Catégories
Seine Saint-Denis
Enfance & Famille

Bilans de santé en PMI : Dessine-moi un bonhomme

Chaque année, le service départemental de la Protection maternelle et infantile rencontre les élèves de moyenne section de maternelle pour dépister d’éventuels problèmes de santé ou des troubles du développement. Un plus pour permettre à nos petits de bien démarrer leur vie.

Du haut de ses quatre ans, Enès* est tout intimidé. Il parle à peine, a aussi un peu de mal à se concentrer et à raconter ce qu’il voit sur l’image ou à dessiner le bonhomme qu’on lui demande de faire. Sa maman, elle, exprime au contraire très vite des choses, et notamment ses craintes concernant le langage de son fils.

Au bout d’une demi-heure d’entretien et de tests, la puéricultrice de la Protection maternelle et infantile (PMI) de Clichy-sous-Bois, Carine Laakel, lui propose de prendre rendez-vous avec sa collègue psychomotricienne, tout en mettant des mots sur ses peurs et en la rassurant.

« Il va bien votre fils, lui répète-t-elle. On sent qu’il y a des retards mais il n’est pas encore utile de s’inquiéter. Il faut laisser à l’enfant le temps d’avancer. »

Rassurer les parents

C’est tout l’enjeu de ces bilans de santé des petits de maternelle que la loi a confié à la PMI : dépister de potentiels troubles ou handicaps, évaluer le bon développement de l’enfant, proposer une orientation vers un professionnel
adéquat si nécessaire mais aussi conseiller et rassurer les parents. « Ils sont très anxieux sur tout ce qui touche à la réussite scolaire, explique la docteure Agnès Vesse, responsable de la circonscription de la PMI. On leur a tellement dit que tout se joue très tôt et qu’ils en sont responsables ! Il est vital de les valoriser et de diminuer la pression sur l’enfant. »

Tous les élèves de moyenne section sont ainsi convoqués avec leur(s) parent(s), en général dans les locaux de l’école, pour des tests de vue, d’audition, de motricité, de langage et de compréhension, pour contrôler leurs poids et taille, leur tension, leurs dents, leur état vaccinal mais aussi pour discuter de leur sommeil, de leur alimentation, d’autonomie ou de sociabilisation.

Un enjeu de santé publique

C’est un binôme puéricultrice/auxiliaire de puériculture qui réalise ces bilans, pour la complémentarité des regards et offrir autant de disponibilité à l’enfant qu’au parent. « Nous leur faisons également passer des messages de prévention, ajoute Carine Laakel, car ils mettent tout en œuvre pour leurs enfants mais n’ont pas forcément les bons outils. »

Et ce bilan est aussi un véritable outil pour la PMI. Bien que non obligatoire, il lui permet de toucher beaucoup plus d’enfants qu’elle n’en suit (près de la moitié des familles à Clichy-sous-Bois) et donc « de disposer de données
précises sur toute une tranche d’âge », souligne Agnès Vesse. Avant de conclure : « C’est un véritable enjeu de santé publique. »

* Prénom modifié
Crédit photo : Nicolas Moulard

Maman d’Ambre
4 ans

« NOUS AVONS LA CHANCE D’AVOIR UN TEL SUIVI »

« Ces bilans de santé sont importants pour détecter des problèmes potentiels dont nous ne pouvons pas forcément nous rendre compte nous-mêmes. J’étais venue le faire pour ma grande. Là, les puéricultrices m’ont dit qu’il fallait faire surveiller la vue d’Ambre.

Je n’avais pas remarqué à la maison qu’elle ne voyait pas parfaitement. Elle ne s’est pas plainte, alors je n’y avais pas prêté attention et, à l’école, ils ne se sont pas manifestés non plus. Ambre est aussi suivie par notre médecin traitant. Il a contrôlé ses dents, ses oreilles, son poids, sa taille mais pas sa vue. Je n’avais pas d’inquiétude. Ces bilans sont vraiment utiles. Nous sommes dans un pays où nous avons de la chance d’avoir un tel suivi pour les enfants. »

Le point de vue de Frédéric Molossi, Vice-président chargé de l’enfance
et de la famille

JPEG - 15.5 ko

« Avec 29 000 naissances par an, il est essentiel pour notre Département de permettre aux familles d’accéder facilement pour leurs enfants à un suivi et à un accompagnement par des professionnels de santé et de la petite enfance. Les 117 centres de protection maternelle et infantile de notre territoire constituent un réseau de proximité au service des familles, et notamment de la santé, qui concerne le suivi de 200 000 enfants de moins de 6 ans. En 2015, 35 % des enfants scolarisés en moyenne section ont eu un examen médical (auditif, visuel...) mené en partenariat avec les Villes et les écoles. Aujourd’hui, notre objectif est que l’ensemble des enfants puissent, à terme, bénéficier d’un bilan de santé en école maternelle. »

à lire aussi
Lutte contre les violences

Paroles d’invisibles : l’exposition à voir pour comprendre

La maltraitance des personnes âgées et handicapées est une réalité complexe et méconnue, encore peu médiatisée dans notre société. En réalisant une exposition à partir de témoignages, le Département donne la parole à ces « invisibles » et souhaite sensibiliser les visiteurs à un sujet encore tabou. Du 5 au 19 octobre 2018 à Bondy avec la possibilité d’accueillir cette exposition dans d’autres villes. Explications en vidéo.

Lutte contre les violences

Les jeunes tournent contre le sexisme

Lundi 8 octobre, le Magic cinéma de Bobigny accueillait le 2ème festival de films Jeunes contre le sexisme organisé par l’Observatoire départemental contre les violences envers les femmes. Des courts-métrages écrits, joués et réalisés par les jeunes de Seine-Saint-Denis, un florilège d’idées, d’inventions, d’humour pour lutter contre les stéréotypes et les discriminations de genre. Reportage et où voir leurs films.

Lutte contre les violences

Le docteur Mukwege récompensé du Prix Nobel de la Paix

Le docteur congolais Denis Mukwege a reçu vendredi 5 octobre le Prix Nobel de la Paix, en compagnie de la Yezidie Nadia Murad. En mars 2016, ce spécialiste de la chirurgie réparatrice pour les femmes victimes de viol avait été invité par l’Observatoire départemental des violences envers les femmes à Bobigny pour témoigner de son expérience.

Seniors Saint-Denis Handicap

Maltraitance et bientraitance en institution : paroles de soignants

Rapport parlementaire en mars, avis du Comité national d’éthique en mai : la maltraitance subie par les personnes dépendantes, et notamment âgées, en institution, fait régulièrement l’objet de vives dénonciations. À l’hôpital Casanova de Saint-Denis, qui compte un pôle gériatrie et un service de réadaptation, nous avons rencontré des personnels conscients du problème, et surtout impliqués dans sa prévention.

Services, aides
& démarches

Guide des seniors

Vos interlocuteurs, vos droits, vos moyens de transport, votre vie à domicile, vos loisirs, votre santé, toutes les adresses utiles... Tout est dans ce guide !

Améthyste

Simplifiez-vous la vie ! Consultez votre dossier Améthyste en ligne.