Catégories
Seine Saint-Denis
Bénévolat

S’engager à Proxité : pourquoi pas vous ?

Depuis 2002, l’association née à Saint-Denis a bien grandi ! Forte désormais de 10 antennes en Ile-de-France et de 6 en province, Proxité, soutenue entre autres par le Département, a aidé plus de 1 000 jeunes à Saint-Denis et 2 700 au total dans leur réussite éducative et leur insertion professionnelle. Reportage.

Proxité, l’association qui gagne à être connue !

Pour Proxité, outre l’accompagnement scolaire, le développement du lien social entre habitant·e·s de quartiers en difficulté et celles et ceux qui n’y vivent pas est un objectif important. Le seul critère pour devenir bénévole : que le parrainage d’élèves dès la 6e soit assuré par des adultes issu·e·s du monde du travail et donc déjà inséré·e·s professionnellement.

Dans les académies privées, le soutien scolaire coûte cher. A Proxité, une cotisation symbolique de 10 euros est demandée au filleul·e à son entrée dans l’association sans coût additionnel pour les sorties culturelles ou les week-ends de révision annuels dans un endroit paisible des Yvelines afin de se mettre au vert avant les épreuves du brevet, BEP, bac pro et bac !

La plupart des parrains et marraines offre du soutien scolaire classique dans les matières qu’ils ou elles maîtrisent le mieux mais la formule va bien au-delà comme en témoignent Sandrine et Perwin, binôme depuis 2015 à l’antenne de Noisy-le-Grand. « Au début, je me sentais assez stressée par ce format de « coaching », qui représente un engagement fort auprès d’une personne. C’est une sacrée responsabilité ! Mais au final, tout se passe super bien avec Perwin. » Ce dernier confirme : « Nous avons fait plusieurs sorties ensemble en dehors des séances de parrainage : le musée de l’Homme, une visite guidée du Louvre, mais aussi plusieurs sorties au cinéma... C’est toujours très sympa ! ». Alors pourquoi ne pas vous engager à votre tour ? Rejoignez Proxité !

Devenir parrain ou marraine

Le parrainage chez Proxité est basé sur un libre engagement réciproque entre jeunes et parrains/marraines. Il est ouvert à tou·te·s les jeunes de leurs quartiers d’implantation, quel que soit leur niveau ou leur diplôme. Il accompagne leur parcours dès la 6e et jusqu’à l’accès à un emploi durable.

Deux formes d’engagement :

- Parrainez un·e collégien·ne. ou un·e lycéen.ne. 1h30 à 2h par semaine dans l’une de leurs antennes.

- Parrainez un jeune adulte, à raison de 2 à 4 rendez-vous mensuels sur votre lieu de travail.

Près de 300 jeunes attendent un parrain ou une marraine pour la rentrée scolaire 2018, dans toutes leurs antennes !

Les seuls critères pour devenir parrain ou marraine Proxité sont l’appartenance au monde du travail et la motivation. Nul besoin d’être un·e spécialiste des programmes scolaires ou d’avoir un réseau professionnel étendu pour devenir bénévole : le sens de l’écoute, un zeste de pédagogie et l’envie de nouer une relation de confiance avec un·e jeune sont les clés d’un parrainage fructueux !

Contact : https://www.proxite.com ou 07 60 60 17 18

Chronologie des 15 ans de Proxité

Novembre 2002 : Création de Proxité à Saint-Denis à l’initiative de Félix de Belloy, avocat, et de Lyne Rossi, enseignante et chercheuse à l’EHESS, en lien avec des éducateurs de l’association Canal.

Janvier 2005 : Développement d’un nouveau type de parrainage ; le parrainage de jeunes adultes en entreprise, tourné vers l’insertion professionnelle, en partenariat avec la Mission locale et plusieurs entreprises de Saint-Denis, notamment Generali.

Création d’une nouvelle antenne de parrainage à Nanterre où sont menées les premières expériences en matière de découverte des métiers, en lien avec la Ville.

