Catégories
Seine Saint-Denis
Mal-logement Bobigny

"Un regard sur la pauvreté", une exposition aux Archives départementales

Entre 1971 et 1973, le Suisse Walter Weiss a photographié plusieurs bidonvilles de Seine-Saint-Denis, en partie pour l’association ATD Quart Monde. Il vient de faire don de ces clichés aux Archives départementales de Bobigny qui leur consacrent une exposition jusqu’en septembre. Visite en DIAPORAMA commenté par Walter Weiss lui-même.

Un amas de cabanes de fortune sur fond de nouvelles cités, un ruisseau jonché d’immondices, des enfants qui s’affichent tout sourire devant des pré-fabriqués : c’est un visage de la pauvreté et du mal-logement que donne à voir l’exposition « Un regard sur la pauvreté », organisée aux Archives départementales jusqu’en septembre.
Constituée de photographies du Suisse Walter Weiss prises entre 1971 et 1973, cette exposition documente bien la crise extrême du logement qui régnait en Ile-de-France et donc aussi en Seine-Saint-Denis dans ces années-là.
Bidonville du Franc-Moisin à Saint-Denis, bidonville de Noisy-le-Grand, taudis de La Cerisaie à Stains, ce jeune Suisse, arrivé en France au début des années 70 avec pour but d’y apprendre le français, a été saisi par le dénuement régnant alors dans certaines zones de la région et a souhaité en livrer un témoignage sur pellicule. Présent lors du vernissage de l’exposition, il explique : « J’ai voulu montrer une situation intolérable. J’ai souhaité montrer cette pauvreté pour aller vers un futur sans bidonvilles, et encore aujourd’hui on n’y est pas parvenu ».

JPEG - 48.4 ko

Dans cette exposition, l’objectif de Walter Weiss s’attarde en particulier sur le bidonville du Franc-Moisin, à Saint-Denis, dont l’histoire est peut-être moins connue aujourd’hui que celle du bidonville de Noisy-le-Grand ou de La Campa, à Saint-Denis puis La Courneuve. « Surtout habité entre 1964 et 1974, ce bidonville se caractérise par la présence de travailleurs, très souvent immigrés, dont une grande partie sont d’origine portugaise. Une autre de ses caractéristiques est le choix du relogement sur site qui sera fait par le biais de la SONACOTRA et de l’Office public d’habitat de Saint-Denis », indique Benoît Pouvreau, historien au service patrimoine culturel du Département et spécialisé dans l’histoire de l’habitat.

Mais le legs de Walter Weiss a aussi cela d’intéressant qu’il permet de retracer l’activisme et l’inventivité de l’association ATD (Aide à Toute Détresse) Quart Monde. Fondée en 1957 par Joseph Wresinski, un prêtre social arrivé justement dans le camp de Noisy-le-Grand en 1956, cette association était aussi présente au bidonville de La Campa et du Franc-Moisin à Saint-Denis. « Convaincue que le simple don et la charité étaient insuffisants pour faire sortir les populations de la grande pauvreté, ATD Quart Monde militait activement pour donner aux populations précarisées un savoir-faire, une expérience », rappelle Benoît Pouvreau. C’est le sens de la création en 1970 de la cité de promotion familiale de Noisy-le-Grand, que l’on voit sur plusieurs clichés de Walter Weiss. Cette cité, qui comptera jusqu’à 78 logements, abritera aussi entre ses murs un jardin d’enfants, une bibliothèque, des ateliers et une chapelle... Si une partie a été détruite depuis, elle poursuit aujourd’hui ses activités dans un nouvel immeuble.

Par le biais du regard doux mais lucide de Walter Weiss, l’exposition des Archives documente donc cette période douloureuse d’habitat précaire et de poches de pauvreté et donne fatalement l’impression au visiteur, eu égard à la situation actuelle, d’un éternel recommencement.

Christophe Lehousse
Vidéo réalisée par Jean-Loup Vidal.

à lire aussi
Plan rebond

Un fonds d’aide pour éviter la spirale de l’endettement locatif

Le Département met en place des aides au paiement du loyer pour les ménages fragilisés par la crise économique liée au Covid. Ce fonds exceptionnel "d’aide à la quittance", qui concerne aussi bien le parc public que privé, vise à réagir de manière précoce afin d’éviter aux locataires de s’enliser dans les sables mouvants des dettes locatives.

Coronavirus

Après le Covid, le Département lance un plan de rebond solidaire et écologique

Mercredi 8 juillet, le Département a voté un plan de rebond solidaire et écologique. Ce programme, d’un montant global de 55 millions d’euros, doit répondre à la crise économique et sociale faisant suite à la crise sanitaire qui a secoué le territoire avec l’arrivée du coronavirus. Une aide exceptionnelle au paiement des loyers, un soutien aux associations du territoire frappées par la crise ou porteuses de solutions et un fonds d’investissement pour une transition écologique figurent parmi les axes forts de ce plan de relance.

Appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour l’autonomie

Le Département a lancé lundi 6 juillet un appel à manifestation d’intérêt visant à constituer un réseau de tiers-lieux « Autonomie dans mon quartier » qui favorisera l’inclusion des personnes âgées et handicapées dans leur vie de quartier. Les tiers lieux sont des cafés associatifs, locaux communs résidentiels, maisons intergénérationnelles, et bien d’autres encore, les modèles les plus innovants et divers sont les bienvenus ! Le dépôt des dossiers doit s’effectuer avant le 30 septembre 2020

Santé Mobilisation

"Ecoutez-nous !" : le cri des soignant·e·s au lendemain du Covid

"Et un, et deux, et trois cents euros !". La banderole "Blouses blanches, colère noire" des soignant·e·s de Seine-Saint-Denis caracolait au devant du défilé, lors de la manifestation du 16 juin 2020. Le département vient en effet de payer un lourd tribut lors de la crise du Covid, s’expliquant par une patientèle très précarisée, un manque de lits, de matériel, de personnel... SSD mag a recueilli la parole de plusieurs professionnel·le·s présent·e·s dans le cortège.