Catégories
Seine Saint-Denis
En direct de Rio

L’Aulnaysien Jean-Michel Lucenay, une fine lame en or !

A 38 ans, le Martiniquais arriva à Rio comme le plus âgé des escrimeurs français et, surtout, comme remplaçant à l’épée. Au final, son heure se transforme en or jusqu’à effacer l’injustice de ne pas avoir reçu de médaille, il y a huit ans, aux Jeux de Pékin…

Il y a huit ans, Jean-Michel Lucenay était remplaçant aux Jeux de Pékin. Non-retenu pour la finale après avoir tiré au fil de la journée, il avait été cruellement privé de l’or partagé par les frères Jeannet et Ulrich Robeiri. Au pied de leur podium, nos souvenirs se rappellent l’avoir vu pleurer, à chaudes larmes : « A l’époque, les médailles allaient à ceux tirant la finale, pas les autres. Ce fut une terrible injustice. Mais, une fois la colère retombée, elle mue en moteur pour retourner au combat sans relâche… ».

Huit ans après, l’Aulnaysien revenait sur une piste olympique, encore, une fois, comme remplaçant. A 38 ans, ses heures olympiques semblaient même comptées. Et sur un coup de poker de son entraîneur Hugues Obry, ancien multiple médaillé français surtout dans la compétition infernale sans pareille du par équipes, le gaucher a pris la place du gaucher Gauthier Grumier, pourtant le fer de lance de l’épée française depuis un lustre (médaillé de bronze en individuel).

Comme d’habitude, Jean-Michel Lucenay n’a pas laissé passer sa chance. Lui, le pilier de quatre titres mondiaux et quatre européens par équipes connait la partition de ce relais à rebondissements : « Comme disent souvent les athlètes, donner moins une place en finale et je ferai le reste ! »

Cette médaille est l’ode de la persévérance. Quand je la regarde, je réalise tout le chemin parcouru depuis mes débuts à l’âge de six ans, depuis les sacrifices de mon père pour m’accompagner à l’entraînement, à une heure de chez moi, à Fort-de-France. Depuis, je rêvais d’une médaille olympique en individuelle. Peut-être trop ? Peut-être me suis-je mis trop de pression au point d’en être, souvent, stressé donc, moins performant.

Dans la compétition par équipe, j’ai toujours su donner le meilleur de moi-même, pratiquer une escrime qui m’aurait fait, tellement de bien, si j’avais pu la dégainer, dans les grands moments de mes grands rendez-vous. Magique, la compétition par équipes, sublime, transcende ».

Aujourd’hui, le papa de deux enfants, travaillant pour « Pôle Emploi », ne veut plus se retourner sur ses médailles manquées. Mais, savourer, siroter, déguster cet inespéré or olympique « d’autant qu’il est, aussi, synonyme, au-delà, de la persévérance, de l’amitié et de la performance, de l’amitié malgré la performance, de l’amitié grâce à la performance. Enfin, aujourd’hui, le summum du summum, de la performance grâce à l’amitié notamment celle avec Hugues Obry, ancien coéquipier devenu mon entraîneur, ayant toujours cru en moi… ».

Après la médaille d’argent de la judokate villemonbloise Audrey Tcheuméo, l’Aulnaysien est le second Séquano-Dyonisien auréolé à Rio, juste avant, hier soir, le super bronze du boxeur Bagnoletais Souleymane Cissoko (-69 kg).

De notre correspondance spéciale à Rio, Sophie Greuil

Source photo : https://www.facebook.com/JMLucenay

à lire aussi

Chercheuse d’or

Trois médailles d’or et une de bronze aux championnats d’Europe cadet pour Prithika Pavade, l’espoir du Saint-Denis US tennis de table 93. Un résultat exceptionnel, mais logique au regard du talent et du sérieux au travail de Prithika qui a 15 ans compte déjà un palmarès impressionnant.

Olympiade culturelle Actions pour les Jeux

La Seine-Saint-Denis dans les starting-blocks pour l’Olympiade culturelle

Fin 2020, un grand programme culturel liant art et sport doit démarrer sur fond de Jeux olympiques et paralympiques 2024. La Seine-Saint-Denis, qui abritera les équipements olympiques majeurs en 2024, ne souhaite en aucun cas manquer ce rendez-vous : les acteurs du spectacle vivant, réunis au festival d’Avignon, ont donc tenu une première réunion jeudi 11 juillet avec le directeur de la Culture au Comité d’organisation des Jeux.

Rugby Pantin

La sélection franco-brésilienne des Leoas pose sa griffe

Le 6 juillet s’est tenue la clôture du festival « Au bout du monde des Courtillières », au stade Raoul Montbrand de Pantin. Clou de cet événement, dont l’objectif était de lutter contre les stéréotypes de genre qui entourent la pratique du rugby féminin : le tournoi à 7 auquel a pris part une équipe composée de Pantinoises et de Brésiliennes qui venaient de passer plusieurs jours ensemble et de vivre une expérience inoubliable.

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.