Catégories
Seine Saint-Denis
Lutte contre les inégalités Economie Sociale et Solidaire Bondy

Place Nette, une place pour chacun

Créée en 2016, cette association basée à Bondy débarrasse particuliers et entreprises de leurs vieux objets pour les revendre à un prix modique. Une activité qui lui permet d’employer des personnes en grande précarité tout en se mobilisant pour donner un toit à d’autres. Zoom sur cette structure très humaine, à l’occasion du mois de l’économie sociale et solidaire.

Comme tous les matins, on s’active au siège de Place Nette, rue Gallieni à Bondy. Boubacar, Alioune, Edward et Zoumana chargent machines à laver, frigos, micro-ondes et un tas d’autres objets triés auparavant par Myriam dans le camion garé dans la cour intérieure de l’entrepôt. Direction la boutique de l’association, située dans le 19e arrondissement.

JPEG - 85.7 ko

Après un petit en-cas, Zoumana, l’un des deux chauffeurs de Place Nette, s’installe au volant de l’utilitaire. Les routes sont engorgées. Ce matin, le campement de migrants de la porte de La Chapelle vient d’être évacué, un lieu que Zoumana connaît bien. Dans les bouchons, il raconte : « Je suis originaire de Côte d’Ivoire. J’ai beaucoup galéré avant de croiser le chemin de Place Nette. Sans papiers en France, c’est pas facile : on a peur, on bosse parfois pour rien, on tourne en rond. Là, ça va mieux : j’ai eu mes papiers grâce à ce travail de chauffeur. L’étape suivante, c’est d’avoir mon logement à moi. », raconte ce costaud de 30 ans, au sourire serein.

Reconstruire la confiance

Si Zoumana a retrouvé son sourire, il le doit en partie à un homme : Jacques Loch. Compagnon de route de l’abbé Pierre dans les communautés Emmaüs pendant des années, cet homme de 58 ans a éprouvé le besoin en 2016 de voler de ses propres ailes, en fondant Place Nette. « J’ai continué le combat qu’on menait à Emmaüs, sous une autre forme. J’ai souhaité créer une asso pour accueillir les nouvelles pauvretés qui arrivent. Ici, les gars et les filles sont tous issus de la galère et de la rue. On essaie de reconstruire leur fierté et leur confiance, petit à petit », explique-t-il sobrement. Né à Saint-Denis, ce militant social de toujours a roulé sa bosse un peu partout en France - Morlaix, Manosque, Bar-le-Duc - et à l’étranger, contribuant à créer de nombreuses communautés Emmaüs (Brésil, Roumanie). Sans jamais que son engagement et sa révolte ne retombent. « En France, on a des idéaux très forts, sur le logement par exemple, mais on n’a pas les moyens de cette politique… Dans la rue, en moyenne aujourd’hui en France, on meurt à 49 ans, c’est 30 ans de moins que l’espérance de vie classique des hommes », dénonce celui qui a aussi contribué à créer le collectif des « Morts de la Rue ».

JPEG - 72.4 ko

Jacques Loch, fondateur de Place Nette

Alors, il y a trois ans et demi, « Monsieur Jacques » a eu l’idée de créer ce qu’il voit comme un « outil complémentaire » à d’autres associations : enlèvement d’encombrants chez les particuliers et les entreprises moyennant une indemnité modeste, tri des objets ainsi récupérés et revente au sein de la boutique du 19e ou via une plateforme internet que la structure a aussi ouverte il y a six mois à Noisy-le-Sec.
Meubles, mais aussi habits, petite vaisselle, vieux vinyles ou livres : l’association, labellisée « Economie Sociale et Solidaire » depuis un an, sait faire flèche de tout bois. « Chez nous, on n’aime pas jeter : même ce qui est dégradé, on lui trouve une deuxième vie, en le donnant ou en s’efforçant de le recycler », pointe-t-on chez Place Nette, qui s’efforce par exemple de déposer les meubles en fin de vie dans une benne à Montreuil ou qui redonne les livres en mauvais état à l’entreprise solidaire Ammareal.
Cette activité permet à l’association, sans aucune subvention publique, de financer quatre CDI, tout en s’appuyant aussi sur un réseau d’associations partenaires et de bénévoles pour venir en aide à la dizaine d’autres membres que Place Nette préfère appeler « compagnons ». « Marius, arrivé il y a 2 ans de Bucarest, vient par exemple de trouver un logement social via Habitat Solidaire. Et il se forme actuellement au métier de comptable, tout en prenant des cours de français. Pour lui, le pari est en passe d’être gagné », souligne Laure Duqué, attachée de presse de la structure. Pour d’autres, arrivés plus récemment et encore plus malmenés par la vie, la route sera peut-être un peu plus longue, mais l’association ne laisse personne au bord du chemin. « Si ça s’appelle Place Nette, c’est aussi parce que ça renvoie à la place qu’une société moderne doit donner selon moi à chacun. », insiste Jacques Loch.

