Catégories
Seine Saint-Denis
Handicap

Valides ? Handis ? Et alors !

Jeudi 17 mai, la FSGT 93 organisait son cinquième festival des pratiques partagées à Neuilly-sur-Marne. Plus de 600 participant.e.s, personnes en situation de handicap et collégien.ne.s, ont pu ensemble découvrir et pratiquer différentes activités physiques, sportives ou artistiques. Et surtout apprendre à se connaître et s’apprécier !

Le complexe sportif Henri Deglane de Neuilly-sur-Marne est ce matin en pleine effervescence : il faut mettre en place une vingtaine d’activités : tir à l’arc, foot US, cécifoot, athlétisme, tir lazer, danse, athlétisme, basket, mais aussi origami, caligraphie... Durant toute la journée, des groupes vont se succéder toutes les 40 minutes. Cette année, j’anime l’initiation savate boxe française, avec l’USMA de Saint-Ouen. Le premier groupe arrive, des adultes et des collégiens. Bien, les plus âgés doivent être porteurs de handicap. Un rapide discours de présentation, et deux par deux, chaque binôme dans un carré délimité par des plots. Handicap ou non, chacun essaye de reproduire les mouvements, et surtout s’adapte à son partenaire. Pas question de frapper ! On tente d’avoir le geste juste, sans puissance et surtout sans mettre son partenaire en difficulté . Un jeune de 5ème rassure son vis-à -vis, plus âgé d’une bonne dizaine d’année et plus grand d’une bonne tête et demie : "Non, ne t’inquiètes pas, tout va bien, tu ne vas pas me faire mal. Je sais que tu fais attention ..."

A chaque exercice, on change de partenaire, se salue, et en quelques secondes, on s’adapte ! Il est toujours étonnant de voir combien il est simple de découvrir, de s’amuser ensemble dès lors qu’on met ses apriori de côté.

Les groupes se suivent, certains sont en fauteuils, d’autres debout. A moi d’adapter les consignes, la savate est un sport de percussion pied et poings, mais évidement, en fauteuil, il y a moins de diversités de techniques... Pas grave ! Un genou à terre devant le fauteuil de Chloé, Youssef lui fait travailler directs, crochets et parades. Chloé est ravie, un grand sourire derrière ses gants montés bien haut.

Tout au long de la journée, les groupes mixtes valides et "handi" s’essayent à différentes pratiques. Certains y arrivent, d’autres pas, et ce ne sont pas toujours ceux auxquels on s’attendait ! Peu à peu, à force de partage, de rires, les derniers préjugés tombent, ne reste que le plaisir d’être ensemble, tout simplement.
Photos : Sylvain Hitau

à lire aussi
Seine-Saint-Denis JOP 2024

24 sites pour 2024 : le sport est en bas de chez vous !

L’accueil des Jeux olympiques et paralympiques en 2024 doit être aussi l’occasion de mettre le sport à portée de tous∙te∙s dans l’espace public. C’est l’objectif de « 24 sites pour 2024 », un dispositif qui propose au grand public des activités sportives gratuites jusqu’à la mi-juillet dans une vingtaine de villes de la Seine-Saint-Denis. Découvrez le programme !

Saint-Denis Tennis de table

Championnes de France !

Samedi 5 juin, l’équipe féminine du Saint-Denis US 93 tennis de table a remporté la finale du Championnat de France par équipe, en ne laissant aucune chance à Metz (3-0). Après leur victoire en Coupe d’Europe des clubs ETTU, les Dionysiennes ont réalisé une saison exceptionnelle.

Athlétisme Montreuil

A Montreuil, Zango égale Tamgho

Pour le retour du meeting international d’athlétisme de Montreuil, certes à huis clos mais pas sans chaleur, le Burkinabé Hugues-Fabrice Zango a fait le show au triple saut, égalant le record de l’épreuve détenu par un certain Teddy Tamgho. Côté français, Melvin Raffin, dans ce même concours de triple, et Rénelle Lamote, sur 800m, ont tous deux réalisé les minimas pour les Jeux de Tokyo.

Génération jeux Jeux olympiques et paralympiques Athlétisme

Charles-Antoine Kouakou, Né un 14 juillet

Fin août, ce sprinter de 22 ans représentera la France sur 400m aux Jeux paralympiques de Tokyo. Membre de l’association « Sport Toi Bien 93 », à destination de personnes ayant des déficiences mentales ou psychiques, cet athlète fait déjà la fierté de son ESAT du Bourget-Drancy, où il travaille à mi-temps comme jardinier. En attendant davantage, lui qui est un assoiffé de médailles.