Catégories
Seine Saint-Denis

Les corps des femmes se mettent en scènes au #Wetoo festival

Pourquoi la libération des femmes passe-t-elle par celle de leurs corps ? Comment éduquer ses enfants de manière féministe ? Le week-end dernier, à la Cité fertile à Pantin, le Wetoo festival répondait à ces questions à travers des propositions théâtrales et artistiques, prises d’assaut par un public jeune... et nombreux.

Episiotomie, endométriose, fausses couches, curetage, Distilbène, poing du mari. Samedi après-midi, sur le plateau de la grande Halle de la Cité Fertile, trois comédiennes faisaient voler en éclat tous les tabous liés à la vie du corps des femmes dans "Speculum". Dense, drôle, et accessible et émouvant, le spectacle passe en revue les diverses violences obstétricales rencontrées par les femmes tout au long de leur vie. De sujets de discussions entre trois amies autour d’un guéridon, Caroline Sahuquet, Delphine Biard et Flore Grimmault, ces expériences se sont transformées en spectacle. Et le spectacle, à son tour, a inspiré la création d’un collectif de femmes artistes, Les Collectives, lui-même à l’origine de la création du Wetoo festival. "Nous voulions décliner les enjeux féministes à travers l’art", explique Morgane Massart, une des six co-organisatrices du festival. "Au début, Wetoo devait avoir lieu au théâtre Lepic, pendant quatre jours, en mai. Et puis le Covid est arrivé, et nous avons dû tout reprendre de zéro. Le fait qu’il ait lieu à La Cité fertile, qu’on enregistre 3 500 visiteurs, que tous les spectacles affichent complet, que les gens continuent de vivre et de profiter de la culture malgré les conditions sanitaires, c’est comme une récompense après la tempête", s’émeut Caroline Sahuquet, une autre des co-organisatrices.

JPEG - 112.4 ko

Delphine Biard et Flore Grimmault

Notre corps, nous- mêmes

"La programmation répond à trois questions : Comment passer du corps objet au corps sujet d’abord, comment construire une éducation non genrée et non hétéronormative ensuite, et enfin, un questionnement sur ce qu’il se passe ailleurs", détaille la metteuse en scène. Pour répondre à la première question : les spectacles "Speculum", "Tout sur le rouge", l’adaptation du texte "Ceci est mon sang", sur les règles, de la journaliste montreuilloise Elise Thiébaut, "Ca rend pas sourd", un florilège de textes érotiques lus par des comédiens, à écouter au casque. Une table ronde a également réuni la philosophe Camille Froidevaux-Mettairie, autrice de l’ouvrage " Seins : En quête d’une libération", Elise Thiébaut, Ielena Perret, une des autrices de la réédition de l’ouvrage des années 70 "Notre corps, nous-mêmes". Au cœur des débats, la manière dont le corps, potentiel lieu d’enfermement des femmes, peut aussi devenir l’endroit de leur émancipation. Emancipation qui passe notamment par la danse : une fois la nuit tombée, les mélopées de la DJ Barbara Butch, ont permis à nos sorcières de passer un joyeux sabbat.

Les fées pètent l’écran

Seconde question abordée par le festival : comment partager le féminisme, qui a plutôt tendance à en dynamiter les structures, en famille ? Pour répondre à ce défi, les Collectives avaient invité des conteuses à narrer des histoires aux titres évocateurs, telles que "Elle pas princesse, lui pas héros", ou "Les fées pètent l’écran". La librairie éphémère "Les mots à la bouche" proposait des albums jeunesse remettant les normes de genre en cause. Enfin, une table ronde réunissant l’humoriste Laurent Sciamma et la journaliste d’Arte Marie Labory questionnait l’école et sa tendance a conformer les enfants aux standards féminins et masculins, et à l’hétérosexualité, dès leur plus jeune âge. Enfin, le spectacle " La Guerre des filles", sur la lutte des femmes kurdes et le film " Femmes sur la brèche", sur les luttes féministes au Chili, élargissaient eux le questionnement au niveau international.

Un message d’espoir

JPEG - 88.8 ko

L’objectif, difficile à atteindre, à savoir la conjugaison d’une programmation exigeante, et l’adresse à un public familial, est atteint. "Le festival ne prêche pas que les convaincus, il s’adresse au tout-venant, y compris aux hommes, et je trouve ça super de vulgariser et de rendre accessibles ces thématiques, qu’on trouve surtout discutées dans des livres ou des blogs", témoigne Marion. Nina, Gwen et Aude sont venues au festival parce qu’elles en ont entendu parlé par le biais d’une Youtubeuse écolo. Quant à Léa et Sophie, c’est pour danser sur les sons de Barbara Butch qu’elles sont arrivées jusqu’à la Cité fertile. "Je kiffe qui elle est : une lesbienne grosse et hyper engagée. Ces gens-là existent, et c’est important de les rendre visibles, et d’éduquer, par elles, au féminisme", estime la jeune femme. "Et comme on peut plus faire la teuf depuis mars..." ajoute-t-elle en rigolant.
Le succès de l’évènement a bouleversé Caroline Sahuquet : "Concilier féminisme et famille, s’adresser à tout le monde de 7 à 77 ans, rendre accessible le féminisme à ceux qui s’en sentent éloignés, c’est un message d’espoir pour construire un avenir plus juste et plus égalitaire pour tous et toutes".

Vous pouvez assister aux représentations de "Speculum, 2021 l’Odyssée du corps des femmes’ à la Manufacture des Abbesses tous les jeudi, vendredi et samedi à 19 heures jusqu’au 10 octobre 2020.
à lire aussi
Art Parcs départementaux Patrimoine

Olivier Grossetête : "Ce qui est essentiel est de construire ensemble"

Du 21 au 27 septembre, l’artiste Olivier Grossetête, connu internationalement pour ses constructions monumentales en cartons, proposera aux habitant·e·s de Seine-Saint-Denis d’en fabriquer une autour du bâtiment de la Cartoucherie, dans le parc départemental de La Poudrerie. Nous avons demandé au plasticien de nous en dire plus sur ce projet artistique participatif hors norme.

Saint-Denis Street-Art Saint-Denis

Sous les scellés, la culture !

Jusqu’au 20 septembre, l’association Mur 93 organise à Mains d’œuvres à Saint-Ouen, "Destin scellé", une exposition-vente d’artistes urbains qui ont laissé libre cours à leur imagination sur les panneaux de métal qui avaient l’espace de 99 jours interdit l’accès à ce lieu de culture et de rencontres. De l’art engagé pour continuer le combat de Mains d’œuvres plus que jamais en quête de liberté de créer et d’oser...

Philippe Rebbot, un second couteau fort bien aiguisé

Ex-compagnon de Romane Bohringer à la ville, le comédien enchaîne avec brio les seconds rôles comiques et loufoques au cinéma depuis une dizaine d’années. Dans ce portrait réalisé juste avant le confinement et qui n’avait alors pas pu être publié, ce grand échalas clame son amour pour Montreuil, une ville « chevillée au corps » qu’il ne quitterait pour rien au monde.