Catégories
Seine Saint-Denis
Basket En direct de Rio

Bintou Marizy-Diémé raconte « sa poule de la mort… »

Avec l’équipe de basket du Sénégal, après avoir été embarquée dans la poule « B » la plus relevée de Rio, la Lionne de Dugny (32 ans) reste positive « pour en retenir un max de bonus ! ».

Seule équipe africaine qualifiée pour le tournoi olympique féminin, le Sénégal savait sa chance d’être à Rio. Mais, ses Lionnes savaient, aussi, leur malchance de voir le sort les jeter dans la fosse des Etats-Unis, du Canada, de la Chine ou encore de la Serbie : « D’entrée, nous n’avons absolument pas baissé les bras. D’entrée, nous avons rêvé de gagner une rencontre. Mais face à ces équipes, nous avons atterri sur une autre planète avec un basket d’une autre dimension rebondissant sur une culture loin d’être la nôtre (*) », commente Bintou Marizy-Diémé, évoluant en première division française avec Tarbes.

A chacune de leurs cinq rencontres, la meneuse et ses Lionnes se sont appliquées « à limiter la casse, à essayer de gagner tel ou tel quart temps. Pour cela, il fallait éviter de regarder jouer nos adversaires, ce qui arrive quand il y a une telle différence de niveau. Mais, l’essentiel a été de prendre du plaisir… ».

Habitante à la caserne de Dugny avec son époux gendarme, cette Franco-Sénégalaise rebondit « sur ce plaisir indispensable pour que cette expérience soit bénéfique. D’abord, pour nous, les joueuses. Ensuite, pour les Africaines nous regardant devant leur télévision, pour leurs donner envie de jouer au basket…et, et, pour les plus jeunes, de les faire rêver de Jeux Olympiques. Malgré cette poule de la mort, nous n’avons jamais oublié être, avant tout, un exemple pour l’Afrique et pour notre sport (…).

Et, au village olympique, nous avons eu la chance d’échanger avec d’autres athlètes nous montrant, aussi, l’exemple comme le judoka Teddy Riner, très humble, simple et gentil (…). Maintenant, au-delà de Rio, joueuses et staff, nous avons, quelque part, le devoir de transmettre à notre pays, à partager avec notre continent, tout ce que nous avons vécu, finalement un max de bonus ! ». Histoire de porter, la flamme…

De notre correspondante spéciale à Rio, Sophie Greuil

(*)Leurs résultats : Etats-Unis – Sénégal : 121 à 56 ; Chine – Sénégal : 101 à 64 ; Canada – Sénégal : 68 à 58 ; Espagne – Sénégal : 97 à 43 ; Serbie – Sénégal : 95 à 88.

à lire aussi
Handisport Bondy

Joue-la comme Bondy pour le cécifoot

Mercredi 16 septembre, le Bondy Cécifoot Club a fait les présentations officielles : ce tout premier club de foot pour non et mal-voyants en Seine-Saint-Denis, qui va connaître ses premiers championnats cette année, vient combler un manque manifeste dans le département en matière de handisport. A quatre ans de Jeux paralympiques qui se dérouleront en partie en Seine-Saint-Denis, l’offre sportive s’enrichit.

Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.

Rugby Bobigny

Les Louves commencent par un couac

Le retour à la compétition de l’équipe première féminine de l’AC Bobigny Rugby, après l’interruption due au coronavirus, a été quelque peu gâché par la lourde défaite 3-16, subie dimanche à domicile face à Romagnat. Sans être franchement inquiètes, les Louves devront se ressaisir rapidement dans une formule qui laisse peu de place à l’erreur.