Catégories
Seine Saint-Denis
Collèges

La rentrée dans un nouveau collège, toute une aventure !

C’était la rentrée lundi 3 septembre pour tous les collégien·ne·s de France et de la Seine-Saint-Denis. Coup de projecteur sur le tout nouveau collège intercommunal Montreuil/Bagnolet, situé au sud du parc des Guilands, qui a accueilli ses premier·ère·s élèves et une équipe pédagogique volontaire et dynamique. Reportage.

« La sixième, c’est intimidant », chuchote Lucie, le cœur battant. Comme les 130 autres jeunes collégien·ne·s, elle attend l’appel de son nom dans la cour du tout nouveau collège Solveig-Anspach, à Montreuil. Mme Picard-Boutet, la principale, prend le temps de nommer chaque élève afin que chacun se range derrière son professeur principal.

Ce rituel du premier jour a beau être immuable, pour Mme Picard-Boutet, ce n’est pas une rentrée comme les autres. « C’est une aventure inédite, c’est rare dans une carrière d’ouvrir un nouvel établissement, c’est un honneur et un plaisir, souligne-t-elle. Le collège est spacieux et lumineux, je pense qu’il va être agréable à vivre. Et je suis très contente qu’il porte le nom d’une femme. Solveig Anspach était une réalisatrice montreuilloise qui a fait une trilogie de films (Back soon, Queen of Montreuil et l’Effet aquatique, ndlr) sur notre ville, où elle explore l’autre, le monde avec une belle ouverture d’esprit. Je suis ravie que l’établissement porte son nom ».

JPEG - 80.5 ko

Situé au sud du parc départemental Jean-Moulin - Les Guilands, ce nouveau collège est au cœur d’une démarche de Haute Qualité Environnementale. « C’est un bel objet technique, souligne la principale, on a des panneaux solaires, on recycle l’eau, on est équipé en LED. Le bâtiment est vraiment développement durable. C’est aussi un collège à haute technicité : on a des volets roulants automatiques, du wifi, des vidéoprojecteurs. Des ordinateurs et des tablettes vont bientôt arriver ».

JPEG - 87.8 ko

Les parents étaient invités à accompagner leurs enfants, alors les papas et les mamans s’attardent, visitent l’établissement, posent des questions dans le cadre d’une première réunion d’accueil. Tous se réjouissent de voir leurs enfants évoluer dans ce nouvel établissement « à taille humaine ». « C’est magnifique, confie Abdallah. Le collège est tout neuf et l’accueil est très bon. Seul souci, nous habitons de l’autre côté du parc des Guilands et notre fils doit prendre deux bus pour venir, car je ne veux pas qu’il traverse le parc tout seul.  »

En plus des changements de classe et des inscriptions de dernière minute, Mme Picard-Boutet doit régler des tas de petits détails comme le fait qu’il n’y ait pas de numéros sur les casiers. « Avec l’ouverture d’un nouveau collège, on essuie les plâtres, forcément ! ». « Madame la principale est un peu débordée, mais c’est normal, c’est le premier jour  ! défend Marie-Jeanne. Le collège est très bien. J’ai fait une demande pour que ma fille soit accueillie à l’internat. »

Avec le collège Gustave-Courbet de Pierrefitte-sur-Seine, le collège Solveig-Anspach est le deuxième établissement du département à accueillir cette année des élèves internes. Lilya et ses quatre amies vont y dormir dès le 5 septembre. «  Avant, j’avais un peu peur de l’internat, et maintenant je me dis que ça va être trop bien. On va être ensemble avec mes copines. On a de la chance que le collège soit nouveau, mais pour l’instant je trouve qu’il ressemble à un labyrinthe, j’ai peur de me perdre. Et puis, il y a des matières qu’on ne connaît pas. C’est quoi la technologie ? » Réponse dans quelques jours, les filles !

en classe

Le collège semble grand aussi à Eléné et Roksolana, deux anciennes copines de CM2 bien contentes de se retrouver dans la même classe au collège. « Heureusement, c’est bien organisé, il y a des couleurs dans les couloirs, ça nous aide. Par exemple, dans le couloir bleu, il y a les cours d’histoire-géo, musique et arts plastiques. Et tout est propre et neuf, c’est trop bien  ! » Jean-Massa est plus mitigé. « C’est très gris et austère, souligne le garçon, mais c’est vrai que c’est propre et qu’il y a la verdure du parc. »

Côté enseignants, l’arrivée dans un collège neuf est vécue comme une page blanche où tout est à écrire. « Avant, j’étais dans un vieil établissement, alors c’est agréable de venir travailler dans ce cadre, mais il y a aussi plus de pression, on part de zéro  », souligne M. Chesneaux, professeur d’histoire-géographie. Pour l’EPS, les collégiens sont gâtés. « Nous avons un gymnase avec un grand mur d’escalade, et le parc des Guilands à deux pas où nous allons utiliser la piste d’athlétisme et organiser des courses d’orientation, se réjouit M. Soulier. Et en janvier prochain, le plateau sportif couvert extérieur sera terminé. En tant que premiers enseignants d’EPS de ce collège, nous avons pu aussi concevoir notre programme à notre façon ». L’internat est aussi à la pointe car les internes bénéficient de trois vélos-bureaux. C’est prouvé, pédaler en travaillant permet d’augmenter l’attention et de mieux mémoriser !

Et pour la mémoire, une bonne brochette de poisson, ça aide aussi ! Pour ce premier jour, tous les élèves sont invités à découvrir la cantine. « Les assiettes et les couverts sont en plastique aujourd’hui, car on a un petit souci avec la mise en marche du lave-vaisselle, mais tout cela va être réglé très vite », rassure une agente du Département. L’essentiel, c’est que les enfants déjeunent de bon appétit, et puis on l’a dit, le jour de l’ouverture d’un nouveau collège, on essuie les plâtres, forcément !

à lire aussi
Actions éducatives

Un kit pédagogique contre le sexisme

L’Observatoire des violences envers les femmes a réalisé un kit pédagogique à télécharger composé de fiches thématiques à partir des outils de prévention créés par les collégien·ne·s dans le cadre du dispositif « Jeunes contre le sexisme ». Un support qui permet d’ouvrir le dialogue avec des adolescents.

Mobilisation

La bataille pour l’égalité républicaine est engagée

S’appuyant sur un rapport parlementaire qui pointe les manquements de l’Etat en matière de police, de justice et d’éducation sur notre territoire, les dix-huit députés et sénateurs de Seine-Saint-Denis s’engagent ensemble pour demander des comptes à l’Etat. Le premier "round" de ce combat pour l’égalité républicaine a eu lieu, vendredi 5 octobre, à Bobigny. D’autres vont suivre.

Services, aides
& démarches