Catégories
Seine Saint-Denis
Seine-Saint-Denis

Stéphane Troussel réélu président de la Seine-Saint-Denis

Jeudi 1er juillet, Stéphane Troussel a été réélu à la présidence du Département de la Seine-Saint-Denis, à la tête d’une majorité plurielle de gauche. Au cours de son mandat, l’élu sortant a annoncé vouloir continuer son combat pour une plus grande justice sociale, couplé à des investissements pour l’emploi et la transition écologique en Seine-Saint-Denis.

Réélu avec 26 suffrages sur 42. A l’issue de l’Assemblée départementale du 1er juillet, Stéphane Troussel a été réélu président du Département de la Seine-Saint-Denis. Un vote qui fait suite aux élections des 20 et 27 juin qui ont vu la gauche et les écologistes l’emporter dans 13 des 21 cantons de Seine-Saint-Denis, faisant par là-même du 93 le seul département à rester à gauche en Ile-de-France.
« Nous avons porté un projet sérieux, solide et complet, dénué de vagues promesses », a notamment rappelé le président au cours de son discours de ré-investiture, tout en soulignant, comme tous les présidents de groupes de la nouvelle Assemblée départementale, qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition, la très forte abstention qui aura marqué ce scrutin (75 % au deuxième tour en Seine-Saint-Denis).
Ambitieux pour son département, Stéphane Troussel a notamment insisté sur deux priorités dans son prochain mandat qui le place aux responsabilités jusqu’en 2028 : « agir pour davantage d’égalité » et « accélérer la transition écologique ».

Combat pour la renationalisation du RSA

JPEG - 79.3 ko

Au rang des principales mesures qui vont porter le premier objectif, on trouve notamment un plan éco-collèges d’un milliard d’euros qui doit poursuivre l’investissement massif pour l’éducation dans le département le plus jeune de France.
Stéphane Troussel veut aussi continuer son combat pour une renationalisation du Revenu de Solidarité Active (RSA), compétence déléguée aux départements depuis les lois de décentralisation de 2004 mais non compensée par l’État. « J’ai bon espoir qu’on puisse faire aboutir ces négociations prochainement », a expliqué l’élu, qui espère notamment pouvoir « doubler les crédits d’insertion pour accompagner les allocataires du RSA », qui ont augmenté de 8 % suite à l’impact social de la crise du Covid. Toujours dans ce même rôle de bouclier social du département, un RSA jeunes ouvert aux 18-25 ans est également à l’étude, que Stéphane Troussel souhaite financer via des moyens propres au territoire comme le Fonds d’Aide aux Jeunes, en l’absence de soutien de l’État. « C’est aussi un moyen d’action politique pour convaincre le pays tout entier qu’il faut généraliser ce RSA jeunes », a ponctué le responsable, qui souhaite prendre sa part dans la mise en ordre de bataille de la gauche en vue des élections présidentielles de 2022.
Parmi les autres mesures annoncées, on peut encore citer la création d’une Maison de l’Autonomie et des Aidants, qui serait un lieu ressource pour les personnes ayant droit aux allocations autonomie ou un nouveau Pass’sport de 100 euros délivré aux collégiens « pour que chaque jeune puisse faire du sport au quotidien ».
Dans un mandat qui verra aussi la Seine-Saint-Denis accueillir les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, la nouvelle majorité veut aussi accompagner les grandes transformations du territoire pour qu’ils profitent aussi et d’abord aux habitants de la Seine-Saint-Denis.
« Je crois au fait que la Seine-Saint-Denis doit être attractive : les nouveaux venus sont les bienvenus. Mais notre responsabilité, par la maîtrise foncière, par le logement social, est aussi que les catégories populaires vivent bien ici », a souligné Stéphane Troussel.

Nouveau conseil citoyen

Fait inédit jusqu’ici, la présidence de la commission des finances est confiée à l’opposition – en l’occurrence au nouveau conseiller départemental Philippe Dallier, élu sur le canton de Bondy - « dans un souci de transparence et de démocratie ». Dans la même idée, cette vie démocratique, malmenée par l’abstention, doit être revivifiée par la mise en place d’un budget participatif de 3 millions d’euros par an et d’un conseil citoyen pour associer les habitants aux grandes décisions.
« La France entière commence à nous voir telle que nous sommes : un vivier d’énergies, de talents, d’emplois. Nous sommes la France de demain. A deux pas de la capitale, nous avons une place essentielle à occuper », a conclu Stéphane Troussel. Il revient maintenant à la nouvelle majorité d’y travailler, pour les 7 années à venir.

