Catégories
Seine Saint-Denis
Basket En direct de Rio

Bintou Marizy-Diémé raconte « sa poule de la mort… »

Avec l’équipe de basket du Sénégal, après avoir été embarquée dans la poule « B » la plus relevée de Rio, la Lionne de Dugny (32 ans) reste positive « pour en retenir un max de bonus ! ».

Seule équipe africaine qualifiée pour le tournoi olympique féminin, le Sénégal savait sa chance d’être à Rio. Mais, ses Lionnes savaient, aussi, leur malchance de voir le sort les jeter dans la fosse des Etats-Unis, du Canada, de la Chine ou encore de la Serbie : « D’entrée, nous n’avons absolument pas baissé les bras. D’entrée, nous avons rêvé de gagner une rencontre. Mais face à ces équipes, nous avons atterri sur une autre planète avec un basket d’une autre dimension rebondissant sur une culture loin d’être la nôtre (*) », commente Bintou Marizy-Diémé, évoluant en première division française avec Tarbes.

A chacune de leurs cinq rencontres, la meneuse et ses Lionnes se sont appliquées « à limiter la casse, à essayer de gagner tel ou tel quart temps. Pour cela, il fallait éviter de regarder jouer nos adversaires, ce qui arrive quand il y a une telle différence de niveau. Mais, l’essentiel a été de prendre du plaisir… ».

Habitante à la caserne de Dugny avec son époux gendarme, cette Franco-Sénégalaise rebondit « sur ce plaisir indispensable pour que cette expérience soit bénéfique. D’abord, pour nous, les joueuses. Ensuite, pour les Africaines nous regardant devant leur télévision, pour leurs donner envie de jouer au basket…et, et, pour les plus jeunes, de les faire rêver de Jeux Olympiques. Malgré cette poule de la mort, nous n’avons jamais oublié être, avant tout, un exemple pour l’Afrique et pour notre sport (…).

Et, au village olympique, nous avons eu la chance d’échanger avec d’autres athlètes nous montrant, aussi, l’exemple comme le judoka Teddy Riner, très humble, simple et gentil (…). Maintenant, au-delà de Rio, joueuses et staff, nous avons, quelque part, le devoir de transmettre à notre pays, à partager avec notre continent, tout ce que nous avons vécu, finalement un max de bonus ! ». Histoire de porter, la flamme…

De notre correspondante spéciale à Rio, Sophie Greuil

(*)Leurs résultats : Etats-Unis – Sénégal : 121 à 56 ; Chine – Sénégal : 101 à 64 ; Canada – Sénégal : 68 à 58 ; Espagne – Sénégal : 97 à 43 ; Serbie – Sénégal : 95 à 88.

à lire aussi
Blanc-Mesnil Judo

Madeleine Malonga, un titre mondial au pays du judo

A 25 ans, cette judoka de l’Etoile Sportive Blanc-Mesnil a été sacrée fin août championne du monde pour la première fois de sa carrière, chez les -78kg. Cerise sur le kimono, c’était au Japon, pays de naissance de sa discipline et pays hôte des Jeux de Tokyo 2020, dont cette bosseuse rêve aussi.

Portrait Course à pied JOP 2024

Christian Cordier, la couleur de la solidarité

Tout jeune retraité, cet ancien prof de sport au collège international de Noisy-le-Grand a choisi de se faire l’ambassadeur de l’olympisme en courant 2024 km jusqu’aux JO de 2024. Et son projet « De Lima 2017 à Paris 2024 », qui ne se veut pas que sportif mais aussi solidaire, a déjà fait des émules, notamment parmi de jeunes lycéens de Bondy.

Génération jeux Tennis de table

Prithika Pavade, chercheuse d’or

Trois médailles d’or et une de bronze aux championnats d’Europe cadettes pour Prithika Pavade, l’espoir du Saint-Denis US tennis de table 93. Un résultat exceptionnel, mais logique au regard du talent et du sérieux au travail de Prithika qui à 15 ans compte déjà un palmarès impressionnant.

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.