Catégories
Seine Saint-Denis
JOP 2024

Paris 2024, plus d’un milliard d’investissement pour la Seine-Saint-Denis

Vendredi 7 octobre, le Premier Ministre a annoncé un investissement de l’État d’un milliard d’euros et Stéphane Troussel une participation de la Seine-Saint-Denis de 67,4 millions d’euros.

Le comité Paris 2024 avait choisi l’auditorium du salon des expositions du Bourget pour présenter à la presse la phase 2 de son dossier de candidature. Une préfiguration, car les lieux accueilleraient le centre des médias en cas de succès dans la course aux Jeux. Les deux co-présidents, Bernard Lapasset et Tony Estanguet, ont cité en exemple la Seine-Saint-Denis, « caractéristique de ce que les Jeux sont capables d’apporter à un territoire en termes d’héritage pour les populations ».

- Des infrastructures rénovées et la construction d’équipements adaptés aux besoins de la population comme la piscine olympique à Saint-Denis.
- Le village olympique et paralympique, ainsi que le village des médias, qui seront reconvertis en 5 000 logements après les Jeux.
- Des aménagements qui amélioreront le confort et le quotidien des habitants, ainsi que leurs déplacements (échangeurs routiers, passerelles piétonnes, murs anti-bruit, enfouissement de lignes à haute tension, structures de transport…)
A cela s’ajoute le Grand Paris Express, sur les rails pour 2024.

Le budget de ces investissements s’élève à 3 milliards d’euros. Il sera financé à 50 % par des fonds publics. L’autre partie fera appel à des fonds privés, notamment en ce qui concerne le village olympique dont la destination post Paris 2024 a déjà été anticipé pour faire de cet éco-quartier un modèle en matière de durabilité.

L’investissement public sera réparti comme suit :
- Etat : 1 milliard €
- Ville de Paris : 145 millions €
- Région Ile-de France : 145 millions €
- Département de la Seine-Saint-Denis : 67,4 millions €
- Etablissement public territorial Plaine Commune : 35 millions €
- Etablissement public territorial Paris Terres d’Envol : 20 millions €
- 7 autres collectivités : environ 78, 4 millions €

Le Premier ministre Manuel Valls a déclaré : « l’État a souhaité donner l’exemple en s’engageant fortement en soutien de cette magnifique candidature. » Il a détaillé que du milliard d’euros que l’État met dans la corbeille, « 100 millions seront consacrés à la réhabilitation d’équipements sportifs, principalement en Seine-Saint-Denis. »
A propos des investissements publics, Jean-François Martins, adjoint au maire de Paris en charge du sport et du tourisme a souligné qu’«  ils contribueront à la résorption des inégalités territoriales. Cette candidature constitue en cela un véritable projet de territoire, qui lie Paris et la Seine-Saint-Denis, deux départements parmi les plus jeunes et cosmopolites de France, qui grâce aux Jeux Olympiques et Paralympiques se projettent dans un avenir commun. »

JPEG - 76 ko
à lire aussi
Athlétisme Montreuil

Carolle Zahi, athlète au CAM et reine du sprint en France

Lors des championnats de France d’athlétisme, les 12 et 13 septembre à Albi (Tarn), la pensionnaire du Club Athlétique de Montreuil 93 a remporté les épreuves du 100m (pour la 4e année consécutive !) et du 200m. Un doublé que la sprinteuse avait déjà réalisé en 2018 et qui l’autorise à rêver plus grand à moins d’un an des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo. Entretien.

Handisport Bondy

Joue-la comme Bondy pour le cécifoot

Mercredi 16 septembre, le Bondy Cécifoot Club a fait les présentations officielles : ce tout premier club de foot pour non et mal-voyants en Seine-Saint-Denis, qui va connaître ses premiers championnats cette année, vient combler un manque manifeste dans le département en matière de handisport. A quatre ans de Jeux paralympiques qui se dérouleront en partie en Seine-Saint-Denis, l’offre sportive s’enrichit.

Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.