Catégories
Seine Saint-Denis
Bobigny Collège

Être délégué.e de classe, ça s’apprend !

Les 36 délégué.e.s de classe du collège République de Bobigny ont été invité.e.s au Conseil départemental le 7 novembre pour se former à leur nouveau rôle de représentant des élèves. Une façon aussi de les encourager dans leurs premiers pas de jeunes citoyens engagés dans leur collège. REPORTAGE.

L’engagement au service des autres, cela peut commencer dès le collège. Devenir délégué de sa classe, c’est déjà une première responsabilité que le Conseil départemental souhaite saluer. Ce 7 novembre, Abdel Sadi, vice-président en charge des Relations internationales et européennes et de la Coopération décentralisée, reçoit les représentants des élèves du collège République de Bobigny, à l’Hôtel du département. L’occasion pour cet élu de présenter le « département monde » comme il aime qualifier la Seine-Saint-Denis avec ses « 130 nationalités et ses 177 langues parlées », mais aussi d’incarner pour les collégiens un parcours de réussite. « Comme vous, j’ai été collégien dans ce département, puis j’ai étudié à Paris 8 Saint-Denis et aujourd’hui je suis un élu. Je vous souhaite d’aller le plus loin possible !  », explique-t-il aux adolescents avant de les interroger sur leur nouveau rôle.

JPEG - 69.4 ko

« En tant que déléguée, je veux régler les petits problèmes de ma classe pour qu’ils ne deviennent pas de gros problèmes, » répond du tac au tac Anne-Alexandre, enthousiaste élève de 5e. Eric Fourdrinier, ingénieur en charge de la maintenance de 27 collèges du département vient aussi témoigner de son parcours en tant qu’ancien du collège République, en 1970 !

JPEG - 57.1 ko

Jeu de rôle

Après cette rencontre, place aux ateliers pratiques par petits groupes pour mieux appréhender le rôle de délégué de classe. Chaque élève reçoit le « Livret du délégué au collège » qui précise les rôles et les procédures spécifiques de cette mission. Une Conseillère principale d’éducation, la documentaliste et une enseignante d’EPS du collège invitent les élèves à se questionner deux par deux afin que chacun puisse présenter un camarade au groupe de collégiens. « C’est une façon de prendre des informations sur les autres en prenant des notes pour pouvoir ensuite faire un compte-rendu, comme ils seront amenés à le faire le lendemain d’un conseil de classe  », explique Mme Hamzaoui, la CPE. Justement, les collégiens participent ensuite à une simulation de Conseil de classe. L’occasion notamment de s’entrainer à la prise de parole en public et au fait qu’on ne parle pas en conseil de classe comme on parle dans la cour ! Armé d’un petit papier sur leur personnage (Mme Rabelais, professeure de français contente de l’ambiance de la classe ou Mr Fcépéeu, parent d’élève), chaque collégien joue son rôle. « Les élèves ont fait certaines erreurs comme par exemple défendre le cas personnel de son enfant quand on est un parent délégué », poursuit la CPE, mais se tromper faisait partie du jeu. Le jour J, au conseil de classe, ces représentants des élèves connaitront les droits et les devoirs de chacun des interlocuteurs autour de la table !

à lire aussi
Portrait

Mohamed Koussa : en route pour le championnat du monde 2021 !

Issu d’une famille modeste monoparentale, Mohamed Koussa, 43 ans, a grandi et vit en Seine-Saint-Denis. Et il a su rendre les honneurs au département qui lui « a tout donné » comme il dit, en décrochant un titre de champion du monde de lecture rapide en Chine en 2017. Depuis, cet ex enseignant a créé son académie et est en passe d’organiser les championnats du monde 2021 de lecture rapide depuis Dugny ! Interview.

Education aux médias Seine-Saint-Denis

Dessine-moi la liberté d’expression

Après le choc de l’assassinat de Samuel Paty, le Département a décidé d’accompagner les collèges de Seine-Saint-Denis avec Agora, un large programme d’éducation aux médias et à la liberté d’expression. Un atelier en visio entre des caricaturistes et des professeurs s’est tenu fin décembre pour préparer des parcours éducatifs sur le dessin de presse.

Education aux médias

Fake off, pour des citoyen·ne·s éclairé·e·s

Fondé en 2015, ce collectif d’une trentaine de journalistes intervient dans toute la France pour sensibiliser différents publics aux notions de fake news et de désinformation. Pierre-Hippolyte Senlis et Lucile Berland, deux de ses fondateurs, expliquent pourquoi Fake off a rejoint « Agora », nouveau dispositif d’éducation aux médias lancé par le Département.