Catégories
Seine Saint-Denis
Handicap

Valides ? Handis ? Et alors !

Jeudi 17 mai, la FSGT 93 organisait son cinquième festival des pratiques partagées à Neuilly-sur-Marne. Plus de 600 participant.e.s, personnes en situation de handicap et collégien.ne.s, ont pu ensemble découvrir et pratiquer différentes activités physiques, sportives ou artistiques. Et surtout apprendre à se connaître et s’apprécier !

Le complexe sportif Henri Deglane de Neuilly-sur-Marne est ce matin en pleine effervescence : il faut mettre en place une vingtaine d’activités : tir à l’arc, foot US, cécifoot, athlétisme, tir lazer, danse, athlétisme, basket, mais aussi origami, caligraphie... Durant toute la journée, des groupes vont se succéder toutes les 40 minutes. Cette année, j’anime l’initiation savate boxe française, avec l’USMA de Saint-Ouen. Le premier groupe arrive, des adultes et des collégiens. Bien, les plus âgés doivent être porteurs de handicap. Un rapide discours de présentation, et deux par deux, chaque binôme dans un carré délimité par des plots. Handicap ou non, chacun essaye de reproduire les mouvements, et surtout s’adapte à son partenaire. Pas question de frapper ! On tente d’avoir le geste juste, sans puissance et surtout sans mettre son partenaire en difficulté . Un jeune de 5ème rassure son vis-à -vis, plus âgé d’une bonne dizaine d’année et plus grand d’une bonne tête et demie : "Non, ne t’inquiètes pas, tout va bien, tu ne vas pas me faire mal. Je sais que tu fais attention ..."

A chaque exercice, on change de partenaire, se salue, et en quelques secondes, on s’adapte ! Il est toujours étonnant de voir combien il est simple de découvrir, de s’amuser ensemble dès lors qu’on met ses apriori de côté.

Les groupes se suivent, certains sont en fauteuils, d’autres debout. A moi d’adapter les consignes, la savate est un sport de percussion pied et poings, mais évidement, en fauteuil, il y a moins de diversités de techniques... Pas grave ! Un genou à terre devant le fauteuil de Chloé, Youssef lui fait travailler directs, crochets et parades. Chloé est ravie, un grand sourire derrière ses gants montés bien haut.

Tout au long de la journée, les groupes mixtes valides et "handi" s’essayent à différentes pratiques. Certains y arrivent, d’autres pas, et ce ne sont pas toujours ceux auxquels on s’attendait ! Peu à peu, à force de partage, de rires, les derniers préjugés tombent, ne reste que le plaisir d’être ensemble, tout simplement.
Photos : Sylvain Hitau

à lire aussi
Aubervilliers

Baptiste Bleier, drôle de bizutage

A 25 ans, ce coureur prometteur de St Michel-Auber 93, issu de l’équipe réserve, aura vu sa première année chez les pros interrompue brutalement par le confinement. Heureusement, la reprise de la saison au 1er août l’a remis en selle.

Montfermeil Football

Sébé Coulibaly, le foot au féminin

Passée par de nombreux clubs de Seine-Saint-Denis, cette jeune femme lance le 11 juillet « Ladies Squad », une application mobile pour encourager la pratique féminine du football. Cette internationale malienne, qui a grandi aux Bosquets à Montfermeil, voit aussi dans le foot un outil pour faire progresser la cause des femmes. Rencontre.

Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.