Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
En direct de Lima

J-1, Paris et la Seine-Saint-Denis ont rendez-vous avec les Jeux 2024

EN DIRECT DE LIMA. La délégation française est bien arrivée à Lima, ville où le CIO confirmera mercredi l’identité de la ville-hôte des Jeux de 2024. Parmi eux Sarah Ourahmoune, Marie-José Pérec et Stéphane Troussel... Le président du Conseil départemental croise les doigts pour que Paris et la Seine-Saint-Denis remportent l’organisation des Jeux 2024.

Mercredi à 20h, on saura… C’est le moment où le président du Comité international olympique Thomas Bach révélera le nom de la ville-hôte des Jeux olympiques et paralympiques de 2024, avant d’en faire de même pour ceux de 2028.
Deux villes sont encore en lice, pour une finale à la photo finish déjà bien connue. A Paris et à la Seine-Saint-Denis l’édition de 2024, à Los Angeles celle de 2028. Cette répartition fait suite à un accord entre les deux candidats et le CIO lui-même, conclu cet été.

Le suspense a beau être éventé depuis longtemps, le moment est tout de même crucial pour Paris. 100 ans que la capitale française n’avait plus accueilli les Jeux. A l’époque, c’était d’ailleurs à Colombes, dans les Hauts-de-Seine, que le premier village olympique de l’histoire s’était installé.
Et pour la Seine-Saint-Denis, pensez donc ! Dans l’avion emmenant lundi la délégation française pour Lima, les représentants séquano-dionysiens de la candidature mesuraient toute l’importance de la décision pour le département. La vice-championne olympique de boxe Sarah Ourahmoune, qui a grandi à Aubervilliers et le président du Conseil départemental Stéphane Troussel, d’ailleurs réunis pour la photo commune, avaient conscience de vivre un moment historique.

C’est qu’en 2024, une bonne partie des Jeux se déroulera en Seine-Saint-Denis, qui abritera à la fois le village olympique, le village des médias, le Stade de France, le centre nautique, la piscine de Marville devant accueillir le waterpolo et des pavillons provisoires devant héberger les épreuves de badminton, volley-ball et tir.
De quoi donner le sourire aux amateurs de sport de ce département, mais aussi à tous les autres. Car les Jeux 2024 sont vus comme « un accélérateur pour le développement du territoire », comme le dit Stéphane Troussel. Avec un village olympique reconverti ensuite en ensemble résidentiel, des infrastructures de transport qui doivent être prêtes avant les Jeux - le Grand Paris Express- ou encore des créations d’emploi, l’impact des Jeux sur la Seine-Saint-Denis devrait en effet être largement positif.

Sans compter l’opportunité unique de montrer la Seine-Saint-Denis telle qu’elle est : vivante et accueillante, à mille lieues des clichés habituels. « Longtemps parent pauvre de l’Île-de-France voire de la France, ce qui me faisait mal pour lui, le département va être mis -grâce aux Jeux- dans une lumière extraordinaire. Nous allons recevoir le monde entier : vous vous imaginez ! » insistait à ce propos l’ex-taekwondoïste Gwladys Epangue, à quelques heures du verdict.
Reste la dernière ligne droite, où, comme le sait tout bon sportif, il ne faut pas se désunir. Lundi soir, les 8 intervenants devant exposer mercredi le projet olympique français devant le CIO en étaient déjà à leur troisième répétition. Le diable se niche dans les détails…

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.