Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Actions pour les Jeux JOP 2024

Pleins Jeux sur Marville !

Le vendredi 23 juin, le Parc des Sports de la Courneuve accueillera près de 800 élèves d’écoles primaires de Seine-Saint-Denis et de Paris pour célébrer la journée de l’olympisme, un évènement créé en 1948.

« Plus vite, plus haut plus fort », c’est la devise olympique. A laquelle, on pourrait accoler un « plus grand » pour la journée de l’olympisme qui aura lieu en Seine-Saint-Denis, le 23 juin prochain au Stade Marville de la Courneuve (1). Plus grand parce que l’évènement prend de l’ampleur pour sa troisième édition dans le département : « On était 500 en 2015, 600 en 2016 et là on attend 800 élèves venus d’une trentaine de classes de CM1 d’écoles de Seine-Saint-Denis, mais aussi six classes parisiennes", détaille André Mignot, le président du Comité Département Olympique et Sportif de Seine-Saint-Denis (CDOS 93), co-organisateur de l’évènement. Au programme de la journée, plus d’une vingtaine de sports à découvrir sous la férule des comités départementaux issus des fédérations nationales, les forces vives du sport en Seine-Saint-Denis. Qui seront sur le terrain toute la journée pour faire vivre la devise -« bouger, apprendre et découvrir »- d’une journée née en 1948 afin de célébrer à travers le monde la date du 23 juin 1894. Autrement dit, le jour où les participants du Congrès international d’athlétisme réunis par Pierre de Coubertin dans le grand amphithéâtre de l’Université de la Sorbonne votèrent à l’unanimité le principe de la rénovation des Jeux Olympiques.

Le mouvement sportif mobilisé

Un pan de l’histoire que les élèves de Seine-Saint-Denis découvriront d’ailleurs à Marville en participant à « une sorte de Trivial pursuit olympique, un jeu de réflexion et d’observation sur l’histoire des Jeux, créé par nos collègues du Comité départemental olympique du Val d’Oise, dévoile Romain Zuliani, président de l’Union Sportive des Ecoles Primaires de Seine-Saint-Denis (USEP 93), l’autre co-organisateur de la journée de la Courneuve. Pour le reste, entre les initiations à l’athlétisme, au volley, au hand, à la lutte, au tennis, au tir à l’arc, au basket ou encore à la pétanque, toutes les équipes du CDOS et de l’USEP seront sur le pont. « Avec la perspective du choix de la ville hôte pour 2024 en septembre prochain, on sent vraiment une montée en pression de tous les acteurs sportifs du Département, poursuit André Mignot. Et, cette journée olympique est le meilleur moyen de pousser derrière cette candidature dont le mouvement sportif attend beaucoup, notamment, en termes de rattrapage d’équipements par rapport au reste de la France. 

Un lien vers les clubs

JPEG - 134.4 ko

Comme lors de l’édition de 2016, plusieurs sportifs de haut niveau, déjà passés par l’expérience des Jeux Olympiques et Paralympiques, viendront également prêter main forte aux équipes de l’USEP et du CDOS. Le moment idéal pour faire naître, peut-être, quelques vocations olympiques en prévision de 2024. « Cette journée, c’est un moment unique de partage pour initier à différentes pratiques sportives des jeunes qui n’en ont pas forcément les moyens, observe encore André Mignot. Surtout que l’école primaire, c’est encore l’endroit où les enfants se cherchent, ont besoin de toucher un peu à tout, avant de choisir leur voie sportive. Donc, si on peut les aider à se trouver, c’est aussi notre rôle de Comité départemental olympique. » Une vision largement partagée par l’USEP 93 qui milite d’ailleurs pour que la journée olympique se décline à l’avenir sur plusieurs communes du Département. « C’est aussi au travers de ce genre de rencontres qu’on pourra renforcer davantage le lien entre les clubs et les enfants, remarque Romain Zuliani. Dans un département comme la Seine-Saint-Denis où le taux de licenciés sportifs par habitant est très bas, pouvoir multiplier les journées olympiques serait même un héritage important que laisseraient les Jeux à la population… »

(1) A partir de 10 heures, au Parc Interdépartemental des Sports de Marville, 51 Avenue Roger Salengro à La Courneuve.

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.