux. Mais maintenant, à 31 ans, cette athlète à l’aise au niveau européen aimerait bien passer à l’échelon du dessus. Ce ne sera pas facile, elle qui, en signant son record perso à Londres 2012, s’était classée seulement 6e. Mais Antoinette a un moral à toute épreuve. Boulimique de vie comme elle l’est sur un stade. « Quand j’ai commencé à faire de l’athlétisme, on m’avait conseillé de faire du 200 m, se souvient celle qui a débuté à l’âge de 13 ans, peu après son arrivée en France en provenance du Cameroun. Mais moi en compétition, je voulais faire toutes les épreuves et ce n’était pas possible parce que certaines se déroulaient en même temps. Du coup, j’ai commencé l’heptathlon et ça m’a tout de suite plu. » Quand elle ne foule pas le tartan, Antoinette poursuit des études de styliste, à l’école Formamod dans l’Est parisien. On peut lui faire confiance pour tailler un costard à ses adversaires.

PNG - 965.3 ko

Son entrée en piste : Heptathlon les 12 et 13 août

Stevan Lebras, photographe
JPEG - 8.4 ko

Il a le contact franc et direct, amical. Si vous êtes sportif, vous sentez tout de suite que Stevan Lebras fait partie de l’équipe. Ce Montreuillois pur jus a photographié les sportifs de Seine-Saint-Denis participant aux Jeux Olympiques et paralympiques de Rio, un travail réalisé en partenariat avec le CDOS 93 (Comité Départemental Olympique et Sportif). « Le sport, j’en fais depuis toujours. Du tennis, mais aussi des sports collectifs. Je ne pourrais pas imaginer ma vie sans. Photographier des sportifs, pour moi c’est juste une évidence. » Malgré les nombreuses sollicitations, les futurs olympiens acceptent volontiers de se faire tirer le portrait, comme l’épéiste Lauren Rembi : « On a passé notre temps à discuter, c’était un très bon moment. Je n’ai pas du tout eu l’impression d’une séance photo et pourtant, elles sont superbes ! J’ai conseillé à toutes mes copines d’y aller ! » Stevan sait rassurer les personnes qu’il photographie. « C’est important d’avoir une relation de confiance. Je privilégie les regards, ils racontent toute leur vie : leurs joies, leurs échecs, leurs espoirs… »
Retrouvez ses portraits dans notre série Compte à rebours pour Rio.

G.M.

à lire aussi
Coronavirus

Yvan Wouandji : « Une forte remise en cause du fonctionnement de notre monde »

Le vice-champion paralympique 2012 de cécifoot - du football pour non-voyants - qui vit son confinement à Sevran, évoque les sentiments ambivalents qu’il a connus lors de l’annonce du report des Jeux paralympiques de Tokyo, pour lesquels les Bleus avaient déjà obtenu leur qualification. Confiant, il donne toutefois rendez-vous dans un an, et nous explique comment il prend son mal en patience.

Génération jeux Boxe

"Après le confinement, la reprise va piquer !"

La boxeuse du Noble Art Rosny Fatia Benmessahel est l’une des espoirs de la Génération Jeux soutenue par le Département de la Seine-Saint-Denis. Entre ses études d’ingénieure en alternance, un maintien de l’activité physique et les soins d’une tendinite, elle raconte son quotidien confiné, avec toujours Paris 2024 en point de mire.

Jeux olympiques et paralympiques

Rebondir encore

Allan Morante a été l’un des premiers sportifs de Seine-Saint-Denis à décrocher sa qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo. Au moment où on apprend leur report à 2021, le multiple champion de France de La Dionysienne Trampoline répond à nos questions, de chez lui, comme la plupart d’entre nous.

Hockey sur glace Neuilly-sur-Marne

Frank Spinozzi dit « so long » aux Bisons

Après 10 ans passés sur le banc du club de hockey sur glace de Neuilly-sur-Marne, l’emblématique coach a fait ses adieux pour se consacrer à sa famille. Au cours de cette décennie, le Franco-Canadien aura signé des statistiques remarquables et aussi contribué à structurer un club aux moyens limités par rapport à ses concurrents.

Services, aides
& démarches

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.