Christophe Lehousse
Photos : ©Nicolas Moulard, ©Patricia Lecomte, ©Franck Rondot, ©Bruno Lévy

JPEG - 280.3 ko
Le nouveau Conseil départemental

Trois vice-président·e·s nous présentent leur délégation :

JPEG - 10.5 ko

- Magalie Thibault, Vice-présidente aux solidarités et à la santé

« La crise du Covid l’a démontré : il y a encore trop d’inégalités dans l’accès aux soins pour les habitants. L’objectif est donc de les réduire. On veut notamment développer le nombre de bus itinérants en Seine-Saint-Denis : bus bucco-dentaire, de vaccination contre la grippe ou le Covid, de sensibilisation... Au chapitre solidarités, on va mettre en place des Maisons de solidarités et des relais autonomie dans les circonscriptions de service social que nous avons sur nos communes. L’objectif est d’avoir dans chacune de ces circonscriptions un point d’information et de conseil pour permettre aux personnes en perte d’autonomie d’avoir un lieu de référence plus proche de leur domicile que les deux lieux centralisés à Bobigny aujourd’hui. L’idée est d’être au plus près de l’habitant. »

JPEG - 8.9 ko

- Nadia Azoug, Vice-présidente à l’enfance, la prévention et la parentalité

« Je veux d’abord faire un diagnostic des ressources du département car c’est ma culture : j’enseigne dans les filières carrières sociales à l’université de Paris-12 et j’ai l’habitude de travailler sur le mode coopératif. L’idée sera ensuite de décliner une feuille de route. On veut être au plus des près des besoins du département. Regarder quels pourraient les nouveaux modes de garde qui pourraient être mis en oeuvre. On souhaite aussi développer les maisons d’assistances maternelles. Pourquoi pas faire le lien aussi avec l’économie sociale et solidaire, à l’image de la crèche coopérative Petits d’homme qui a vu le jour sur mon canton à Pantin. Sur la protection de l’enfance, on doit encore retravailler sur les enjeux de prévention spécialisée de manière transversale. J’ai conscience qu’il y a eu pendant pas mal d’années des réductions de budget de la part de l’Etat, mais la protection de l’enfance et des mineurs non accompagnés est capitale : on doit rester un territoire de la fraternité et des solidarités. »

JPEG - 8.1 ko

- Belaïde Bedreddine, Vice-président à l’écologie urbaine

« Nous voulons aller au bout du plan Canopée, ces 30 000 arbres qu’on a commencé à planter, dans les cours des collèges ou à travers des forêts urbaines. On veut aussi poursuivre notre lutte contre la précarité énergétique en continuant à financer les 3 Agences Locales de l’Energie et du Climat (ALEC). Celles-ci ont par exemple formé les assistantes sociales du territoire pour entamer un travail de réflexion avec les propriétaires sur un moyen de faire baisser leur facture énergétique. L’écologie urbaine, ce sont aussi des emplois. Le Département a financé 80000 kits économiseurs d’eau, installés par des associations d’insertion. La Croix-Rouge a par exemple créé 9 emplois dans ce cadre-là. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le combat pour l’écologie est aussi un combat contre la fracture sociale : on le voit par exemple dans le fait que la carte de la pollution en Ile-de-France et la carte de la mortalité infantile se superposent. Il y a du travail à faire sur ces questions là. »

La liste des 12 vice-président·e·s :

1er vice-président : finances, modernisation de l’administration et moyens généraux- Daniel Guiraud

2e VP : égalité femmes-hommes- Pascale Labbé

3e VP : culture- Karim Bouamrane

4e VP : enfance, prévention et parentalité- Nadia Azoug

5e VP : écologie urbaine- Belaïde Bedreddine

6e VP : insertion, économie sociale et solidaire et fonds européens- Melissa Youssouf

7e VP : éducation et Jeux olympiques et paralympiques- Emmanuel Constant

8e VP : patrimoine culturel, mémoire, tourisme et éducation artistique et culturelle- Dominique Dellac

9e VP : autonomie- Stéphane Blanchet

10e VP : solidarités et santé- Magalie Thibault

11e VP : mobilités durables et développement du territoire- Corentin Duprey

12e VP : habitat durable et politique de la ville – Florence Laroche

Et les 7 conseiller·ère·s délégué·e·s :

Mathieu Monot
Délégué à la démocratie participative et à la vie associative

Frédérique Denis
Conseillère départementale déléguée au plan alimentaire territorial

Abdel Sadi
Conseiller départemental délégué aux relations internationales et européennes

Oriane Filhol
Conseillère départementale déléguée à la lutte contre les discriminations

Azzedine Taïbi
Conseiller départemental délégué à la lutte contre la fracture numérique

Zaïnaba Saïd-Anzum
Conseillère départementale déléguée au sport

Elodie Girardet
Conseillère départementale déléguée au projet éducatif départemental

Retrouvez la composition du nouveau Conseil départemental :

https://seinesaintdenis.fr/l-essentiel-du-departement/le-conseil-departemental-de-la-seine-saint-denis/article/le-conseil-departemental