2009-2010 : Ouverture des antennes de Noisy-le-Grand et La Plaine-Saint-Denis

Septembre 2011 : Proxité reçoit le Prix de la Solidarité de Proximité de la Fondation Feuilhade à l’Institut de France.

2013 : Début du partenariat avec le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

Janvier 2014 : Ouverture des antennes d’Ivry et Asnières-sur-Seine

Novembre 2017 : Ouverture de l’antenne Carrefour Pleyel à Saint-Denis.

Juin 2018 : Proxité fête ses 15 ans !

En chiffres

941 jeunes accompagné·es en 2017 soit 26 000 heures de bénévolat ou de mécénat.
60 % des filleul·le·s résident dans des quartiers prioritaires de la Politique de la Ville.
98 % des filleul·le·s et des bénévoles se déclarent satisfaits du parrainage et du suivi de Proxité.
Sans aucune sélection de niveau au départ, le taux de réussite au bac 2017 des filleul·le·s de Proxité est de 88 %. 86 % des filleul·le·s de Proxité ont été admis dans la filière de leur choix en 2017.
97 % des parrains/marraines estiment que le parrainage a un impact positif sur leur filleul·le et que ce·tte dernier·ère est à l’écoute de leurs conseils.
82 % des filleul·le·s disent avoir gagné en confiance et/ou en motivation au cours du parrainage.
Plus de 3 000 participations aux propositions complétant le parrainage (formations, visites d’entreprises, sorties culturelles...).

Témoignages

Curt et Riyas

JPEG - 67 ko

En binôme depuis 2017
Curt est irlandais, professeur à l’université Paris 12 installé en France depuis octobre. Un jour où il écoutait France Inter pour parfaire son français, il entend parler des problèmes sociaux-économiques que rencontrent certains quartiers de Saint-Denis et décide de s’engager quelques temps plus tard à Proxité. Il forme désormais un binôme avec Riyas qu’il a rencontré lors de son année en 6e au collège Jean-Baptiste de La Salle. Curt l’aide en anglais bien sûr mais aussi dans d’autres matières comme les mathématiques. Ils travaillent également sur des centres d’intérêt communs comme le système solaire. Riyas qui rêve de devenir entrepreneur explique de façon très mature que Curt lui apporte "un soutien scolaire et social". Curt n’est pas en reste sur les éloges concernant le jeune Dionysien. "C’est super ce que m’apporte Riyas aussi !". Ensemble, ils ont déjà fait une sortie à l’Hôtel des Invalides à Paris.

Félix de Belloy

Avocat de profession, il a fondé Proxité quand il était étudiant. Présent à la fête de clôture de l’année scolaire, il a pu constater la belle croissance de Proxité et le bilan positif en termes de jeunes parrainé·e·s après 15 ans d’activité. Il revient sur la genèse de l’association.

"Les débuts s’étaient faits sur les chapeaux de roues quand on a lancé l’association avec des copains et puis au bout de un an, un an et demi il a fallu qu’on recentre bien le projet sur la notion de parrainage pour tisser des liens entre actifs·ves et adolescent·e·s ou jeunes adultes, qu’on réfléchisse bien à ce qu’on voulait faire pour la suite.

Au bout de 3-4 ans, j’étais tout seul car il n’y avait pas de salarié·e·s et l’association n’était animée que par des bénévoles. Il y a donc eu des années un peu difficiles. Après on a embauché Adrien Grimbert qui a commencé à développer l’activité, puis Generali à La Plaine Saint-Denis nous a appelés pour mettre en place du parrainage vers l’emploi en lien avec la Ville de Saint-Denis. Ensuite la Ville de Nanterre nous a contactés pour trouver des stages de 3e, car on commençait à être vus comme une association qui réussissait à faire des ponts entre les quartiers et les entreprises.

