Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Dans le rétro

1924-2024 - Lucien l’Olympien

LUCIEN MICHARD, natif d’Epinay et membre du Club vélocipédique dionysien a tout remporté jusqu’à une médaille d’or aux Jeux olympiques de 1924 à Paris. Une méga-star à l’époque.

« On le vit un beau jour arriver au Parc des Princes en compagnie de son papa, s’aligner dans la course de la Médaille et la gagner. » En 1921, le jeune Michard n’a pas 17 ans. Et déjà le journal Le Sporting titre « Et surtout qu’on n’y touche pas ». Lucien s’annonce comme « l’un des plus beaux représentants du muscle français » aux Olympiades prochaines de 1924. Il est cycliste amateur et il faut qu’il le reste pour pouvoir y participer. Le journaliste loue « son style qui se défend et qui va s’améliorant chaque jour, ses belles aptitudes, son démarrage qui n’est pas à dédaigner, la facilité avec laquelle il soutient un effort et le poursuit jusqu’au poteau avec une énergie farouche ».

Quand les Jeux olympiques de Paris ont lieu, Lucien a 21 ans. Ce sont les huitièmes olympiades de l’ère moderne et les dernières pour Pierre de Coubertin. Le baron veut prouver au monde entier que Paris et la France sont capables d’accueillir les athlètes dans des compétitions confraternelles. 700 journalistes couvrent les compétitions. Au plus près de l’évènement, certains vont même jusqu’à prendre place dans la nacelle d’un ballon pour suivre les sportifs. Et pour la première fois, la TSF retransmet des épreuves olympiques en direct.

Lorsque Lucien Michard se présente sur la piste de la Cipale (1) aux cotés du Hollandais Meyer et du Français Cugnot, il est déjà une star : champion de France de vitesse amateur à 19 ans et champion du monde amateur à 20 ans. Le « môme » comme on le surnomme est un fin tacticien et il est très véloce.

Le sprinter le plus rapide du monde

Il va triompher aux Jeux olympiques de Paris (voir encadré). Ses amis cyclistes comme le dionysien Lucien Faucheux en prennent leur parti : « Le « môme » me battait presque toujours. » Dans un portrait croisé pour Match (l’ancêtre de Paris-Match) il décrit l’homme : « Michard parle peu, il est froid d’aspect. Mais quand on a son estime et sa confiance c’est pour toujours (…) Michard est un adversaire pas commode mais c’est un ami agréable. »

JPEG - 22.5 ko

Enfant, Lucien habitait Villa des Glycines à Epinay, une belle maison bourgeoise. Presque toujours premier de sa classe, il jouait du piano. C’était un enfant très entouré par sa famille. Sa mère et sa sœur sont ses premières fans. Elles découpaient tous les articles qu’elles trouvaient pour les coller dans des livres de caisse. Sa maman raconte dans Match comment à 13 ans il tomba gravement malade. « Une méningite cérébro-spinale le retint plusieurs jours entre la vie et la mort. Par miracle alors qu’on désespérait de le sauver, son tempérament triompha et il fut sauvé. Il lui fallut de nombreux mois pour se remettre. » Les docteurs l’encouragèrent à faire du sport.

Du haut de son 1,70 m pour 63 kilos, Michard glanera tout au long de sa carrière 13 titres de champion de France, 6 titres de champion de monde de vitesse et cinq records mondiaux sur piste. Il décède à l’âge de 82 ans dans le sud de la France après avoir réalisé ce qu’il avait toujours rêvé de faire : « une ferme avec de nombreuses bêtes et tout cela loin de l’animation des grandes villes ».

Michard aux Jeux olympiques de Paris

Au départ Cugnot est à la corde et Michard à l’extérieur. Cugnot mène lentement le premier tour et activant progressivement est en pleine action aux 200 mètres. A ce moment Michard donne à fond, passe Cugnot et file vers la ligne d’arrivée pendant que Meijer finit sur sa roue après avoir rencontré une belle résistance de Cugnot pour la deuxième place. C’est alors la classique cérémonie protocolaire. Le drapeau français est hissé au faîte du mât pendant que Michard fait un tour d’honneur très applaudi, aux sons d’une Marseillaise non moins classique.

Scratch olympique 1 000 m
1er Lucien Michard (France) sur cycles Baggi-Samyn
2e Jacob Meijer (Hollande) à une longueur
3e Jean Cugnot (France) à une roue

Extrait du Cyclo-sport du 31 juillet 1924

Par Isabelle Lopez
Photographies Presse Sports, Gallica.bnf

à lire aussi
Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignants

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignants. Six groupes de coureurs sont à cette occasion partis de l’INSEP à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens de Bondy et d’enseignants, partis en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.

Coronavirus Judo Le Blanc-Mesnil

Madeleine Malonga : « Seul sauver des vies doit l’emporter… »

Récemment, la championne du monde de judo en titre (-78 kg) a lancé un appel aux dons pour les Hôpitaux de Paris. Tous les jours, « la boule au ventre », elle stresse de voir ses parents et sa sœur, soignant·e·.s, au chevet des malades du Covid. Elève-infirmière, la combattante de l’Etoile Sportive de Blanc Mesnil (26 ans) avoue « se sentir inutile », comme elle l’a aussi ressenti à l’annonce du report des Jeux de Tokyo…