JPEG - 103.6 ko

On retrouve Zoumana en train de délivrer son chargement devant la boutique Place Nette du 19e. Autre étape : Esther, Eric, Prosper, d’autres "compagnons" de Place Nette prennent en charge l’installation dans les rayonnages, sous l’œil bienveillant de Sandrine. D’ici, les objets repartiront en camion pour des livraisons à des particuliers ou seront achetés sur place. Par exemple par Evelyne, qui vient d’acquérir un beau collier africain pour 2 euros. « Le plus souvent, je viens ici pour acheter des choses pour les enfants que je garde dans le quartier. Et puis, je me dis qu’ainsi, j’achète aussi solidaire. », confie cette cliente régulière. A Place Nette, acheter reprend décidément du sens.

Christophe Lehousse
Photos : ©Sylvain Hitau
Certains prénoms ont été changés

L’adresse de la boutique Place Nette : 55 boulevard Sérurier, 75019 Paris
Pour commander en ligne ou se tenir au courant de son actualité : https://www.place-nette-humanitaire.com )
Le Magasin : 09 54 64 50 69
Les débarras : 09 52 17 93 01
à lire aussi
Plan rebond

Un fonds d’aide pour éviter la spirale de l’endettement locatif

Le Département met en place des aides au paiement du loyer pour les ménages fragilisés par la crise économique liée au Covid. Ce fonds exceptionnel "d’aide à la quittance", qui concerne aussi bien le parc public que privé, vise à réagir de manière précoce afin d’éviter aux locataires de s’enliser dans les dettes locatives.

Coronavirus

Après le Covid, le Département lance un plan de rebond solidaire et écologique

Mercredi 8 juillet, le Département a voté un plan de rebond solidaire et écologique. Ce programme, d’un montant global de 55 millions d’euros, doit répondre à la crise économique et sociale faisant suite à la crise sanitaire qui a secoué le territoire avec l’arrivée du coronavirus. Une aide exceptionnelle au paiement des loyers, un soutien aux associations du territoire frappées par la crise ou porteuses de solutions et un fonds d’investissement pour une transition écologique figurent parmi les axes forts de ce plan de relance.

Appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour l’autonomie

Le Département a lancé lundi 6 juillet un appel à manifestation d’intérêt visant à constituer un réseau de tiers-lieux « Autonomie dans mon quartier » qui favorisera l’inclusion des personnes âgées et handicapées dans leur vie de quartier. Les tiers lieux sont des cafés associatifs, locaux communs résidentiels, maisons intergénérationnelles, et bien d’autres encore, les modèles les plus innovants et divers sont les bienvenus ! Le dépôt des dossiers doit s’effectuer avant le 30 septembre 2020

Santé Mobilisation

"Ecoutez-nous !" : le cri des soignant·e·s au lendemain du Covid

"Et un, et deux, et trois cents euros !". La banderole "Blouses blanches, colère noire" des soignant·e·s de Seine-Saint-Denis caracolait au devant du défilé, lors de la manifestation du 16 juin 2020. Le département vient en effet de payer un lourd tribut lors de la crise du Covid, s’expliquant par une patientèle très précarisée, un manque de lits, de matériel, de personnel... SSD mag a recueilli la parole de plusieurs professionnel·le·s présent·e·s dans le cortège.