A partir de 2009 avec l’arrivée d’Isaline Rohmer, de plusieurs embauches dans différentes antennes, l’association a encore pris de l’ampleur. Aujourd’hui le successeur d’Isaline Rohmer qui était responsable du développement est directeur de l’association. Matthieu Lantier poursuit ce développement puisqu’une antenne vient d’ouvrir à Toulouse et qu’on a atteint le "seuil psychologique" de 1 000 filleul·le·s à Saint-Denis.

L’idée est de continuer à croître notamment dans des zones moins urbaines mais très exclues aussi. De nombreux projets sont en cours !"

JPEG - 63.4 ko

Félix de Belloy remettant à une filleule le certificat d’assiduité de fin d’année le 26 juin 2018 aux côtés de Zaia Boughilas, élue à la vie associative de la ville de Saint-Denis à gauche et Madeleine Palayret, responsable de l’antenne Proxité de Saint-Denis centre à droite de la photo.

Les partenaires de Proxité

L’académie de Créteil, le CGET, les Conseils départementaux des Hauts-de-Seine et de la Seine-Saint-Denis, le Conseil régional d’Ile-de-France, la Direccte, la DRJSCS, les Villes d’Asnières-sur-Seine, Colombes, Ivry-sur-Seine, Nanterre, Noisy-le-Grand, Paris, Rennes, Roubaix, Saint-Denis, Toulouse et Villeneuve-la-Garenne, la Métropole européenne de Lille, le ministère de l’Economie et des Finances, Plaine Commune, AFEV, l’Alliance pour l’Education, l’APPOS, les Apprentis d’Auteuil, les CAF 92, 93, 94 et 31, l’Entraide scolaire amicale, Objectif Emploi, United Way.

Arcelor Mittal, Auchan, AXA Atout Cœur, EDF/Fondation EDF, Fondation Airbus, Fondation Artelia, Fondation BNP Paribas, Fondation de France, Fondation Groupe Adecco, Fondation SNCF, Fondation Société Générale, Fondation Total, Fondation Vinci, Franprix, Generali, Gide Loyrette Nouël, La Redoute, Orange Business Service, Xerox.

JPEG - 78.3 ko

Pour vous engager comme ces marraines et parrains de Seine-Saint-Denis, il suffit que vous soyez engag·é·e dans une activité professionnelle.

Crédits photos : Proxité, Célia Almuedo et Sandrine Bordet.

à lire aussi
Santé & Prévention

Santé vous bien

Chaque année, le Forum « Santé vous bien » de Noisy-le-Grand rassemble plus de 3500 personnes, habitant·e·s et partenaires du Département. Au programme : animations, activités de bien-être, dépistages, conférences, projections-débats…
Rendez-vous du 8 au 15 octobre !

Solidarité Montreuil

Les bases du revenu de base

Lundi 17 septembre, le cinéma Le Méliès accueillait à Montreuil une soirée ciné-débat autour du revenu de base. Cette idée d’un revenu universel, versé à chacun pour couvrir ses besoins essentiels, est actuellement défendue par plusieurs collectifs. Elle intéresse aussi le Département, qui souhaiterait l’expérimenter aux côtés de 18 autres collectivités territoriales. Explications.

Handicap

Ils et elles font la Seine-Saint-Denis : Christine Manadi

Christine Manadi, Rosnéenne d’origine de 47 ans, a toujours travaillé dans notre département. Depuis 2015, c’est à Villepinte qu’elle a posé ses valises de directrice de l’Institut médico-éducatif de Soubiran géré par l’association Vivre et devenir. Cette structure neuve et agréable accueille 45 enfants porteurs des troubles du spectre de l’autisme. Interview et reportage.

Services, aides
& démarches

Guide des seniors

Vos interlocuteurs, vos droits, vos moyens de transport, votre vie à domicile, vos loisirs, votre santé, toutes les adresses utiles... Tout est dans ce guide !

Améthyste

Simplifiez-vous la vie ! Consultez votre dossier Améthyste en ligne.