Catégories
Seine Saint-Denis
Confiné·e·s et s’entraider Associations Jeunes

Solidarité pendant le confinement : l’AJDB récompensée pour son action

Concours de pâtisserie au profit des soignant·e·s, soutien scolaire, distribution alimentaire, etc. : durant le confinement, l’Association de Jeunes pour le Développement à Bagnolet a mis en place de nombreuses actions de solidarité. Qui lui valent aujourd’hui d’être le « Coup de cœur » des Grands Prix de la finance solidaire 2020. Hyperactive, l’association vient par ailleurs d’obtenir le Prix Go IN du Département pour un projet mêlant cultures et agriculture urbaines.

Moussa Sylla est fier. Et il a toutes les raisons de l’être. Le 2 novembre, l’Association de Jeunes pour le Développement à Bagnolet (AJDB), qu’il préside, a été récompensée dans la catégorie « Coup de cœur » des Grands Prix de la finance solidaire. Après Halage, Baluchon Traiteur et la Lutherie urbaine, c’est ainsi la quatrième structure de Seine-Saint-Denis à être distinguée en dix ans.

Organisés par l’association de promotion de l’épargne solidaire Finansol et le journal Le Monde, ces Prix mettent en avant les entrepreneur·e·s apportant des solutions aux problématiques sociales et environnementales. Cette année, le « Coup de cœur » visait particulièrement à récompenser les associations ou entreprises pour leur action contre la Covid-19.

Comme beaucoup d’autres en Seine-Saint-Denis [1], l’AJDB – qui mène habituellement un large panel d’actions allant de l’organisation d’animations à l’insertion professionnelle en passant par des campagnes de nettoyage de rues – s’est en effet fortement mobilisée dès le début du confinement. « Au départ, précise Moussa Sylla, nous avons surtout sensibilisé à l’importance de rester chez soi. Nous avons mis en place plein de petites choses sur les réseaux sociaux pour inciter à le faire, mais aussi pour maintenir le lien social à distance et intégrer les Bagnoletais dans l’élan de solidarité. »

Des témoignages sont postés en story, des idées d’activités sont échangées, des vidéos d’applaudissement des soignant·e·s sont partagées, des concours et défis sont lancés. Sous le hashtag #pâtissiersolidaire, un concours de pâtisserie s’organise par exemple au profit du personnel soignant de sept hôpitaux. Très vite cependant, l’association est le témoin direct des difficultés de plus en plus grandes des habitant·e·s.

« Quand on leur fait confiance, les jeunes font des choses épatantes ! »

« En échangeant, nous nous sommes rendus compte de besoins, comme des enfants qui ne peuvent pas suivre l’école parce qu’ils n’ont pas le matériel informatique », explique Moussa Sylla. Un projet de soutien scolaire à distance est alors proposé et mis en place par un membre de l’association qui, grâce aux dons d’entreprises et de fondations, récupère également des ordinateurs et clés 4G. En lien avec la Boutique solidaire et Les Restos du cœur, des denrées alimentaires sont distribuées à 43 familles dans le besoin.

Face à l’isolement des personnes âgées, les jeunes se portent également volontaires pour passer des appels téléphoniques ou participer au « courrier du réconfort ». « C’est un jeune âgé de seulement 17 ans qui était référent de cette action, tient à préciser Moussa Sylla. Il s’est énormément mobilisé et a motivé tous ses copains et copines. » Ce qui ne le surprend aucunement. « Les jeunes sont plein d’énergie, poursuit le président qui n’a lui-même que 26 ans. Quand on leur fait confiance, qu’on leur confie des responsabilités, ils font des choses épatantes !  »

Croire dans les capacités des jeunes des quartiers et les accompagner dans la réalisation de leurs envies et projets pour les rendre autonomes et acteur·trice·s de leur vie comme des changements sociaux : c’est en effet la philosophie de cette association et de son président. Un groupe de jeunes voudrait partir en voyage ? Elle leur propose de mettre en place un service de traiteur éphémère autogéré, pour récolter les fonds tout en acquérant une première expérience entrepreneuriale.

« Il faut se bouger et se prendre en main », résume Moussa Sylla. Au quotidien comme dans les périodes de crise. « L’État ne peut pas tout, ajoute-t-il. Nous sommes des citoyens, c’est aussi notre rôle. Nous avons tous une part de responsabilité même si chacun agit avec ses moyens et son énergie.  » Depuis, l’association a créé un nouveau pôle dédié à la « Solidarité » et mis en place aussitôt trois projets : une maraude pour aller à la rencontre des personnes sans domicile, une antenne au Mali et un système de tontine solidaire. Y entre aussi l’initiative "4 saisons", pour lequel l’AJDB vient d’obtenir le Prix Go IN du Département : un projet à la croisée entre cultures et agriculture urbaine, sur des espaces laissés en friche à Bagnolet.

Association de Jeunes pour le Développement à Bagnolet : 5 rue Pierre Brossolette – 93 170 Bagnolet, contact@ajdb.fr, facebook, instagram, twitter

à lire aussi
Handicap

Au Foyer d’accueil médicalisé des Myosotis, le sport comme levier d’inclusion

Alors que se tient la Journée internationale des personnes handicapées le 3 décembre, le Foyer d’accueil médicalisé (FAM) des Myosotis, à Tremblay-en-France, est très engagé depuis plusieurs années sur la pratique sportive de ses résidents, des adultes qui présentent un lourd handicap mental. Une démarche qui apporte de nombreux bénéfices et qui devrait prochainement se développer hors les murs de l’établissement. Reportage

Santé & Prévention

A bord du nouveau bus dentaire du Département

Lancé en mars mais vite interrompu par le premier confinement, le nouveau bus bucco-dentaire du Département est reparti sur les routes depuis octobre. Sa mission : aller vers les enfants des écoles maternelles et primaires pour accomplir un travail de dépistage et de premiers soins. Un dispositif complété par des équipes volantes de dentistes qui se rendent également auprès de personnes précaires, handicapées ou âgées.

Lutte contre les violences

Toujours mobilisé·e·s contre les violences

Mardi 24 novembre, les 16es Rencontres Femmes du monde en Seine-Saint-Denis se sont tenues à la MC 93 de Bobigny, mais surtout en ligne. Plus de 500 personnes, en Seine-Saint-Denis, en France et à l’étranger ont écouté les témoignages de l’ensemble des actrices et acteurs du département mobilisé·e·s pour lutter contre les violences faites aux femmes.