Catégories
Seine Saint-Denis
Baseball Tremblay-en-France

L’épopée sud-coréenne des Tomcat’s Girls

Six membres des Tomcat’s Girls de Tremblay-en-France ont vécu cinq jours magiques en Corée du Sud, où elles étaient invitées à disputer l’un des plus prestigieux tournois féminins de la discipline. Retour sur leur AVENTURE.

« On a vraiment vécu un moment extraordinaire » Eléonore Castello, 23 ans, fait partie des six veinardes du club des Tomcat’s de Tremblay qui ont pu partir du 24 au 28 août en Corée du Sud, pour participer à la LG Cup, l’un des tournois de baseball féminin les plus réputés au monde.

Au total, elles étaient 18 Françaises invitées à se mesurer à quelques-unes des meilleures sélections amateures au monde. Au cours de ces cinq jours qu’elles ne sont pas près d’oublier, les « French Touch Ladies » – le nom du collectif formé par le noyau dur des filles de Tremblay renforcé par d’autres clubs de France – en ont donc pris plein les yeux.

Sur un plan sportif, elles ont eu le plaisir de disputer des matches sur des billards – les terrains d’entraînement d’un des clubs pro de Séoul, les LG Twins – tout en faisant l’apprentissage du haut niveau.
Corée du Sud, Japon, Australie : à chaque fois les scores ont été lourds. « Forcément, on savait qu’il y avait plusieurs classes d’écart entre notre collectif et les autres pays, comme le Japon (qui gagne le tournoi, ndlr) jouaient parfois avec des filles semi-pros, commente Jef Labouze, le président et coach des Tomcat’s à l’origine de cette belle aventure. Mais jamais les filles n’ont baissé les bras. Et pour le dernier match, on a même eu la satisfaction d’accrocher un peu Hong-Kong 24 à 7 ».

Et puis, l’essentiel était ailleurs : « Ce qu’on a vécu sur un plan humain est extraordinaire. Je ne connaissais pas du tout la culture coréenne, même si je suis fan de culture asiatique », souffle Eléonore, qui a justement découvert les Tomcat’s Girls de Tremblay il y a deux ans, lors d’un stand qu’ils tenaient à la Japan Expo à Villepinte. Et d’évoquer les « petits marchés alimentaires » qu’elles ont traversés à Séoul et ce « barbecue coréen » qui lui a laissé un souvenir ému.

JPEG - 110.5 ko

Il faut dire que les organisateurs avaient soigné l’arrivée des petites Françaises. Les French Touch Ladies ont en effet été reçues avec tous les honneurs à Séoul : déplacements avec un car à leurs couleurs, réception en grande pompe par les organisateurs et l’ambassadeur de France, interviews sur la chaîne spécialisée du pays, et même invitation à voir un match pro du club local, les LG Twins contre les Doosan Bears. « C’était mon premier match de baseball live, et je n’en ai pas manqué une miette. A Tremblay, je suis pitcheuse (lanceuse, ndlr) et j’ai donc regardé attentivement ce que faisaient les pitcheurs. C’est impressionnant », témoigne encore Eléonore, qui dans la vie est animatrice en école primaire.

JPEG - 120.6 ko

Une aventure rendue possible par le militantisme du club de Tremblay sur le plan de la pratique féminine. En 2012, les Tomcat’s ont en effet été l’un des tout premiers clubs en France à ouvrir la pratique du baseball aux femmes, jusque-là cantonnées au softball, une variante édulcorée du baseball. Une posture féministe qui avait plu à Justine Siegal, première coach femme dans l’histoire de la Major League Baseball aux Etats-Unis, que Jef Labouze avait rencontrée il y a 4 ans. Résultat : l’Américaine avait soufflé le nom de l’équipe aux organisateurs du tournoi coréen, et vogue l’aventure…
Bonne nouvelle : séduits par l’enthousiasme de la délégation française, les organisateurs du tournoi ont invité les French Touch Ladies à revenir pour la prochaine édition, dans deux ans. Eléonore postule déjà : « Ça nous donne envie de nous remettre au boulot dès maintenant, pour être sûres de faire partie des chanceuses dans deux ans ! »

Christophe Lehousse

N.B : Les Tomcat’s de Tremblay cherchent à recruter, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Si le baseball vous titille ou vous intrigue, venez donc les rencontrer à la fête des sports, le 8 septembre au Parc des Sports de Tremblay, ou les 16 et 17 septembre, au Décathlon de Claye Souilly.
à lire aussi
Aubervilliers

Baptiste Bleier, drôle de bizutage

A 25 ans, ce coureur prometteur de St Michel-Auber 93, issu de l’équipe réserve, aura vu sa première année chez les pros interrompue brutalement par le confinement. Heureusement, la reprise de la saison au 1er août l’a remis en selle.

Montfermeil Football

Sébé Coulibaly, le foot au féminin

Passée par de nombreux clubs de Seine-Saint-Denis, cette jeune femme lance le 11 juillet « Ladies Squad », une application mobile pour encourager la pratique féminine du football. Cette internationale malienne, qui a grandi aux Bosquets à Montfermeil, voit aussi dans le foot un outil pour faire progresser la cause des femmes. Rencontre.

Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.