Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Badminton

Le bad est bon pour la mixité

Dans les clubs de badminton, femmes et hommes s’entraînent et jouent ensemble. Exemple avec le CBAB d’Aulnay-sous-Bois.

Dans les épreuves par équipe de badminton, hommes et femmes sont coéquipiers, à parts égales.

Lorsque les Ducks d’Aulnay rencontrent une autre équipe du Top 12 (le plus haut niveau français), on prend en compte les résultats de deux simples masculins et féminins, un double homme, un double femme et deux doubles mixtes. Une équipe qui veut briller doit miser autant sur les hommes que sur les femmes. Une recette simple pour promouvoir la mixité !

« Tous les entraînements sont mixtes, les badistes sont regroupés par niveau, le genre n’est pas pris en compte- », explique Frédérik Folkeringa, président du CBAB. Guillaume Culan entraîne le groupe des ados : « Je demande les mêmes exercices aux filles et aux garçons, les gestes techniques sont les mêmes. Seuls les exercices purement physiques sont un peu allégés ou raccourcis pour les filles. »

Sur le terrain, l’ambiance est détendue, on rit autant qu’on travaille. Eddy, 16 ans, apprécie : « Les filles apportent plus d’humour ! Ça détend l’atmosphère, c’est agréable. » Avant le badminton, Amélia a fait beaucoup de gymnastique : « Il y avait plus de rivalité, de hiérarchie entre les filles.

Au bad, avec les garçons, c’est plus chaleureux. Bien sûr, ça vanne entre filles et garçons mais ça reste sympa ! » Les filles sont même particulièrement soignées, explique Stan Sawruk, entraîneur : « À haut niveau, les joueuses de double mixte gagnent plus d’argent que les hommes, elles sont plus recherchées. » Une exception dans le monde très masculin du sport professionnel.

Éloïse Remond,
15 ans
« Jouer et s’entraîner ensemble avec les garçons apporte plus d’équilibre.
On s’entraide plus, on ne fait pas vraiment attention si on joue avec un garçon ou une fille : ce qui compte, c’est le niveau du partenaire, c’est tout. Ça change de l’école, où les garçons et les filles sont plus entre eux.

Le badminton, c’est un peu un terrain neutre. »


Matchs d’élite

Les Ducks d’Aulnay évoluent en Top 12, le championnat qui regroupe les meilleures équipes de France. Chaque rencontre compte huit matchs, tous âprement disputés.
Allez les soutenir et régalez-vous, le badminton c’est du grand spectacle !
cbab.fr

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.