Catégories
Seine Saint-Denis
Création Les Lilas

Khiasma ferme, vive Khiasma !

Installée depuis 2004 aux Lilas, l’association culturelle Khiasma a fermé ses portes fin octobre. Retour avec son fondateur Olivier Marbœuf sur une aventure hors du commun, menée conjointement avec les habitants du Nord-Est parisien et des artistes.

« Nous avons décidé de nous arrêter car nous estimons que les conditions pour continuer à mettre en œuvre notre projet ne sont plus remplies, explique Olivier Marbœuf, fondateur et directeur artistique de la structure. Quand l’essentiel de notre temps est consacré à la recherche de financements pour mener à bien nos projets, pour les gens et avec les gens, ce n’est plus tenable. Nous avons donc décidé de ne plus mendier notre survie, de nous arrêter aussi pour réfléchir ensemble et reprendre sous des formes différentes. » Depuis 2016, la situation financière de l’association s’était fragilisée en raison du désengagement de la Région Ile-de-France se traduisant par une coupe budgétaire très importante.

Pendant toutes ces années, Khiasma a ouvert ses portes aux habitants et artistes qui sont venus présenter leur travail et partager avec les hommes et les femmes des Lilas, de la Seine-Saint-Denis et d’ailleurs. De l’exigence artistique, de l’indépendance, du respect et de l’hospitalité ont fait de ce lieu un lieu à part. « On charbonnait comme des fous, c’était épuisant, c’était révoltant, c’était magnifique, c’était unique et bouleversant », peut-on lire sur l’un des très nombreux messages de soutien reçus lors de la fête du 20 octobre, « pour donner corps à ce temps endeuillé, festif et résolument entêté ».

« Ces 10 années d’activités ont permis aux uns et aux autres d’élargir les regards, les points de vue, leur perception du monde », souligne cet autre message. Comment ne pas penser à ces centaines d’enfants venant assister le dimanche après-midi à ces séances de ciné en famille où l’éducation au regard, à travers du long et du court-métrage, du documentaire, de l’expérimental, du musical ou du poétique, était à l’œuvre.
« La Montagne des devenirs » atelier entièrement financé par Cinémas 93 et le Conseil départemental a permis d’élargir les connaissances des jeunes en matière de cinéma, tout en les incitant à s’immerger eux-mêmes dans le processus de création.

JPEG - 38.3 ko

Autre moment fort de l’aventure de Khiasma : ce travail commun effectué avec la Maison des Fougères, dans le XXe arrondissement parisien. Dans cet espace, à la fois lieu ressource et lieu de vie, on y donne la parole aux habitants, on y organise des repas thématiques, des ateliers artistiques, club couture, projections, atelier de cuisine, club tricot… Khiasma et la Maison des Fougères étaient faits pour se rencontrer. Cela a donné une belle expérience, à travers des ateliers cuisine, « La Route des savoirs-saveurs », un beau livre d’artiste riche de recettes ou le goût comme véhicule de la mémoire et l’agir en commun.
On peut évoquer d’autres expériences encore, au cours de ces riches années : "Les Lundis de Phantom", un rendez-vous singulier fondé sur la présentation publique de recherches artistiques ou "Les Lundis des revues" avec une carte blanche offerte à chacune d’elle.
« Etre ensemble ici et être bien, c’est être comme à la maison, avance Olivier Marbœuf. Il faut que les gens aient un format qui soit comme à la maison. Je suis comme à la maison parce que je suis chez moi ici ! Il n’y a pas de propriété du lieu. Je pense que cela est notre héritage commun, et donc le projet s’arrête, mais à la fois, il repart de cet héritage. » Un dernier message reçu en guise de conclusion provisoire affirmant haut et fort – tel le phénix renaissant de ses cendres – « Je sais que l’aventure continuera ici et ailleurs et que Khiasma ne disparaîtra pas comme ça. Il est là avec nous. »

“Ce dont la fin de Khiasma est le nom”

“Quand un petit centre d’art associatif tel que Khiasma ferme dans la proche banlieue de Paris, en Seine-Saint-Denis précisément, c’est forcément un signe des temps. Des temps où celles et ceux qu’il a défendus et contribué à rendre visibles, qu’il s’agisse des artistes, des auteur.es, des penseurs et penseuses ou des questions qui fâchent, des habitant.es indésirables, des pratiques minoritaires, des expériences de l’art ou des formes de vie et d’hospitalité, manquent cruellement de voix dans une société qui vacille. Khiasma a montré avec d’autres qu’il y avait quelque chose qui se passait là, qu’une solution à la violence comme projet politique existait et qu’elle n’était pas facile, qu’elle demandait chaque jour des efforts considérables.”

Olivier Marbœuf, le 16 octobre 2018

à lire aussi
Salon du livre jeunesse en Seine-Saint-Denis Livres

Un Salon du livre 2020 exceptionnel !

Le Département est le principal partenaire du Salon du livre et de la presse jeunesse (SLPJ) en Seine-Saint-Denis. Ce grand rendez-vous culturel et populaire revient pour sa 36ème année à Montreuil du 2 au 7 décembre. Mais pas seulement… En 2020, année si particulière, c’est partout en France qu’il se déploie et 25000 livres sont offerts aux élèves de nos collèges et aux enfants de l’Aide Sociale à l’Enfance. Explications et reportage vidéo.

Saint-Denis In Seine-Saint-Denis Littérature jeunesse

Le "road-movie" confiné de trois Séquano-Dionysiennes

Avec « La nuit tombe, Maman rêve », Cécile Dumoutier, Luna Granada et Eve Gentilhomme signent un album jeunesse plein de rêve et de poésie, qui aborde avec légèreté des thèmes peu traités dans les livres pour enfants comme la monoparentalité. Cet ouvrage 100 % made in Seine-Saint-Denis, puisque l’éditrice et l’auteure sont dionysiennes, est aussi présenté lors de l’édition virtuelle du Salon du Livre 2020.

Journalisme Bondy

Le Bondy Blog : 15 ans de reportages dans les quartiers

Né des suites des émeutes de 2005, le Bondy Blog fête cette année ses quinze ans d’existence. Premier média réalisé par des banlieusard·e·s, il aborde les sujets qui préoccupent les habitant·e·s des quartiers et a fait émerger une nouvelle génération de journalistes. Interview avec sa directrice, Latifa Oulkhouir.

Coronavirus Cinéma

« Soutenir toutes les salles de cinéma sans exception ! »

Le monde du cinéma est en émoi. De nombreuses salles en gestion publique risquent de se voir exclues des aides de l’Etat (50 millions d’euros) pour compenser les pertes d’exploitation en ces temps difficiles de Covid. En Seine-Saint-Denis, cela concernerait 19 salles, sur les 25 que compte le réseau Cinémas 93. Interview avec son directeur Vincent Merlin.