Catégories
Seine Saint-Denis
Transports Saint-Ouen

Les futures rames du Grand Paris Express se dévoilent

C’est un supermétro très attendu par les Francilien·ne·s. Pour leur donner un avant-goût avant sa mise en service, la Société du Grand Paris héberge l’exposition "Les lignes du design" depuis le 3 octobre à Saint-Ouen. L’occasion pour le public de monter dans une rame grandeur nature et découvrir le parcours des futurs voyageurs.

« Il est hyper stylé ce métro » s’enthousiasme Naël, un jeune Balbynien de 10 ans. Avec son père Michel, le collégien s’est offert un beau voyage dans le futur. Comme eux, un millier de curieux·euse·s se pressent dans les locaux de la Fabrique du métro* à Saint-Ouen pour explorer « l’univers » des futures lignes 14 Nord, 15, 16 et 17. Le père et son fils, visiblement emballés, rejoignent un médiateur qui leur présente en détail le graphisme conçu par la Société du Grand Paris (GPE) pour habiller le mobilier et la signalétique des futures gares.

Un design à la fois apaisant et ultra-moderne

Après une première salle dédiée au chantier pharaonique en cours (emploi d’une vingtaine de tunneliers géants, construction de gares...), Michel, Naël et d’autres visiteur·euse·s découvrent captivé·e·s un démonstrateur de quai, « accessible à tous et doté d’un éclairage se rapprochant de la lumière naturelle » censé réduire la fatigue des voyageur·euse·s...
Ils·elles pénètrent ensuite dans une rame de type boa (sans séparation) pour en découvrir l’aménagement : sièges suspendus (bleus et rouges), barre de maintien, prises USB, espace dynamique d’information... « Chaque métro automatique sera d’une capacité de 500 ou 1000 voyageurs et atteindra les soixante kilomètres/heure », précise fièrement le guide.
Troisième étape du parcours, le groupe embarque dans un modèle de gare (encore évolutif) et découvre le « look » futuriste des futurs distributeurs, guichets, signalétique... conçu par les designers Ruedi Bauer et Patrick Jouin.Un dernier espace composé de maquettes, panneaux et dispositifs multimédias interactifs dévoile l’environnement du futur supermétro tandis que les plus jeunes profitent de jeux et de projections vidéo en 3D sur « le plus grand chantier du siècle ».

Un atout stratégique pour la Seine-Saint-Denis

Cette démultiplication des offres de transport est bien sûr une bonne nouvelle : la Seine-Saint-Denis accueillera une vingtaine de gares (sur les 68 prévues) et les 200 kilomètres de réseaux construits autour de Paris jusqu’en 2030 permettront de désenclaver des territoires jusqu’alors mal desservis. Beaucoup d’habitants du territoire bénéficieront ainsi de temps de transport réduits et de rénovations importantes autour des gares.
Le Département de son côté a investi près de 10 millions d’euros pour le réaménagement de routes départementales du futur carrefour des Six-routes à La Courneuve, à proximité des futures lignes 16 et 17. « La collectivité a aussi réalisé des études techniques pour organiser l’intermodalité des gares Pont-de-Bondy et Drancy-Bobigny » déclare Bertrand Masquelier, chef du bureau départemental des transports et des mobilités. « Et les agents ont contribué au dévoiement de réseaux d’assainissement sous la ligne du RER B à Sevran-Beaudottes ».
Le chantier hors-norme du GPE retardé par un environnement urbain complexe et par la crise sanitaire, subit des retards qui rendront très difficile sa livraison pour les Jeux olympiques de 2024 (à l’exception de la 14 Nord entre Mairie de Saint-Ouen et Pleyel). Des solutions de repli sont toutefois programmées pour permettre à la population d’assister sans encombre aux épreuves sportives.

Pour visualiser concrètement vos futurs itinéraires, rendez-vous sur la carte interactive du GPE.

Entrée libre et gratuite de l’exposition "Les lignes du design" après la période de confinement chaque premier samedi du mois de 10h à 19h et sur réservation ici du lundi au vendredi de 8h à 19h (jusqu’en janvier 2021)

*La Fabrique du métro
Bâtiment 563- Travées E-F
Parc des Docks
50 rue Ardouin à Saint-Ouen-sur-Seine
(parking gratuit devant le bâtiment)

Les visites sont organisées dans le respect des consignes sanitaires. Prière de respecter les gestes barrières et de porter un masque.

JPEG - 423.1 ko

Crédit-photo : Alstom (dessin industriel) et Société du Grand Paris/Léticia Ponctual

à lire aussi

Les gares de Seine-Saint-Denis : lieu crucial dans la ville

Les gares ont toujours été un lieu de vie crucial depuis l’avènement du chemin de fer au 19e siècle. Point de déplacement et de ralliement, elles ont contribué à l’extension et au dynamisme des villes qu’elles desservent puis à l’émergence de nouveaux quartiers. Pour le cas du Bourget, sa gare régulatrice joua même un rôle-clé à l’arrière du front pendant La Grande Guerre.

Aménagement urbain In Seine-Saint-Denis Bagnolet

A Bagnolet, les artistes ont leur bureau en haut de « La Tour »

Depuis janvier, le collectif Souk Machines, membre du IN Seine-Saint-Denis, loue des bureaux à de jeunes créatifs indépendants- photographes, graphistes, scénaristes, écrivains etc- sur cinq étages d’une des tours jumelles des Mercuriales à Bagnolet. Cet « urbanisme de transition » emporte un franc succès, car il répond à une forte demande de bureaux à des prix accessibles et à une aspiration à des lieux de travail collectifs qui s’intensifie avec les diverses mesures de confinement. Reportage et vidéo !

Aménagement urbain Mobilité

Le tram T1 trace sa route

Mercredi 24 février, le président Stéphane Troussel a visité à Romainville le chantier du prolongement du T1 vers Val-de-Fontenay via Montreuil. Entre franchissement de l’A86, démolition de l’A3, nivelage, réutilisation des matériaux et prise en compte des riverains, un chantier complexe mais qui à la fin, changera la vie quotidienne de milliers d’habitant.e.s. Reportage en vidéo.

Transition écologique

Maïwenn Mollet : elle transforme les couches pour bébé en compost !

Qui a déjà croisé un bébé dans sa vie confirmera que les couches jetables peuvent représenter jusqu’à ⅓ de la poubelle d’un foyer. Or une couche met 400 à 450 ans pour se dégrader naturellement en décharge et finit la plupart du temps incinérée. Pourtant, une couche usagée c’est 75% de matières organiques qui ne demandent qu’à « revenir à la terre » pour fertiliser les sols de façon naturelle. Rencontre et vidéo avec Maïwenn Mollet, porteuse d’une solution grâce au projet Les Couches fertiles.