Catégories
Seine Saint-Denis
Rénovation énergétique Logement

A l’Est du nouveau, avec le Forum Copro

Habiter durablement en maîtrisant son énergie, c’est possible. Même en copropriété. La preuve par le 1er Forum Copro, organisé par l’Agence Locale de l’Energie et du Climat de Montreuil, samedi 3 décembre à Bagnolet.

Effectuer un audit énergétique de sa copropriété, monter un plan de financement et de communication à destination des copropriétaires, choisir une entreprise pour les travaux… Etre copropriétaire peut ressembler à un défi aussi compliqué que de se retrouver devant le rayon visserie d’une grande surface de bricolage. Mais il y a des solutions. Comme par exemple, samedi 3 décembre à Bagnolet, le Forum Copro, « 1er rendez-vous de la rénovation énergétique en copropriété de l’Est Parisien » organisé par l’Agence Locale de l’Energie et du Climat-Maîtrisez Votre Energie (ALEC-MVE).

JPEG - 71.2 ko

Au Château de L’Etang à Bagnolet, on a donc planché sur les parcours de la rénovation énergétique au sein des copropriétés (45 % du parc de logement en Seine-Saint-Denis) dont une large partie sont des passoires thermiques.
De quoi, en tout cas, vite faire bouillonner la 1ere mini-conférence de la journée sur le thème « Ma copropriété devrait être rénovée, par où commencer ? » Autour de la table, le débat est passionné et les questions fusent sur le cas d’école de la rénovation d’une copropriété à Bagnolet : « Mais comment avez-vous réussi à faire passer ça en assemblée générale ? La thermographie du bâtiment –réalisée par le Département- il faut la faire à quel moment de la journée ? »

Argumentation et pédagogie

Autant de réponses qu’apportera Thomas Sautier, membre de la copropriété en question, qui s’est appuyé sur l’expertise de Maîtrisez votre Energie (1) : « C’est en voulant m’informer sur les audits énergétiques que j’ai eu connaissance de leur existence, raconte-t-il. Leur expertise et les outils qu’ils développent comme « coach copro » sont utiles pour argumenter auprès des copropriétaires lorsqu’on veut engager des travaux de rénovation. Les assemblées générales, ce sont des sortes de meeting où il faut faire pas mal de pédagogie. » Et donc arriver avec des billes en AG : « J’ai 30 ans et la copro, je découvre, sourit Frédéric, élu au conseil syndical d’une autre résidence de Bagnolet qui va devoir effectuer un audit énergétique rendu obligatoire par la loi à partir de 2017. Ce genre de forum, c’est un moyen de s’y retrouver dans la complexité du sujet et de trouver le bon interlocuteur. »
Pour cela, après l’étape des mini-conférences, ne restait plus qu’à se plonger dans le parcours de la rénovation énergétique animé par des professionnels : syndics de copropriété, associations spécialisées, experts du financement, bureaux d’études et architectes, entreprises de travaux.

Des travaux rentables

Un « brain-storming » actif pour refroidir quelques a-priori : « Des travaux de rénovation énergétique, ce sont des économies de l’ordre de 40 % sur la facture de chauffage, explique ainsi Eric Rocher, architecte. Mais, généralement, les conseils syndicaux ont peur de travaux trop chers, donc c’est à nous de démontrer l’efficacité de ce qui a déjà été fait en organisant des visites et des retours d’expérience avec d’autres copropriétés qui ont franchi le pas. »
En attendant d’en arriver là, il n’est pas inutile pour les copropriétaires de faire un tour par la case du financement, une étape décisive mais dont les possibilités multiples sont souvent négligées. « Les copropriétés peuvent être un peu perdues devant l’étendue des dispositifs, observe Komi Ahali, chargé de mission au sein de l’association « Solidaires pour l’Habitat » (Soliha). Par exemple, les retraités ignorent souvent que leur caisse de retraite peut leur apporter une aide. Les collectivités locales disposent aussi de nombreux dispositifs de financement, c’est notre rôle d’aiguiller les copropriétaires. »
Et pour les copropriétaires, un bon moyen de donner un sacré tour de vis à leurs charges de chauffage...

(1) Pour en savoir plus :www.agence-mve.org

à lire aussi
Transition écologique

« Une naissance, un arbre », moteur de la transition écologique

Dans le cadre de son Plan Canopée, qui vise à mettre l’arbre au cœur du paysage urbain, le Département a lancé l’opération « une naissance, un arbre », qui propose aux parents de planter un arbre pour la naissance de leur enfant. Un acte symbolique et écologique auquel Soufiane et sa petite famille, habitants de Tremblay-en-France, ont décidé de participer.

Maïwenn Mollet : elle transforme les couches pour bébé en compost !

Qui a déjà croisé un bébé dans sa vie confirmera que les couches jetables peuvent représenter jusqu’à ⅓ de la poubelle d’un foyer. Or une couche met 400 à 450 ans pour se dégrader naturellement en décharge et finit la plupart du temps incinérée. Pourtant, une couche usagée c’est 75% de matières organiques qui ne demandent qu’à « revenir à la terre » pour fertiliser les sols de façon naturelle. Rencontre avec Maïwenn Mollet, porteuse d’une solution grâce au projet Les Couches fertiles.

Limitons les perturbateurs endocriniens !

Ce 29 septembre, à la Bourse du Travail à Bobigny, le Département a signé la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens ». A cette occasion le professeur André Cicolella, chimiste, toxicologue et spécialiste de la question a dressé un bilan des connaissances actuelles et fait le point sur les actions collectives et individuelles possibles.