Catégories
Seine Saint-Denis
Chanson

Une année en chansons !

Pendant une année scolaire, 8 classes de primaire de Seine-Saint-Denis ont travaillé sur un projet artistique et culturel porté par le CREA d’Aulnay-sous-bois. A quelques jours du spectacle, nous avons pu assister à l’une des répétitions finales, entre excitation, vocalises et trac. Reportage.

Dans la grande salle du théâtre Jacques-Prévert à Aulnay-sous-Bois, cinquante enfants entre 9 et 11 ans sont sagement assis sur leurs sièges. Attentifs, ils écoutent les encouragements et conseils de Didier Grosjman, le directeur du CREA, avant qu’ils ne montent sur scène. Depuis le début de l’année, ils préparent un spectacle autour de la thématique des contes, et ce mercredi matin, les deux classes de primaire répètent en vue de la restitution qui aura lieu dans quelques jours. Les enfants ont revêtus leurs costumes, et sur scène, les décors sont installés. Au milieu d’une scénographie moderne et épurée, les deux classes de Tremblay en France et de Sevran prennent place pour débuter l’échauffement vocal et corporel sous le regard bienveillant de leurs maitresses. « Ils se chauffent comme on ferait avec des professionnels », confie Didier Grosjman.

C’est il y a trois ans que le directeur du centre de création vocale et scénique décide de mettre en place l’initiative « Tous en scène ». Cette année, 8 classes de différentes villes de Seine-Saint-Denis y participent : « L’idée, c’est de créer du lien. Je veux que lorsqu’un enfant sort d’une expérience comme celle-ci, il ait grandit, pas forcément dans le sens artistique, mais en tant qu’être humain et tant qu’enfant à l’école. Il écoute mieux, il est plus concentré, il est plus sûr de lui, il a plus confiance et il respecte les autres. Un travail comme celui-ci ne peut pas se faire si on ne met pas toutes ces valeurs en place. »

Vêtus de leurs blouses beiges et de leurs pantalons à motifs animaliers ou géométriques, les enfants s’échauffent accompagnés au piano par Thibault Frasnier. Tom et Clara 11 ans, des élèves de Tremblay-en-France, sont très enthousiastes : « Ça nous plait beaucoup ce projet ! On a des costumes, y’a un décor, les chansons sont bien, on danse ! On a très envie de faire le spectacle, mais c’est quand même très impressionnant. »

JPEG - 54.2 ko

Sur scène, ce sont Isild Manac’h et Sandrine Baudey du CREA qui coordonnent la joyeuse troupe. « On va faire la dissonance maintenant », lancent-elles. Pendant ce temps, les maîtresses gardent toujours un œil attentif sur leurs élèves. Karine Olliver, l’enseignante de la classe de CM2 de Marie Curie à Tremblay-en-France, raconte : « Ça demande beaucoup de temps, car il faut reprendre le travail à l’école quotidiennement. Il faut être très investi, on doit faire des vocalises tous les jours, on a écrit les paroles d’une chanson, on a peint nos costumes. Parfois les enfants étaient réticents, mais au fur et a mesure, ils se sont rendus compte de l’ampleur du projet, et ils ne me renvoient que des choses positives à présent ! Ils chantent dans la cour, dans le car, ils répètent les chorégraphies à l’école… Certains élèves étaient vraiment renfermés et maintenant je les trouve épanouis ! ». Karine Prévost, l’enseignante de CM1 de la classe de Sevran, renchérit : « Il y a vraiment eu une grande évolution chez mes élèves en termes de concentration. Ce projet, c’est quelque chose que tous les enfants devraient faire une fois dans leur vie. »

Toutes les informations sur le projet « Tous en scène » sont à retrouver sur https://www.lecrea.fr/

à lire aussi
Cinéma Saint-Denis La Courneuve

Lawrence Valin, les armes du cinéma

A 29 ans, cet acteur-réalisateur, qui a grandi à La Courneuve, a franchi un premier pas avec son Grand Prix au festival Cinébanlieue en 2017. Membre du jury cette année, il continue aussi dans ses propres réalisations d’explorer la diaspora tamoule dont il est originaire. Portrait.

Bande dessinée Pantin

Du bitume et des bulles

Trois sociologues et trois auteurs de BD présentaient leurs ouvrages portant sur les habitants des quartiers populaires, samedi 3 novembre, aux Docks B à Pantin. L’occasion de débattre de la manière de représenter nos banlieues...

Cinéma Romainville Noisy-le-Sec

Nadir Dendoune, au nom de la mère

Dimanche 11 novembre, le festival du film franco-arabe de Noisy-le-Sec met à l’honneur un réalisateur du département, Nadir Dendoune. Le cinéaste et journaliste de l’Ile Saint-Denis viendra présenter « Des figues en avril », un portrait de sa mère qui est en même temps un hommage à toutes les femmes immigrées.

Cinéma Saint-Denis

Cinébanlieue 2018, la loi du genre

Pour sa 13e édition, du 7 au 16 novembre, le festival, qui se déroule principalement à Saint-Denis, continue de creuser la complexité de la périphérie. Cette fois-ci à travers le film de genre. Polars, comédies, drames, tout est bon, pourvu qu’ils soient au service d’une réflexion sur la France d’aujourd’hui.

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.