COVID-19 - Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a pris des mesures préventives pour protéger la population tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Retrouvez toutes nos informations disponibles en suivant ce lien
Catégories
Seine Saint-Denis
Hip hop Musique Montreuil

Quand le rap et la chorale se rencontrent, cela donne Crewrâle 93

Montreuilloise et cheffe de chœur depuis 25 ans, Babeth Joinet a fondé Crewrâle 93, une chorale qui revisite des tubes de rap. Surprenante sur le papier, la recette fonctionne à merveille.

Quelques étirements pour relâcher ses muscles, quelques vocalises pour s’échauffer la voix. Comme tous les jeudis soir, une vingtaine de chanteurs (ils sont parfois plus nombreux encore) ont pris place dans le vaste salon de la maison de Babeth Joinet, à Montreuil. Réunis en cercle autour de cette cheffe de chœur, qui a 25 ans de carrière au compteur, ils s’apprêtent à entonner des airs connus. De Ferrat et de Brassens ? Détrompez-vous ! D’Orelsan, de Damso ou encore Kery James, des rappeurs, idoles des jeunes, qui font des millions de vue sur YouTube et qui seraient certainement honorés d’apprendre que leur musique soient reprises en dehors des circuits habituels du hip-hop. « L’idée peut sembler osée car en apparence tout oppose la chorale et le rap », explique Babeth. En apparence seulement car, à l’oreille, le résultat de Crewrâle 93, le nom de ce savant mélange, est étonnant.

Sur le titre « Humain » du rappeur belge Damso, les aigus succèdent aux graves. Babeth, elle, bat la mesure en agitant ses bras dans tous les sens. Après quelques essais infructueux, les élèves, tous amateurs, finissent par trouver la bonne tonalité. C’est fluide, harmonieux. Et quand le beatboxer Alexandre Zacsongo et sa large palette de sonorités s’invitent dans la partie, voilà que nos poils se hérissent instantanément. « Cela faisait deux ans que ce projet mûrissait dans ma tête, confie la cheffe de chœur. J’étais persuadée que la chorale et le rap étaient faits pour s’entendre mais fallait-il convaincre les gens. J’avais très peur de la réaction que cela pouvait susciter. » De fait, l’idée lui vient… lors d’un numéro de clown, l’autre activité professionnelle de Babeth. Membre de Rire Médecin, l’association qui forme et emploie des clowns dans les services pédiatriques des hôpitaux, la Montreuilloise a l’habitude de camper un personnage de collégienne irlandaise déjantée qui rappe sur des air connus. Eurêka ! « Chez les ados, cette saynète marche très fort. Du coup, je me suis dit que le rap allait devenir mon plus fidèle allié et qu’avec j’allais réussir à faire chanter des adultes qui sont au départ peu sensible à ce genre musical. »

« L’idée selon laquelle une chorale est forcément composée de retraités ou de chanteurs lyriques a vécu »

Mais pour que la mayonnaise prenne, Babeth souhaitait ajouter une base rythmique, « quelque chose, je ne savais pas encore quoi, qui viendrait en complément des voix. » Son neveu, membre du groupe de rap montreuillois Couvre-chef (chez les Joinet, le rap est décidément une affaire de famille) lui présente Alexandre, beatboxer et musicien de son état. C’est le coup de foudre musical. Restait un détail à régler pour que tout soit parfait : se mettre en quête de morceaux engagés mais jamais bilieux, provocateurs mais en aucun cas intolérants. « Dans le rap, il y a à boire et à manger. Pour ma part, je trouve que Damso et Kery James sont des poètes incroyables, ils ont un style irrésistible », estime Babeth. Crewrâle 93 démarre officiellement début novembre avec une dizaine de chanteurs, puis une vingtaine au bout d’un mois. Ils sont aujourd’hui une bonne trentaine, essentiellement grâce au bouche à oreille. Les membres les plus jeunes ont 20 ans, les plus âgés la cinquantaine. Ce sont des hommes et des femmes. Sylvie fait partie de l’aventure depuis le départ. « Je n’ai quasiment aucune expérience dans le chant mais ce projet m’a plu car il sort des sentiers battus, affirme-t-elle. L’idée selon laquelle une chorale est forcément composée de retraités ou de chanteurs lyriques a vécu. Chez Babeth, tout le monde est le bienvenu. »

Guno, rappeur, a d’abord été intrigué par cette initiative. «  Je suis venu par curiosité, dit-il. En plus de prendre beaucoup de plaisir, j’entretiens ma voix et j’apprends d’autres techniques. » Le répertoire de Gaspar se limitait jusqu’ici aux chants du monde. Avec le rap, il découvre un univers situé à des années-lumière. « Le plus compliqué, c’est la gestion du souffle car dans le rap il y a beaucoup de texte prononcé à un rythme effréné. » Sa petite entreprise grandissant vite, Babeth a fait une demande de salle auprès de la mairie de Montreuil. Ce sera probablement un préau d’école car l’idée est de mêler les écoliers de la ville à ce projet. Et en mars, si tout va bien, la petite troupe se produira à l’Escale, un bar de Montreuil. Mais en attendant, chut ! On répète chez Babeth.

à lire aussi
Bande dessinée

Albert Uderzo, dernier banquet

Albert Uderzo, créateur entre autres d’Astérix avec son acolyte René Goscinny, est mort ce mardi à 92 ans. Ce dessinateur de génie avait un lien fort à la Seine-Saint-Denis : après avoir grandi à Clichy-sous-Bois, c’est dans un HLM de Bobigny que lui et Goscinny avaient commencé à donner naissance à l’irréductible Gaulois. Voici l’article que nous lui avions consacré en septembre 2019, à l’occasion des 60 ans de la naissance d’Astérix.

Ateliers et cours Parcs départementaux Patrimoine

« La poudrerie, un patrimoine qui cartonne » : acte 1 !

Cinq rendez-vous devaient se succéder. L’épidémie de coronavirus et les mesures de confinement en auront cependant décidé autrement. Samedi 14 mars, au parc départemental de la Poudrerie, s’est donc tenu l’unique atelier de préparation au projet artistique participatif d’Olivier Grossetête. Malgré le contexte et une météo peu avenante, ils étaient une petite trentaine de personnes à y prendre part, pour imaginer et réinventer ensemble le bâtiment de la cartoucherie. Reportage.

Théâtre

Bezace, le communard

Didier Bezace, metteur en scène et directeur du Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, centre dramatique national, est décédé mercredi 11 mars 2020. Ardent défenseur d’un théâtre de qualité accessible à toutes et à tous, plusieurs fois récompensé par un Molière, nous l’avions suivi en 2009 toute une journée alors qu’il jouait "Après la répétition" d’Ingmar Bergman. Voici le reportage tel qu’il est paru alors dans le magazine départemental de novembre 2009.

Radio Pantin Aubervilliers

Le son au coeur de la Cité

« La Cassette » devrait commencer à tourner au second semestre 2020. Aux confins d’Aubervilliers et de Pantin, ce nouveau « tiers-lieu » imaginé par des amoureux de la radio est dédié à la création sonore. Il abritera la jeune école de radio du collectif « Transmission », gratuite et ouverte à tous.

Services, aides
& démarches

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.