Catégories
Seine Saint-Denis
Héritage J.O.P. 2024 Le Bourget La Courneuve Dugny Demain l’urbain

Terrain des essences/Aire des vents : le point sur les chantiers olympiques

Des grues, des pelleteuses, mais aussi du compost naturel… Entre dépollution du Terrain des essences et construction du Cluster des médias, les chantiers battent leur plein sur le triangle La Courneuve/Le Bourget/Dugny. Alors que les premiers bâtiments sortent de terre, c’est le visage de l’après-Jeux qui se dessine.

Améliorer durablement le cadre de vie des habitant·e·s de Seine-Saint-Denis, c’est l’un des objectifs affirmés par le Département dans le cadre des transformations du territoire pour les Jeux olympiques 2024. Voici un point d’étape des chantiers en cours aux abords du parc Georges-Valbon, sur les communes de La Courneuve, Dugny, et Le Bourget.

LE TERRAIN DES ESSENCES

C’est quoi ?
13 hectares de friches sur La Courneuve, entre le parc Georges-Valbon et Dugny. Il s’agit d’un ancien site de stockage de carburants appartenant au ministère de la Défense. Utilisé par l’armée allemande pendant l’occupation, le site a été bombardé par les alliés en 1944. Éventrés, les réservoirs ont laissé s’écouler les hydrocarbures dans les sols et les nappes phréatiques.
En 2013, une première campagne de dépollution pyrotechnique menée par le ministère de la Défense a brassé 218 000 m3 de terre. Insuffisant pour développer une activité sportive sur le site et le rendre à la végétation. La dépollution totale du site a donc démarré en mai 2021 sous l’égide du Département. Au total, le budget dépollution/transformation en mode "héritage" se situe à 12 millions d’euros.

Où en est-on ?

Sur un total de 100 000 m3 de terre, la moitié était saine, l’autre était à dépolluer. 13 000 m3 de terre trop polluée pour être traitée sur place ont été évacués. Tandis que 37 000 m3 sont en cours de dépollution sur le site. En octobre prochain, le site sera intégralement dépollué. L’étape de renaturation démarrera alors.

La dépollution comment ça marche ?

JPEG - 105.7 ko

Quand on parle de dépollution, on s’’attend à un déploiement de gigantesques machines. Et pourtant, sur le site du Terrain des essences, rien de tout cela. Simplement de gigantesques bâches vertes. Sous ces bâches, la dépollution est en marche, selon une méthode naturelle consistant à utiliser des végétaux en décomposition pour décontaminer les sols et les nappes phréatiques. Autrement dit c’est bien du compost, avec les organismes vivants (bactéries) qu’il contient, qui agit actuellement au Terrain des essences. Une matière organique pour rendre 13 ha à la végétation.

Quelle sera la vocation finale du site ?
Dès janvier 2023, Paris 2024 prendra possession des lieux pour y organiser les épreuves de tir et de para-tir. Une parenthèse olympique puisque la finalité c’est une extension du parc départemental Georges-Valbon. Ces 13 ha dépollués, viabilisés, renaturés , viendront l’agrandir avec la création d’un espace de loisirs sur une partie de ce nouvel espace. Une nouvelle entrée du parc sera créée à la sortie de la gare du T11 qui jouxte le Terrain des essences. Des aires de jeux et de loisirs seront implantées. Bilan des courses : 13 ha de terrains vagues pollués rendus à la biodiversité et au public.

L’AIRE DES VENTS

JPEG - 83.3 ko


C’est quoi le projet ?

C’est le fameux Cluster des médias, prévu pour héberger plus de 1 500 journalistes et techniciens TV du monde entier. Après les Jeux , 1300 logement neufs accueilleront des familles tandis que 350 logements seront proposés dans le cadre de résidences gérées.

Où en est-on ?
Après des péripéties et le temps de la concertation, le chantier est bien lancé : 100 personnes y œuvrent chaque jour. Elles seront bientôt 500. Les fondations faites, les premiers bâtiments sortent du sol. Le départ du site de l’usine Chimirec interviendra fin 2022.

Que restera-t-il après les Jeux ?

JPEG - 77 ko

A la différence du Village olympique, les logements du Cluster des médias seront quasi -immédiatement utilisés en mode héritage. Grâce à ce projet, les Dugnysiens vont voir leur cadre de vie profondément amélioré : une nouvelle zone de commerces de proximité est prévue au abords de la gare de tram T11, 13 ha d’espaces verts supplémentaires avec des zones de refuge pour animaux et la plantation de 1 000 nouveaux arbres.

LE PARC SPORTIF ET SCOLAIRE DU BOURGET

Où en est-on ?
Les travaux de déconstruction de l’école et des installations sportives actuelles sont imminents. Y succéderont un nouveau gymnase, de nouvelles écoles, des tribunes sportives et des tennis couverts. Sur certains tronçons, les aménagements de la RD 30, pour accéder au site, sont déjà effectifs.

Que va-t-il s’y passer pendant les Jeux ?
Le futur parc sportif et scolaire du Bourget accueillera les compétitions d’escalade en extérieur.

Quelle est la finalité du projet ?
Proposer un complexe scolaire et sportif flambant neuf. Les murs d’escalade d’entraînement seront conservés et mis à disposition du public. Le mur de compétition, fait sur mesure pour l’élite mondiale, sera lui démonté, pour d’évidentes raisons de sécurité.

Surtout, avec la construction d’une nouvelle passerelle piétonne en bois au-dessus de l’autoroute A1 , le parc sportif du Bourget va être connecté au parc Georges-Valbon et à l’Aire des Vents. Une « continuité verte » qui sera incarnée par un parcours pédestre depuis le Terrain des essences jusqu’au Bourget via Dugny. Sa longueur ? 2 024 mètres…

Crédit photo d’ouverture : © SOLIDEO / Traitclair – Dronepress

à lire aussi
Environnement Agriculture urbaine Aubervilliers

Une nouvelle ferme urbaine à Aubervilliers

Un îlot de nature au cœur de la ville ! L’association La Sauge vient d’inaugurer sa ferme urbaine Terre Terre située dans le quartier du Landy à Aubervilliers. Cet espace de 3000 m2 est un lieu de production agricole participatif pour s’exercer au jardinage ou pour simplement flâner ! Stéphane Troussel, président du Département, s’est rendu sur place samedi 14 mai pour son lancement. Vidéo.

In Seine-Saint-Denis Consommation Cuisine

Participez au championnat du monde des cuisines du monde !

Vous êtes passionné·e de cuisine ? Vous rêvez de voir votre talent distingué ? Le premier « Championnat du monde des cuisines du monde » vous en donne l’occasion en septembre. Il est ouvert à tou·te·s les amoureux·ses de la gastronomie. Candidatures jusqu’au 6 juillet ! Amaury Bouhours, chef et président du jury vous explique le concours en vidéo.