Catégories
Seine Saint-Denis
Collèges Bondy

Parents : vous êtes les bienvenu·e·s au collège !

Parents d’élèves, chefs d’établissement et représentants d’associations se sont réunis le 25 janvier au collège Pierre-Curie à Bondy pour réfléchir à la façon d’accompagner le mieux possible une politique de co-éducation. La participation des parents est au coeur du projet éducatif départemental. EXPLICATIONS

On a longtemps cru que les parents étaient chargés de nourrir et d’éduquer les enfants alors que l’école se devait de les instruire. C’est en partie vrai, mais comment un collégien peut-il s’épanouir et progresser à l’école s’il n’est pas soutenu et accompagné à la fois par ses enseignants et par ses parents ? C’est pour cette raison que depuis 2013 la loi « Refondons l’école de la République » installe la notion de co-éducation et d’Espaces parents au cœur de l’école.

C’est quoi un espace parent ?

C’est un espace au sein des collèges où les parents peuvent organiser des réunions, des tables rondes, des cafés, ou parfois se connecter à l’ENT du collège grâce à des ordinateurs mis à disposition. Ces lieux peuvent être ouverts sur la rue et accessibles en dehors du temps scolaire. « À chaque fois que nous construisons un nouvel établissement en Seine-Saint-Denis, nous concevons ces espaces pour qu’ils puissent être ouverts, partagés. C’est une façon de montrer aux parents la place que nous voulons leur donner », explique Stéphane Troussel, le président du Conseil départemental en ouverture de la rencontre.

Difficile de venir spontanément au collège

Après passation d’une convention avec la direction du collège, des parents peuvent avoir la clé de la salle et la faire vivre, mais il n’est pas forcément très naturel pour les parents d’entrer spontanément au collège. « Les parents ont tendance à venir au collège seulement quand ils sont convoqués parce qu’il y a des problèmes avec leur enfant, souligne Jean Bernardin, président du GFEN (Groupe français d’éducation nouvelle). Or s’entendre dire des choses négatives sur son enfant, c’est dévalorisant et on peut se sentir mauvais parent et préférer rester à l’écart de la scolarité de son enfant ».

Alors comment faire pour que les parents se sentent impliqués et valorisés dans la scolarité de leurs enfants ? Parents d’élèves, chefs d’établissement, responsables de fédération de parents d’élèves (FCPE, PEEP), membres d’associations ont échangé leurs pratiques et leurs idées pour inciter les parents à franchir les portes du collège :

JPEG - 82.5 ko

« Il faut créer du lien entre les professeurs et les parents, qu’ils apprennent à se connaître ».
« Il faut que les enseignants puissent échanger avec les parents sur autre chose que le conflit, se parler quand ça va bien ».
« Les parents délégués doivent mobiliser les autres parents pour qu’ils viennent aux réunions ».
« Au collège international de Noisy-le-Grand, nous organisons des cafés thématiques autour de Thanksgiving, du Nouvel an chinois ».
« Il faut créer de la convivialité entre les familles et le collège, en mettant en avant les centres d’intérêt et les compétences des parents, par exemple lors de carrefours des métiers ».
« Il faut que les chefs d’établissement acceptent de faire confiance aux parents et les laissent entrer au collège en dehors des horaires de classe ».

Et vous, dans le collège de votre enfant, ça se passe comment ? Renseignez-vous auprès des parents délégués pour savoir s’il existe un espace parent. Et sachez que le Département est prêt à subventionner tout projet mené par les parents au sein des collèges !

à lire aussi
Portrait

Mohamed Koussa : en route pour le championnat du monde 2021 !

Issu d’une famille modeste monoparentale, Mohamed Koussa, 43 ans, a grandi et vit en Seine-Saint-Denis. Et il a su rendre les honneurs au département qui lui « a tout donné » comme il dit, en décrochant un titre de champion du monde de lecture rapide en Chine en 2017. Depuis, cet ex enseignant a créé son académie et est en passe d’organiser les championnats du monde 2021 de lecture rapide depuis Dugny ! Interview.

Education aux médias Seine-Saint-Denis

Dessine-moi la liberté d’expression

Après le choc de l’assassinat de Samuel Paty, le Département a décidé d’accompagner les collèges de Seine-Saint-Denis avec Agora, un large programme d’éducation aux médias et à la liberté d’expression. Un atelier en visio entre des caricaturistes et des professeurs s’est tenu fin décembre pour préparer des parcours éducatifs sur le dessin de presse.

Education aux médias

Fake off, pour des citoyen·ne·s éclairé·e·s

Fondé en 2015, ce collectif d’une trentaine de journalistes intervient dans toute la France pour sensibiliser différents publics aux notions de fake news et de désinformation. Pierre-Hippolyte Senlis et Lucile Berland, deux de ses fondateurs, expliquent pourquoi Fake off a rejoint « Agora », nouveau dispositif d’éducation aux médias lancé par le Département.