Catégories
Seine Saint-Denis
Bel été solidaire Parcs départementaux Musique IN Seine-Saint-Denis

Voyage musical en Corse

Pour la troisième année et dans le cadre du Bel été solidaire, l’ensemble Sequenza 9.3 propose jusqu’au 31 juillet un ensemble d’activités gratuites, d’ateliers musicaux et de concerts pour transporter les promeneurs du parc départemental Jean-Moulin Les Guilands jusqu’à l’Île de Beauté.

Sur la longue, longue pelouse qui parcourt le parc départemental Jean-Moulin les Guilands, les enfants des centres de loisirs jouent et cherchent à s’attraper, des familles jouent au ballon, d’autres profitent du soleil, allongés dans l’herbe.
Un peu à l’écart, un petit groupe d’adultes et d’enfants d’une dizaine d’années sont assis devant une affichette où figure un QR code. En flashant le code, chacun peut écouter l’étape musicale. Paul Trainié, de Sequenza 9.3, anime le jeu de piste « D’une rive à l’autre  », un voyage imaginaire et musical sur les rivages de la Méditerranée, à la recherche de la Corse... Pour l’instant, le groupe fait escale en Egypte, et écoute une chanteuse à la voix grave … Paul Tranié questionne les enfants :
« - A quoi cela vous fait-il penser ?
-  C’est de la musique arabe !
-  Quand elle chante, des fois on dirait qu’elle fait des vagues !
-  Effectivement, reprend l’animateur, il s’agit d’Oum Kalthoum, une des plus grandes voix de l’Orient, célèbre dans tout le monde arabe et bien au-delà. On regarde le rébus pour deviner l’emplacement de la prochaine étape ?
-  Ouiiii ! »

16h00
Tout proche de la maison du parc, quatre enceintes sont installées, recouvertes d’un voile de tulle noir. Elles diffusent une même berceuse corse chantée par des femmes, mais décalées dans le temps. En se déplaçant, on entend une partie, un refrain, puis quelques mètres plus loin, une seule voix, plus loin le chœur en entier… Un ensemble de répons se faisant écho les uns aux autres, une harmonie distincte. L’auteur de ce dispositif, le compositeur Jean-Yves Bernhard explique : « Le dispositif était au départ prévu pour être écouté au casque. Mais avec les règles de distanciation sociale, il a fallu s’adapter. Les voix se mêlent les unes aux autres, elles créent un éco-système sonore. J’ai voulu ainsi évoquer le moment où, couché dans sa chambre on est en demi-sommeil, ne distinguant déjà plus le rêve de la réalité… »

17h00
C’est le moment de la musicothérapie : tout autour d’une enceinte, des promeneurs installent qui leur serviette, qui leur tapis ou bien s’allongent directement dans l’herbe. Tous et toutes écoutent la voix d’Hélène Richer, chanteuse de l’Ensemble Sequenza 9.3 et art-thérapeute. 20 minutes de détente en musique… Christiane, la soixantaine alerte, avait prévenu ses amies, Cécile, Claudine et Aline de l’activité : « J’habite à côté du parc, je ne loupe pas une activité… Lorsqu’elle m’intéresse !
-  C’est un peu notre cheffe de bande !
s’exclame Claudine tout sourire. Pour le coup, elle a encore eu raison de nous prévenir, qu’est-ce que ça détend ! »

18h00
Sur les gradins, dans le petit théâtre de verdure tout proche de la maison du parc, le public s’installe à distance les uns des autres pour le clou de l’après-midi : un concert de l’Ensemble Sequenza 9.3, cette fois uniquement avec des voix de femmes. Le programme l’impose, six nanni, ces berceuses que les femmes corses se transmettent de mère en fille. « En Corse, explique Catherine Simonpietri, cheffe de Sequenza 9.3 et ambassadrice In Seine-Saint-Denis, le chant en public est traditionnellement une affaire d’hommes uniquement. J’ai voulu, pour ce programme dans le cadre de notre résidence artistique mise en place par le Département, faire voyager le public dans l’Île de Beauté et donner toute leur place aux femmes. » Six berceuses traditionnelles, puis une œuvre du compositeur corse contemporain Jérôme Casalonga, et une création commandée par Sequenza 9.3 à Lucia Ronchetti et une autre à Henri Tomasi.
En demi-cercle face au public, à distance les unes des autres, six silhouettes vêtues de longues robes noires. Chaque nanna, chaque berceuse est tout d’abord chantée par une voix, a capella. Et l’on ne voit plus le paysage de cités alentours, on est plongé dans l’intimité d’une chambre corse, baigné de toute la tendresse d’une mère pour son enfant. La monodie est bientôt magnifiée par l’apport des autres voix, lui apportant plus de force, plus de relief encore.
Les chants s’enchaînent les uns après les autres, et trop vite au goût de Gérard : « Quelle bonne idée ce concert, quelles belles voix ! Il faudrait le faire plus souvent… » Isabelle et Patricia, venues en voisines du parc ont-elles aussi apprécié : « Elles nous ont transportées ! Et l’on sentait leur plaisir à chanter ensemble, qu’est-ce que c’était agréable ! »
Photo : Sophie Loubaton

Prochain concert de Sequenza 9.3 au parc Jean-Moulin les Guilands
Vendredi 24 juillet de 17h30 à 18h30
Entre Mers et Montagne / Ensemble Baroque Nomade (musique et danse).
Port du masque obligatoire à partir de 10 ans (non-fourni).

à lire aussi
Seine-Saint-Denis Littérature jeunesse

Le ParcoTruc(k)s a fait un carton

Le Parc d’attractions littéraires, renommé cette année ParcoTruc(k), a été revisité par le Salon du livre et de la presse jeunesse de Seine-Saint-Denis pour s’adapter à la crise sanitaire. Avec 25 000 visiteur∙euse∙s, il a presque doublé sa fréquentation par rapport à l’an dernier.

Musique

On n’arrête pas la musique !

Le Festival de Saint-Denis a dû annuler son rendez-vous annuel, mais pas question de laisser un virus nous priver de musique ! Durant tout le mois de juillet, il a organisé des concerts dans les parcs départementaux, puis proposé de les écouter en ligne, avant trois concerts exceptionnels à la basilique en septembre.

Comédie Cinéma

Firmine Richard : « Il ne faut jamais se laisser bloquer par les imbéciles et les racistes ! »

Débarquée à la fin des années 80, sur un coup de dés du destin, dans le milieu du cinéma, cette « pétulante » comédienne s’est imposée au fil de ses rôles et de sa gouaille sur les écrans hexagonaux. Une trajectoire que la Pantinoise, actrice engagée sur les questions de société et de racisme, nous brosse à grands traits au moment où son autobiographie est en librairie.

Coronavirus Cinéma

Tarik Laghdiri, la parole déconfinée

Ce jeune homme de 35 ans, qui a grandi dans le quartier des Etangs à Aulnay-sous-Bois, a tenu pendant le confinement un journal de bord dans Le Parisien. Il revient sur cette expérience, ainsi que sur une autre facette de sa vie : celle de scénariste-réalisateur, déjà primé pour un court-métrage.