Catégories
Seine Saint-Denis
Compte à rebours pour Rio

Les visages de la Seine-Saint-Denis à Rio (N°14)

Ils sont une vingtaine de sportifs à représenter la Seine-Saint-Denis aux prochains Jeux olympiques de Rio depuis le 5 août. Français ou étrangers, ils ont en commun de s’entraîner dans des clubs du département. Aujourd’hui : l’heptathlète du CA Montreuil Antoinette Nana Djimou.

Aujourd’hui : Antoinette Nana Djimou

Elle a quelque chose du phénix. Quand on la croit usée, fatiguée, au 36e dessous, Antoinette Nana Djimou renaît toujours de ses cendres. Les commentateurs donnaient l’heptathlète perdante lors des Championnats d’Europe 2014 de Zurich ? La sociétaire du CA Montreuil claque un superbe 800 m final, leur fait un pied de nez et revalide son titre de championne d’Europe. Cette année, rebelote : on la croyait déjà hors course après une saison passée à revenir d’une opération compliquée. Que nenni : aux Championnats d’Europe d’Amsterdam, cette sacrée Nana nous refait le coup. L’heptathlète au sourire toujours éclatant perd finalement son titre continental, se classant 2e, mais elle se qualifie haut la main pour les Jeux. Mais maintenant, à 31 ans, cette athlète à l’aise au niveau européen aimerait bien passer à l’échelon du dessus. Ce ne sera pas facile, elle qui, en signant son record perso à Londres 2012, s’était classée seulement 6e. Mais Antoinette a un moral à toute épreuve. Boulimique de vie comme elle l’est sur un stade. « Quand j’ai commencé à faire de l’athlétisme, on m’avait conseillé de faire du 200 m, se souvient celle qui a débuté à l’âge de 13 ans, peu après son arrivée en France en provenance du Cameroun. Mais moi en compétition, je voulais faire toutes les épreuves et ce n’était pas possible parce que certaines se déroulaient en même temps. Du coup, j’ai commencé l’heptathlon et ça m’a tout de suite plu. » Quand elle ne foule pas le tartan, Antoinette poursuit des études de styliste, à l’école Formamod dans l’Est parisien. On peut lui faire confiance pour tailler un costard à ses adversaires.

PNG - 965.3 ko

Son entrée en piste : Heptathlon les 12 et 13 août

Stevan Lebras, photographe
JPEG - 8.4 ko

Il a le contact franc et direct, amical. Si vous êtes sportif, vous sentez tout de suite que Stevan Lebras fait partie de l’équipe. Ce Montreuillois pur jus a photographié les sportifs de Seine-Saint-Denis participant aux Jeux Olympiques et paralympiques de Rio, un travail réalisé en partenariat avec le CDOS 93 (Comité Départemental Olympique et Sportif). « Le sport, j’en fais depuis toujours. Du tennis, mais aussi des sports collectifs. Je ne pourrais pas imaginer ma vie sans. Photographier des sportifs, pour moi c’est juste une évidence. » Malgré les nombreuses sollicitations, les futurs olympiens acceptent volontiers de se faire tirer le portrait, comme l’épéiste Lauren Rembi : « On a passé notre temps à discuter, c’était un très bon moment. Je n’ai pas du tout eu l’impression d’une séance photo et pourtant, elles sont superbes ! J’ai conseillé à toutes mes copines d’y aller ! » Stevan sait rassurer les personnes qu’il photographie. « C’est important d’avoir une relation de confiance. Je privilégie les regards, ils racontent toute leur vie : leurs joies, leurs échecs, leurs espoirs… »
Retrouvez ses portraits dans notre série Compte à rebours pour Rio.

G.M.

à lire aussi
Pierrefitte-sur-Seine Natation JOP 2024

Elle donne son nom au nouveau centre aquatique de Pierrefitte : qui est Claire Supiot ?

Le centre aquatique Claire Supiot à Pierrefitte-sur-Seine ouvre ses portes au public vendredi 27 mai ! Mais savez-vous qui se cache derrière ce nom ? Une nageuse, la seule de l’histoire ayant participé à des Jeux olympiques et paralympiques ! Claire Supiot, c’est un parcours de vie hors du commun et un sourire à toute épreuve. Rencontre en vidéo.

Bondy Football

Kylian Mbappé, Bondy forever

Le champion du monde 2018 et attaquant prolifique a décidé de rester trois ans supplémentaires au Paris Saint-Germain. Lundi, il a expliqué les raisons de son choix et n’a pas manqué d’adresser un bonjour chaleureux à Bondy, là où tout a commencé.

Waterpolo Saint-Denis Noisy-le-Sec

Cercle 93, tête haute !

Pour la deuxième année consécutive, la finale du championnat de France Elite de water-polo opposait le Cercle 93 à Marseille, la référence. Le 18 mai le match aller au stade nautique Maurice-Thorez de Montreuil s’est soldé par une victoire des Marseillais 17 à 13, qui ont confirmé chez eux 13 à 7. Vice champion de France, le Cercle 93 a pourtant gagné sur bien des points...