Catégories
Seine Saint-Denis
Tremblay-en-France Théâtre

Les P’tits Pioufs à la découverte d’Avignon

Pendant 5 jours, quinze jeunes de l’association de quartier Les P’tits Pioufs de Tremblay-en-France se sont immergés dans le festival d’Avignon. Une expérience riche en découvertes et en émotions. REPORTAGE à l’occasion de notre dossier spécial La Belle Scène Saint-Denis.

Implantée au cœur du centre ville de Tremblay-en-France, l’association Les P’tits Pioufs est très active dans la vie du groupe scolaire Cotton-Moulin. Et cette année, en parallèle de l’aide aux devoirs et à l’accompagnement à la parentalité qu’elle propose, la structure a monté un projet culturel ambitieux : emmener plusieurs jeunes de l’association au festival d’Avignon.

Ainsi, du 10 au 14 juillet, quinze adolescents âgés de 12 à 13 ans ont pris un train direction le sud de la France pour s’immerger dans l’un des événements culturels les plus importants de la période estivale. Accompagné par le théâtre Louis-Aragon, le projet s’inscrit dans la continuité d’une collaboration qui dure depuis des années.

JPEG - 85.7 ko

« Aïcha Hadj, la présidente de l’association Les P’tits Pioufs m’a fait part de son envie de venir avec nous à Avignon dès le début de la saison 2016-2017 », explique Anne Muffang, chargée des actions artistiques. « Nous travaillons ensemble depuis des années, elle fait venir environ 150 enfants du centre ville au théâtre Louis-Aragon tous les ans. »

C’est donc ensemble que les deux structures ont permis au projet d’exister, et qu’elles ont concocté aux jeunes pousses un programme riche et varié. « Tout s’est très bien déroulé », raconte Anne Muffang avec enthousiasme.

« Pendant le séjour, ils ont été voir deux spectacles dans le Festival IN « Où sont les Ogres » de Pierre Yves Chapalain et « Scena Madre » d’Ambra Senatore, et 3 spectacles dans le OFF, à la Parenthèse dans le cadre de la Belle Scène Saint-Denis : « Cendrillon » de Joël Pommerat mis en scène par Camille de la Guillonnière, le programme danse avec « Care » de Mélanie Perrier, et «  Juste Heddy » de Mickaël Phelippeau ».

Autour des pièces, des rencontres avec les équipes artistiques très fructueuses, comme le confie Anne Muffang : « La rencontre avec Heddy, le jeune homme dont Mickaël Phelippeau fait le portrait, était sans conteste un moment fort du séjour. Il vient des quartiers nord de Marseille et nous livre son histoire avec ses déboires, mais aussi porteuse d’espoir ; Aïcha était très touchée par ce jeune homme pas si éloigné des P’tits Pioufs. » Autre temps fort : « Ambra Senatore qui assistait au programme danse le jour où les P’tits Pioufs étaient là, a spontanément proposé aux jeunes de rester après la représentation de « Scena Madre » pour un échange avec ses danseurs et elle ! »

En résulte un séjour qui a permis à des jeunes de s’ouvrir à un nouveau monde plein de possibilités où la création artistique est un terrain de jeu à la portée de tous. « On souhaite profondément leur montrer que c’est possible, possible de rêver, d’aller à la découverte de l’inconnu et de s’y sentir bien, possible de ressentir des émotions et de les exprimer. »

à lire aussi
Coronavirus Cinéma

« Soutenir toutes les salles de cinéma sans exception ! »

Le monde du cinéma est en émoi. De nombreuses salles en gestion publique risquent de se voir exclues des aides de l’Etat (50 millions d’euros) pour compenser les pertes d’exploitation en ces temps difficiles de Covid. En Seine-Saint-Denis, cela concernerait 19 salles, sur les 25 que compte le réseau Cinémas 93. Interview avec son directeur Vincent Merlin.

Livres

Décryptage de la violence

Dans son livre "Laisse pas traîner ton fils", l’écrivain dionysien Rachid Santaki part d’un fait divers sanglant et dresse le portrait d’une jeunesse en proie à la violence, dans la rue, la famille et les réseaux sociaux.

Stains Théâtre

Sonja Mazouz, Studio number one

Cette ancienne danseuse-comédienne est entrée dans la profession grâce au Studio Théâtre de Stains. Désormais coach de gym pilates après une carrière bien remplie, elle revient toutefois à ses premières amours et répète actuellement la nouvelle pièce du STS, « Rousseau et Jean-Jacques » qui sera jouée quand les théâtres pourront rouvrir. Portrait.

Saint-Denis In Seine-Saint-Denis Littérature jeunesse

Le "road-movie" confiné de trois Séquano-Dionysiennes

Avec « La nuit tombe, Maman rêve », Cécile Dumoutier, Luna Granada et Eve Gentilhomme signent un album jeunesse plein de rêve et de poésie, qui aborde avec légèreté des thèmes peu traités dans les livres pour enfants comme la monoparentalité. Cet ouvrage 100 % made in Seine-Saint-Denis, puisque l’éditrice et l’auteure sont dionysiennes, sera aussi présenté lors de l’édition virtuelle du Salon du Livre de Montreuil.