Catégories
Seine Saint-Denis
Solidarité

Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie

51% des agent.e.s de la fonction publique estiment que cacher son homosexualité au travail permet de se protéger. Soucieux de la lutte contre toutes les discriminations, le Département a convié ses agent·e·s à une conférence-débat à l’occasion de la cette Journée internationale. Reportage vidéos.

L’homophobie est l’un des critères de discrimination légalement reconnu. Elle peut se traduire au quotidien par des propos qui stigmatisent et des stéréotypes qui infériorisent les personnes. Les actes et les propos homophobes sont une réalité vécue au quotidien par les personnes lesbiennes, gays, bisexuel·le·s et transgenres. Cette question reste souvent taboue dans le monde du travail. Ainsi, en France, 67% des personnes homosexuelles ne souhaitent pas être visibles sur leur lieu de travail par crainte des conséquences négatives.

Au Département de la Seine-Saint-Denis, l’homophobie est l’un des critères les plus cités par les agent·e·s ayant répondu à l’enquête "Les agent·e·s et les discriminations" menée en 2017.

Une conférence-débat a donc été organisée le 17 mai 2018 à Bobigny en présence de :

- Silvia Capanema, Vice-présidente chargée de la jeunesse et de la lutte contre les discriminations


- Romain Blanchard, représentant du Défenseur des Droits en charge des questions LGBT


- Isabelle Nojac, représentante de l’association Contact


- Nicolas Pirat-Delbrayelle de l’association l’Autre Cercle.


- Et Sylvie Gras, représentante de l’association SOS Homophobie.

A cette occasion, un dépliant d’information a été distribué au personnel du Département. Il permet d’expliquer ce que sont homophobie et transphobie et indique la démarche à suivre pour les agent·e·s victimes ou témoins de ce genre de propos ou comportement (alerter le/la supérieur·e hiérarchique, saisir la Cellule égalité au travail, notamment).

Flyer à destination des agent.e.s du Département (.PDF)

En outre, le Département lancera dans les prochains mois un plan d’action spécifique pour prévenir en interne l’homophobie et les discriminations liées à l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

à lire aussi
Plan rebond

Un fonds d’aide pour éviter la spirale de l’endettement locatif

Le Département met en place des aides au paiement du loyer pour les ménages fragilisés par la crise économique liée au Covid. Ce fonds exceptionnel "d’aide à la quittance", qui concerne aussi bien le parc public que privé, vise à réagir de manière précoce afin d’éviter aux locataires de s’enliser dans les sables mouvants des dettes locatives.

Coronavirus

Après le Covid, le Département lance un plan de rebond solidaire et écologique

Mercredi 8 juillet, le Département a voté un plan de rebond solidaire et écologique. Ce programme, d’un montant global de 55 millions d’euros, doit répondre à la crise économique et sociale faisant suite à la crise sanitaire qui a secoué le territoire avec l’arrivée du coronavirus. Une aide exceptionnelle au paiement des loyers, un soutien aux associations du territoire frappées par la crise ou porteuses de solutions et un fonds d’investissement pour une transition écologique figurent parmi les axes forts de ce plan de relance.

Appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour l’autonomie

Le Département a lancé lundi 6 juillet un appel à manifestation d’intérêt visant à constituer un réseau de tiers-lieux « Autonomie dans mon quartier » qui favorisera l’inclusion des personnes âgées et handicapées dans leur vie de quartier. Les tiers lieux sont des cafés associatifs, locaux communs résidentiels, maisons intergénérationnelles, et bien d’autres encore, les modèles les plus innovants et divers sont les bienvenus ! Le dépôt des dossiers doit s’effectuer avant le 30 septembre 2020

Santé Mobilisation

"Ecoutez-nous !" : le cri des soignant·e·s au lendemain du Covid

"Et un, et deux, et trois cents euros !". La banderole "Blouses blanches, colère noire" des soignant·e·s de Seine-Saint-Denis caracolait au devant du défilé, lors de la manifestation du 16 juin 2020. Le département vient en effet de payer un lourd tribut lors de la crise du Covid, s’expliquant par une patientèle très précarisée, un manque de lits, de matériel, de personnel... SSD mag a recueilli la parole de plusieurs professionnel·le·s présent·e·s dans le cortège.