Catégories
Seine Saint-Denis
Lutte contre prostitution mineur·e·s

« Plan sous », les jeunes parlent aux jeunes de la prostitution

Le film « Plan sous » a été projeté vendredi 18 novembre au cinéma Le Méliès de Montreuil. Ce court-métrage de prévention de la prostitution des mineur·e·s est le résultat du travail de huit élèves du lycée Louise-Michel d’Epinay-sur-Seine, sous la direction de leurs professeures, du réalisateur Benoît Bertran de Balanda avec le concours de l’actrice Camille Cottin. Une œuvre dont la qualité a été applaudie par Stéphane Troussel, président de Seine-Saint-Denis et Charlotte Caubel secrétaire d’Etat chargée de l’enfance.

Un « plan sous », pour les jeunes, c’est un moyen de se faire de l’argent rapidement. Et parmi les « plans sous » que les jeunes reçoivent sur leur portable, la prostitution arrive en bonne place. Au point que lorsqu’Elise Boscherel-Deniz, enseignante d’histoire-géographie au lycée Louise Michel d’Epinay-sur-Seine propose de réaliser un clip dans le cadre d’un accompagnement personnalisé, la question de la prostitution arrive rapidement. "On a voulu traiter cette question parce qu’autour de nous, certaines personnes subissent cette chose et même nous parfois on reçoit des ’Plan sous’ sur Snap. C’est grave." témoignait Khayna Diatezulua, une des actrices présentes lors de cette première.

JPEG - 309.9 ko

Devant l’enthousiasme et l’ambition des élèves, la professeure a lancé un appel à compétences pour l’aider à réaliser le projet. Appel reçu par l’Association Je suis l’Autre qui s’est immédiatement lancée dans l’aventure et a produit un court-métrage de grande qualité, dirigé par Benoît Bertran de Balanda. L’actrice Camille Cottin s’est impliquée en leur donnant plusieurs cours de jeu et apparaît également dans le film. Durant deux ans, huit élèves de terminale ont enquêté sur le phénomène de la prostitution des mineurs, écrit un scénario, interprété les personnages et se sont associés à la réalisation technique (du story-board au tournage).

Des réseaux sociaux aux réseaux de prostitution

Dans "Plan Sous", d’emblée, le spectateur est plongé dans l’univers des réseaux sociaux, si familiers des jeunes, si peu connus des adultes. Surenchère d’images choc, toujours plus de vues, quitte à démolir une vie en un clic. En douze minutes, sans jamais donner la leçon, sans images crues, les élèves abordent la prostitution des mineures, les micro-réseaux de prostitution dans leur environnement, le consentement et le cyberharcèlement. Une démarche de sensibilisation par les pairs, qui devrait être un outil de prévention efficace auprès des jeunes, mais aussi des professionnels de l’enfance et de l’éducation.

« Ce film montre que la prostitution est un sujet majeur, et le soutien reçu de la part du Département et d’autres institutions montre la volonté de s’y attaquer » a déclaré Stéphane Troussel, président du Département de Seine-Saint-Denis. « Il a vocation a être un outil de prévention à disposition des professionnels pour entamer le dialogue auprès des jeunes. » Un guide d’animation a d’ailleurs été élaboré par la Mission métropolitaine des conduites à risques.
Depuis 2021, le Département de Seine-Saint-Denis a mis en place un dispositif expérimental pour l’évaluation et la prise en charge des mineures en situation de prostitution, soutenu par l’Etat. Pour que la prostitution ne ruine pas l’avenir des jeunes.

Photos : Sylvain Hitau

JPEG - 255.8 ko

Plan sous

Résumé :
Emmy, Naya et Yasmine, 16 ans, forment un trio inséparable et vivent une adolescence des plus classiques, entre vie lycéenne et premiers émois amoureux, à l’ère où les réseaux sociaux sont omniprésents.
Emmy est repérée par un garçon depuis une story snapchat et est invitée à une soirée de « grands ».
Le trio décide d’y aller ensemble, quitte à faire le mur ou à se forcer un peu. Mais l’invitation n’est pas anodine et la soirée vire au drame.

Paroles chanson « On va s’remplir les poches  », tirée du film Plan sous

Elle est loin l’époque où on découpait des grammes,
les temps ont changé maintenant c’est plus facile et
rentable
Range le gun et ta gue-dro
t’as juste à aller chercher des dames pour les faire
bosser
c’est simple, t’as juste à leur promettre la vie d’ar-tiste.
Si tu fais ça bien tu pourras monter sur des plans,
Cent, deux-cents, trois-cents même si selon l’âge ça
dépend.
J’te parle de la vie de rêve mon grand.

Refrain :
On va se remplir les poches c’est tout ce qu’il nous
fallait,
Si les gow ont suivi le plan bah tout sera carré,
On va s’ remplir les poches c’est ce qu’il nous fallait,
Si les gow ont suivi le plan bah tout sera carré.

Tes soucis c’est pas mon dow,
Mon dow c’est ton dow.
Garde la pêche, souris bébé fais les love
Bébé fais les love,
On va s’remplir les poches
même si c’est ça qui me rend mauvais.
Du continent d’Hadès j’pourrai pas te laisser te sauver.
J’hésiterai pas à prendre tes copines,
continue de faire la belle,
tu bosses pour moi je te rappelle
tu bosses pour moi je te rappelle
et si je t’appelle tu rappliques,
et si je t’envoie des clients
t’es mimi mais tu t’appliques.

Je sais comment faire les billets,
Dans mon tél, j’ai la recette,
Donc suis le plan à la lettre.
On finira aux Seychelles
Je sais comment faire les billets,
Dans mon tél, j’ai la recette,
Donc suis le plan à la lettre.
On finira aux Seychelles

Compositeur : Alexandre Zapata
Paroles et interprétation : Wassim Habi

à lire aussi
Aide sociale

Comment améliorer l’Aide Sociale à l’Enfance ?

Samedi 19 novembre à la Ferme des possibles, à Stains, une quarantaine d’enfants et de jeunes confié·e·s à l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), âgé·e·s de 8 à 23 ans, ont discuté ensemble de ce qu’ils ou elles voulaient améliorer dans leur quotidien. Invité·e·s par le Département de la Seine-Saint-Denis, ils et elles sont désormais membres du premier Conseil des Jeunes de la Protection de l’Enfance.

Cancers du travail en Seine-Saint-Denis : l’enquête d’une sociologue sur l’accès aux droits

La sociologue Anne Marchand a publié en octobre un ouvrage tiré de sa thèse : « Mourir de son travail aujourd’hui, enquête sur les cancers professionnels », réalisé en suivant et en aidant des malades du cancer de Seine-Saint-Denis à faire reconnaître l’origine professionnelle de leurs pathologies. Un plaidoyer pour la non-exposition aux poisons, plutôt que la réparation.

Egalité femmes-hommes Bobigny

50 ans après le procès de Bobigny, un hommage à Gisèle Halimi

En 1972, Marie-Claire Chevalier, défendue par l’avocate Gisèle Halimi, était acquittée après un avortement, puni par la loi à cette époque. 50 ans plus tard, le Département et la Ville de Bobigny ont apposé deux plaques commémoratives sur le bâtiment qui avait accueilli ce procès emblématique de la lutte pour les droits des femmes, entré dans l’histoire comme "le procès de Bobigny".