Catégories
Seine Saint-Denis
Baseball Tremblay-en-France

Des joueuses de baseball de Tremblay-en-France invitées en Corée du Sud

Six joueuses du club des Tomcat’s de Tremblay, épaulées par d’autres Françaises, ont disputé un des plus prestigieux tournois de baseball féminin au monde, à Séoul. REPORTAGE.

Elles s’appellent Cathline, Audrey, Guylhan, Anaïs, Aurélie et Eléonore. Aucune d’entre elles n’est professionnelle, mais ces passionnées de baseball ont pu réaliser un grand rêve : disputer un tournoi international de baseball dans un grand stade de Séoul.

Du 24 au 28 août, ces 6 jeunes femmes, accompagnées de 12 partenaires issues d’autres structures en France, se sont mesurées aux sélections féminines des Etats-Unis, du Japon ou encore de l’Australie, pour faire l’apprentissage du très haut niveau et en prendre plein les yeux ! Cerise sur le gâteau, la délégation tricolore, qui s’est baptisée « les French Touch Ladies », a pu même jouer le match d’ouverture face à la Corée du Sud.

Pour les Tomcat’s Girls de Tremblay, c’est une forme de consécration : en 2012, ce club de Seine-Saint-Denis était l’un des tout premiers en France à ouvrir la pratique du baseball aux femmes, jusque-là cantonnées au softball, une variante édulcorée du baseball. Après cinq ans passés à peaufiner frappes de balle, dispositions tactiques et autres home-runs, voilà donc les Tomcat’s Girls sur une autre planète.

« Chez les Tomcat’s, on a toujours eu ce souhait de promouvoir aussi bien la pratique féminine que masculine. Ce qui nous arrive aujourd’hui est une sacrée récompense », témoigne Jef Labouze, président comblé du club de Tremblay. Et de présenter les « French Touch Ladies » : « elles ont entre 16 et 40 ans, certaines d’entre elles sont novices, d’autres plus confirmées, mais elles ont toutes une chose en commun : la passion du baseball ».
« On va vivre un moment hors du commun. Là, on hésite toutes entre excitation et stress », complète Cathline, capitaine des Tomcat’s Girls et de la délégation française, qui il y a quelques jours, a répondu aux questions des journalistes de Munhwa Broadcasting Corporation (MBC), une des plus grandes chaînes de télé sud-coréenne.

JPEG - 121.6 ko

Une aventure rendue possible par le militantisme du club sur le plan de la pratique féminine, et aussi par les bons contacts. Rencontrée il y a 4 ans, Justine Siegal, première coach femme dans l’histoire de la Major League Baseball aux Etats-Unis, s’était en effet montrée sensible à la position du club de Seine-Saint-Denis et avait soufflé le nom de l’équipe aux organisateurs du tournoi coréen.

Vendredi 25 août, Cathline et les autres ont donc troqué le terrain synthétique habituel de Tremblay pour l’enceinte de Séoul. Il est fort possible qu’elles aient eu les jambes en coton et le palpitant à cent à l’heure. Mais elles ont eu, c’est sûr, conscience de vivre un moment exceptionnel.

à lire aussi
Handball Villepinte Aubervilliers

Zaadi-Niakaté, argent content

Si elles n’ont pas réussi à défendre leur titre de championnes d’Europe, battues dimanche 20 décembre par la Norvège en finale, les Bleues sont revenues du Danemark avec une belle médaille d’argent autour du cou. Parmi elles, Grâce Zaadi et Kalidiatou Niakaté, formées respectivement à Villepinte et Aubervilliers, ajoutent une ligne à leur palmarès et donnent déjà rendez-vous pour les Jeux de Tokyo 2021.

Jeux olympiques et paralympiques Portrait

Agent·e·s du Département le matin, athlètes olympiques l’après-midi

Tous trois athlètes de haut niveau, Anita Blaze (escrime), Bopha Kong (para-taekwondo) et Mamadassa Sylla (lutte gréco-romaine) sont également, depuis octobre dernier, agent·e·s du Département. Ils ont en effet signé avec la collectivité une convention d’insertion professionnelle d’un an qui leur permet de mener de front, et en toute sérénité, préparation en vue des Jeux olympiques et paralympiques Tokyo 2021 et reconversion. Un combo forcément gagnant. Portraits.

Saint-Ouen Football

Basile de Bure, les yeux dans les Verts

Dans « Deux pieds sur terre », le journaliste indépendant Basile de Bure suit toute la saison 2018-2019 des moins de 15 ans du Red Star. Mais au-delà de l’épopée sportive, ce récit enlevé et empathique dessine surtout le portrait d’une jeunesse française, celle des quartiers populaires. Interview avec l’auteur, couronné en novembre du prix Sport Scriptum pour ce premier ouvrage très réussi.