Catégories
Seine Saint-Denis
Actions pour les Jeux JOP 2024 Saint-Denis

Succès populaire pour la Grande Course du Grand Paris

Pour cette première édition, 5 517 concurrents ont bouclé les 11,8 km séparant l’Hôtel de Ville de Paris et le Stade de France. Tout un symbole pour la candidature conjointe de Paris et la Seine-Saint-Denis aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Reportage et VIDÉO.

Le long couloir souterrain du Stade de France, l’arrivée sur la piste en pleine lumière, la foule dans les gradins. C’est à ça que pourrait ressembler l’arrivée du marathon olympique à Saint-Denis si Paris et la Seine-Saint-Denis accueillaient les Jeux en 2024.

Dimanche, ils étaient 5 517 participants à s’être offerts une arrivée triomphale au Stade de France, dans le cadre de la Grande Course du Grand Paris.

Cette course de 11,8 km reliant Paris et la Seine-Saint-Denis est un symbole fort, à l’heure où les deux entités ont lié leur destin dans une candidature commune pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2024, dont le verdict tombera le 13 septembre prochain à Lima.

Et dans cette fête populaire, disputée sous un soleil estival, le Département était d’ailleurs bien représenté, avec une soixantaine de participants.

JPEG - 154.5 ko

Après un départ donné place de l’Hôtel de Ville, en présence de Jean-François Martins, adjoint aux sports de la mairie de Paris, et de Stéphane Troussel, président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, le parcours aura mené les participants place de la République, puis le long du canal Saint-Martin.

Les abords du centre commercial Le Millénaire, à Aubervilliers marquaient le passage en Seine-Saint-Denis. A ce stade, le souffle se faisait plus court, les jambes plus lourdes (en tout cas pour l’auteur de ces lignes lui aussi porteur d’un dossard).

Les graffs bariolés de la street art avenue, le long du canal Saint-Denis redonnaient un peu d’allant aux participants. Puis, après un premier temps intermédiaire aux 10 km, c’était l’entrée majestueuse dans le Stade de France : l’espace de 300 m, chacun pouvait se sentir dans la peau d’un Bekele ou d’une Muriel Hurtis, médaillés d’or ici même aux Championnats du Monde 2003.

Au final, le Soudanais Aboubakr Abdallah l’aura emporté chez les hommes dans le temps canon de 37 min 47. Côté féminin, c’est Anne Gouyette qui s’imposait en 48’55.

Parmi les agents du Département, Khalid Bouachir pouvait se prévaloir de la meilleure performance, dans l’excellent temps de 43’40. Les agents du Conseil départemental terminaient d’ailleurs à une honorable 12e place, au classement par équipes.

JPEG - 133.4 ko

Pour toutes et tous, les grimaces de l’effort cédaient rapidement la place au sourire : celui d’avoir battu leur record pour certains, celui d’avoir couru aux côtés de sportifs reconnus comme le gardien de but du PSG Alphonse Aréola ou la vice-championne olympique de boxe Sarah Ourahmoune.

La boxeuse d’Aubervilliers résumait d’ailleurs très bien le sentiment général à l’arrivée de la course : « Ce succès populaire démontre que Paris et la Seine-Saint-Denis sont des terres de sport. Et la Seine-Saint-Denis, on le voit un jour comme aujourd’hui, est prête pour les Jeux ! »

à lire aussi
Handball Villepinte Aubervilliers

Zaadi-Niakaté, argent content

Si elles n’ont pas réussi à défendre leur titre de championnes d’Europe, battues dimanche 20 décembre par la Norvège en finale, les Bleues sont revenues du Danemark avec une belle médaille d’argent autour du cou. Parmi elles, Grâce Zaadi et Kalidiatou Niakaté, formées respectivement à Villepinte et Aubervilliers, ajoutent une ligne à leur palmarès et donnent déjà rendez-vous pour les Jeux de Tokyo 2021.

Jeux olympiques et paralympiques Portrait

Agent·e·s du Département le matin, athlètes olympiques l’après-midi

Tous trois athlètes de haut niveau, Anita Blaze (escrime), Bopha Kong (para-taekwondo) et Mamadassa Sylla (lutte gréco-romaine) sont également, depuis octobre dernier, agent·e·s du Département. Ils ont en effet signé avec la collectivité une convention d’insertion professionnelle d’un an qui leur permet de mener de front, et en toute sérénité, préparation en vue des Jeux olympiques et paralympiques Tokyo 2021 et reconversion. Un combo forcément gagnant. Portraits.

Saint-Ouen Football

Basile de Bure, les yeux dans les Verts

Dans « Deux pieds sur terre », le journaliste indépendant Basile de Bure suit toute la saison 2018-2019 des moins de 15 ans du Red Star. Mais au-delà de l’épopée sportive, ce récit enlevé et empathique dessine surtout le portrait d’une jeunesse française, celle des quartiers populaires. Interview avec l’auteur, couronné en novembre du prix Sport Scriptum pour ce premier ouvrage très réussi.