Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Génération jeux Tennis de table

Prithika Pavade, chercheuse d’or

Trois médailles d’or et une de bronze aux championnats d’Europe cadettes pour Prithika Pavade, l’espoir du Saint-Denis US tennis de table 93. Un résultat exceptionnel, mais logique au regard du talent et du sérieux au travail de Prithika qui à 15 ans compte déjà un palmarès impressionnant.

16 juillet, Prithika est en demi-finale du championnat d’Europe cadette en simple. Elle a déjà remporté deux médailles d’or. Une en double mixte, l’autre avec l’équipe de France. En finale les Bleues gagnent 3-0 contre les Russes : deux victoires en simple de Prithika et encore une autre en double. Mais aujourd’hui se joue le titre qui a à ses yeux le plus d’importance, le simple. Face à elle, la Roumaine Elena Zaharia, n°1 des cadettes européennes. Pour tout le monde, c’est la finale avant la finale, tellement ces deux pongistes sont au-dessus des autres. Notre Dionysienne part avec un léger avantage psychologique, elle a déjà battu Elena lors de la compétition par équipe. Mais cette fois, le match est encore plus serré, et Prithika perd à la belle, 3-4. La déception est grande, elle venait pour ça… Mais pas le temps de s’apitoyer sur elle-même, elle doit se reconcentrer immédiatement car Prithika retrouve déjà Elena, mais du même côté de la table : elles sont toutes deux associées pour la finale du double ! Autant dire qu’elles ne font pas de cadeau à leurs adversaires et remportent l’or !

Quelques jours après son exploit, Prithika Pavade nous a confié : « Bien sûr, je suis contente de remporter quatre médailles, mais je suis tout de même un peu déçue du bronze en simple… Le plus dur, c’était de retrouver Elena pour jouer le double avec elle après qu’elle m’ait battue quelques instants avant en demi-finale du simple… Mais j’ai fait l’effort de me reconcentrer et c’est passé. Au final, il y a de quoi être satisfaite, j’ai fait mieux que l’an dernier(championne d’Europe cadette double et vice-championne double mixte ndlr.). Maintenant, je vais pouvoir partir en vacances ! » Des vacances bien méritées, puisque cette année, elle a remporté 2 médailles d’or en simple juniors filles et par équipes cadettes aux Internationaux de France, la médaille d’or en double juniors filles aux Internationaux de République Tchèque, la médaille d’argent en – 21 ans aux Internationaux de Thaïlande…

Le Département l’a intégrée à son dispositif Génération Jeux, qui soutient les espoirs sportifs de Seine-Saint-Denis pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. Les Jeux, Prithika en rêve, « Une médaille olympique, chez moi, ce serait merveilleux ! mais il y a encore beaucoup d’étapes, je travaille pour… »

à lire aussi
Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.

Coronavirus Judo Le Blanc-Mesnil

Madeleine Malonga : « Seul sauver des vies doit l’emporter… »

Récemment, la championne du monde de judo en titre (-78 kg) a lancé un appel aux dons pour les Hôpitaux de Paris. Tous les jours, « la boule au ventre », elle stresse de voir ses parents et sa sœur, soignant·e·.s, au chevet des malades du Covid. Elève-infirmière, la combattante de l’Etoile Sportive de Blanc Mesnil (26 ans) avoue « se sentir inutile », comme elle l’a aussi ressenti à l’annonce du report des Jeux de Tokyo…

Coronavirus

Anaïs Quemener : « Surtout, ne rien lâcher… »

Après avoir gagné le plus long marathon de sa vie contre un agressif cancer du sein, la vice-championne de France des 100 km en court un contre le COVID. Aux urgences de l’hôpital Jean-Verdier à Bondy, cette aide-soignante (29 ans) avance -sans relâche- contre lui. Même si sa ligne d’arrivée ne cesse de reculer, cette battante licenciée au Tremblay Athlétic club ne s’avouera jamais vaincue…