Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Santé & Prévention

Loi Veil, une victoire à préserver

Le 17 janvier 1975 était votée la loi Veil. La vigilance reste indispensable. Le Département veille pour sa part à sa mission de planification et d’éducation familiale. EXPLICATIONS.

Le 17 janvier 1975, la loi qui dépénalise l’avortement est adoptée en France. Jusque là l’avortement est passible de prison et plus de 250 femmes meurent chaque année à cause d’un avortement clandestin. Simone Veil, ministre de la Santé en 1975, défend sa loi pendant trois jours de débats houleux à l’Assemblée nationale, face aux réactions hostiles et aux attaques personnelles. Cette victoire est aussi l’aboutissement d’un long combat mené dans la rue, la presse et les tribunaux, dans les années 70.

La vigilance reste indispensable aujourd’hui. La mission de planification et d’éducation familiale, dont le Département est responsable, vise à favoriser l’épanouissement de la sexualité, la maîtrise de la fécondité, la prévention des infections sexuellement transmissibles (dont le VIH) et la prévention des violences conjugales et familiales.

130 centres assurent cette mission en Seine-Saint-Denis. 70 d’entre eux sont intégrés dans les PMI et 60 autres, subventionnés par le Département, se trouvent dans les centres de PMI municipaux ou associatifs, les centres municipaux de santé, les hôpitaux, les universités. Ils ont reçu en consultations médicales ou entretiens plus de 64 000 personnes dont 4 500 jeunes (chiffres 2015) .

PNG - 199.9 ko
PNG - 62.3 ko
PNG - 320.4 ko
JPEG - 85.8 ko

Liens utiles : Espace Tête à tête
Centres de planification familiale

à lire aussi
Santé Mobilisation

"Ecoutez-nous !" : le cri des soignant·e·s au lendemain du Covid

"Et un, et deux, et trois cents euros !". La banderole "Blouses blanches, colère noire" des soignant·e·s de Seine-Saint-Denis caracolait au devant du défilé, lors de la manifestation du 16 juin 2020. Le département vient en effet de payer un lourd tribut lors de la crise du Covid, s’expliquant par une patientèle très précarisée, un manque de lits, de matériel, de personnel... SSD mag a recueilli la parole de plusieurs professionnel·le·s présent·e·s dans le cortège.

Aide alimentaire

Plongée dans le bouillon solidaire d’Ismeera Ayache

La crise du Covid a le mérite d’avoir éveillé la solidarité de citoyens à distance des milieux associatifs traditionnels. Parmi eux, Ismeera Ayache, dont le rêve est de développer autour de son foodtruck « Urban bouillon » un « tiers-lieu social et culturel ». Pendant un mois, cette jeune femme de 35 ans a spontanément intégré la chaîne d’aide alimentaire mise en place pour des milliers de personnes démunies. Portrait.