Catégories
Seine Saint-Denis
Logement Le Pré-Saint-Gervais

Le Département opte pour un monte-personnes électrique contre les pannes d’ascenseur

Seine-Saint-Denis Habitat et le collectif « Plus sans ascenseurs » ont signé le 20 février une convention portant sur l’expérimentation d’un monte-personnes électrique dans un immeuble de la cité Gabriel-Péri, au Pré-Saint-Gervais. Une solution alternative pour transporter les personnes à mobilité réduite en cas d’avarie d’ascenseur.

Un « escape share » ou monte-personnes électrique. Son nom n’est pas très sexy mais sa présence dans certains immeubles du département pourrait bouleverser le quotidien de ses utilisateurs, les personnes handicapées et/ou âgées en l’occurrence. Pour faire face aux pannes d’ascenseurs à répétition, le bailleur social Seine-Saint-Denis Habitat et le collectif « Plus sans ascenseurs » ont signé le 20 février dans la cité Gabriel-Péri au Pré-Saint-Gervais, une convention qui repose sur deux points : l’expérimentation d’un équipement de type monte-escaliers électrique, équipé d’une assise repliable et de poignées télescopiques permettant de progresser marche par marche, et d’un service d’accompagnement y afférent ; l’évaluation des résultats de ce test pour envisager les suites à donner.

Fortement implanté en Seine-Saint-Denis, le collectif « Plus sans ascenseurs », qui lancera officiellement son fonds de dotation et son association au Blanc-Mesnil le 22 mars, est investi depuis 2016 sur les problématiques de mobilité verticale. « Cette expérimentation n’est pas un remplacement mais une solution alternative, précise Fouad Ben Ahmed, le fondateur du collectif. Elle sera notamment très utile en cas de problème médical par exemple. Je suis heureux que Seine-Saint-Denis Habitat, malgré les réductions des dotations publiques, se mobilise dans cette voie. »

« En 2018, 6500 interventions ont eu lieu sur les 500 ascenseurs du parc de Seine-Saint-Denis Habitat »

Seine-Saint-Denis Habitat, premier bailleur à s’engager dans une expérimentation de cet ordre, va financer cet appareil importé d’Allemagne estimé à plus de 6 000 euros. Et se rapprocher des amicales de locataires pour former des accompagnateurs et déterminer qui seront les personnes prioritaires. « En 2018, 6500 interventions ont eu lieu sur les 500 ascenseurs du parc. Cela représente une somme d’1,8 million d’euros pour lutter contre l’usure technique et le vandalisme, c’est beaucoup trop, a déclaré Stéphane Troussel, président du conseil départemental et de Seine-Saint-Denis Habitat. Et d’ajouter : « Depuis plus de dix ans, nous avons investi plus de 27 millions d’euros pour la rénovation et le changement de matériel. »

JPEG - 44.2 ko

Waël, membre du collectif qui se déplace en fauteuil, a accepté sans broncher de jouer les « cobayes » lors de la démonstration, qui s’est tenue dans la cage d’escalier d’un des immeubles de la cité Gabriel-Péri. « Dans la tour où j’ai grandi à Pantin, l’ascenseur était constamment en panne. Si ma famille ne m’était pas venue en aide pour me porter, j’aurais été condamné à vivre non pas dans un appartement mais dans une prison. Ce monte-escaliers leur aurait non seulement évité des maux de dos mais aussi d’investir dans un pavillon de plain-pied pour remédier au problème. »

Photos : @Daniel Ruhl

à lire aussi
Santé & Prévention

A bord du nouveau bus dentaire du Département

Lancé en mars mais vite interrompu par le premier confinement, le nouveau bus bucco-dentaire du Département est reparti sur les routes depuis octobre. Sa mission : aller vers les enfants des écoles maternelles et primaires pour accomplir un travail de dépistage et de premiers soins. Un dispositif complété par des équipes volantes de dentistes qui se rendent également auprès de personnes précaires, handicapées ou âgées.

Lutte contre les violences

Toujours mobilisé·e·s contre les violences

Mardi 24 novembre, les 16es Rencontres Femmes du monde en Seine-Saint-Denis se sont tenues à la MC 93 de Bobigny, mais surtout en ligne. Plus de 500 personnes, en Seine-Saint-Denis, en France et à l’étranger ont écouté les témoignages de l’ensemble des actrices et acteurs du département mobilisé·e·s pour lutter contre les violences faites aux femmes.