Catégories
Seine Saint-Denis
Transition écologique Collège

Une cour de collège plus verte et plus fraîche à Rosny-sous-Bois

La cour du collège Langevin-Wallon à Rosny-sous-Bois est en train d’être entièrement rénovée et surtout repensée comme un îlot de fraîcheur, avec davantage de végétation, et même une mare et un potager. Explications.

Transformer des cours d’écoles et de collèges en îlots de fraîcheur, c’est une réponse au défi du changement climatique initiée par la ville de Paris. C’est dans le même esprit de ces « cours oasis » que le Département de la Seine-Saint-Denis s’engage à la suite du vote, à l’unanimité, de ses « Engagements pour l’égalité environnementale face à l’urgence climatique » en février 2019.

La cour du collège Langevin-Wallon à Rosny-sous-Bois est la première à bénéficier de cet aménagement innovant. « La cour était très dégradée et n’avait jamais fait l’objet de rénovation depuis sa construction. Etant donné que le RER passe au fond de la cour, c’était aussi un moyen de traiter cette pollution sonore et visuelle, explique Benjamin Boël, qui travaille à la Délégation à la transition écologique, au Département.

JPEG - 109 ko

C’est un gros chantier qui est en cours car il faut inverser le sens de la pente. Actuellement la pente va vers le collège, or il faut inverser le sens afin que toute l’eau de pluie ruisselle vers les zones où il y a des plantations. La nouvelle cour est en train d’être agrandie et végétalisée. De 3 100 m2, elle passe à 3 400 m2 grâce à la récupération d’une parcelle qui était le long du chemin de fer. Elle comportera 55 % d’espaces verts contre 33 % avant les travaux.

Le Président du Conseil départemental s’est rendu le 18 juillet sur le chantier qui va se poursuivre tout l’été. « Le Département de la Seine-Saint-Denis saisit l’enjeu écologique au service des habitant·e·s de son territoire et notamment des plus jeunes, a expliqué Stéphane Troussel, lors de cette visite. C’est pourquoi nous développons des projets pédagogiques autour du développement durable, et nous agissons aussi sur le bâti des collèges. Cette « cour oasis » s’ajoute aux rénovations énergétiques que nous menons pour rendre plus durables nos collèges. »

Les plantations sont prévues à l’automne. Il faudra donc attendre le printemps pour que cette nouvelle cour s’épanouisse pleinement. Les espèces d’arbres les plus hautes permettront de cacher le chemin de fer. Dans quelque temps, c’est certain, on y verra des pommiers, des pruniers, des cerisiers, des figuiers et même des framboisiers !

Cette cour va aussi devenir un support pédagogique, avec un potager et une mare, afin que les élèves soient éduqué·e·s à l’environnement. Un professeur de SVT va notamment mener le projet « De la graine à l’assiette » qui va permettre aux élèves de se lancer dans la production de fruits et de légumes avec un volet gestion des déchets (compostage).

Les vagues de chaleur vont augmenter en fréquence, en durée et en intensité, dans les années qui viennent, c’est pourquoi une zone ombragée avec des bancs sous des arbres sera comme un petit îlot de fraîcheur au milieu de la cour.

Même si le coût est élevé, le Département souhaite étudier les possibilités d’étendre ce dispositif de cours végétalisées à d’autres établissements. Quant au collège Langevin-Wallon, le bâtiment sera rénové à partir de 2021 avec notamment toute la rénovation énergétique. La transition écologique est en marche en Seine-Saint-Denis.

à lire aussi
Semaine de la mobilité

Le Département fête le vélo

Du 15 au 20 septembre, c’est la semaine de la mobilité. Cette année, elle intervient dans le cade de la semaine du développement durable (reportée du 18 septembre au 8 octobre du fait de la crise sanitaire). Pour l’occasion, le Département de la Seine-Saint-Denis organise, avec la ville de Bobigny et la préfecture, un village de la mobilité. Il propose également, via les partenaires associatifs, des ateliers de réparation et des balades sur le territoire.

Parcs départementaux

Parcs départementaux : attention aux tiques !

Jusqu’à l’automne, les tiques peuvent se cacher dans les espaces boisés, les prairies, jardins, buissons humides... Leur piqûre peut transmettre la maladie de Lyme, une maladie grave qui peut causer des troubles neurologiques, dermatologiques, articulaires et, plus rarement, cardiaques ou ophtalmiques.